L’Homme qui Rétrécit (The Incredible Shrinking Man) -- Votre note ?
5 votes


L’Homme qui Rétrécit (The Incredible Shrinking Man)

Jack Arnold
lundi 2 juin 2008
par Didier Giraud
popularité : 7%

Jack Arnold n’était déjà plus un débutant en 1957, puisqu’il avait déjà réalisé Le Météore de la Nuit, L’Etrange Créature du Lac noir (et sa suite La Revanche de la Créature) et Tarentula. Quant à Richard Matheson, il avait déjà débuté sa prodigieuse carrière avec en 1954 Je Suis Une Légende ( qui a donné, en autres, les Films Le Survivant avec Charlton Heston et Je Suis Une Légende avec Will Smith) avant de publier L’Homme Qui Rétrécit, dont le film est l’adaptation.

Bande annonce IMG/flv/LHommeQuiRetrecit.flv

Après avoir traversé en bateau un nuage radioactif, Scott Carey s’aperçoit qu’il commence à perdre du poids. Puis il doit rapidement se rendre à l’évidence : il ne maigrit pas, il rapetisse. Bien évidemment la science se penche sur son cas unique, mais aucun traitement ne parvient à enrayer le processus.

Scott n’acceptant pas de se retrouver dans un corps de la taille d’une enfant de 10 ans, et ne supportant plus le regard de sa femme, il s’enfuit de la maison et rencontre alors la "femme la plus petite du monde" dans une fête foraine. Grâce à elle, il va finalement accepter son destin, et décide de continuer sa lutte. Il retroune alors chez lui, et organise sa vie dans une maison de poupée pour faire face à ce nouveau défi : survivre dans un monde de géants, alors n’est désormais pas plus grand qu’une souris... et une proie pour le chat de la maison.

JPEG - 25 ko

Après avoir échappé au chat, Scott se retrouve perdu à la cave, désormais trop petit pour que sa femme le retrouve. Une lutte pour la survie va commencer, contre une araignée devenue géante. Mais après l’avoir vaincue, Scott continue à rétrécir, et devient bientôt une proie trop petite pour intéresser les prédateurs. Une nouvelle vie démarre pour lui, à la frontière de l’infiniment petit ...

JPEG - 33.1 ko

Ce film est sans doute un de ceux qui s’approchent le plus de la perfection. Son scénario n’est pas seulement bon : il y a non seulement une vraie histoire, avec un véritable travail sur la psychologie des personnages, mais aussi une réflexion sur la condition de l’homme dans notre société, ainsi que sur la condition humaine. L’Homme Qui Rétrécit, c’est aussi l’homme qui vieillit et qui sait qu’il va mourir, qui se bat contre l’inéluctable avant de finalement accepter son destin.

Les effets spéciaux sont remarquables et admirablement bien filmés, à tel point qu’il n’est pas évident qu’on ferait beaucoup mieux aujourd’hui.

Quant à la fin du film ... c’est une fin comme on aimerait en voir plus souvent ! Elle est certes un peu grandiloquente (cf. sa retranscription en anglais ci-dessous) mais on était alors dans les années 50 ... et elle a surtout le mérite d’ouvrir d’autres perspectives, de faire réfléchir le spectateur sur le sens profond de ce qu’il vient de voir.

On ne peut donc que craindre le pire, au moment où il est question d’un remake de Brett Ratner avec ... Eddie Murphy !

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


"I was continuing to shrink, to become...what ? The infinitesimal ? What was I ? Still a human being ? Or was I the man of the future ? If there were other bursts of radiation, other clouds drifting across seas and continents, would other beings follow me into this vast new world ? So close - the infinitesimal and the infinite. But suddenly, I knew they were really the two ends of the same concept. The unbelievably small and the unbelievably vast eventually meet - like the closing of a gigantic circle. I looked up, as if somehow I would grasp the heavens. The universe, worlds beyond number, God’s silver tapestry spread across the night. And in that moment, I knew the answer to the riddle of the infinite. I had thought in terms of man’s own limited dimension. I had presumed upon nature. That existence begins and ends is man’s conception, not nature’s. And I felt my body dwindling, melting, becoming nothing. My fears melted away. And in their place came acceptance. All this vast majesty of creation, it had to mean something. And then I meant something, too. Yes, smaller than the smallest, I meant something, too. To God, there is no zero. I STILL EXIST !"



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite