Extrait de Dédale Vers l’Empyrée -- Votre note ?


Extrait de Dédale Vers l’Empyrée

Cédric Desseaux
jeudi 6 mai 2010
par Didier Giraud
popularité : 29%

Résumé officiel (dernière de couverture) : Le Malaise foudroie sur Terre. Les survivants s’organisent comme ils le peuvent, se comptent dans l’angoisse sans savoir si demain les rassemblera encore. Epidémie de déprime, suicides, multiplication des internements psychiatriques... De toute façon, quand est survenu le "décembre noir", tout le monde a su qu’il était bien trop tard. Mais c’était sans compter sur l’Organisation, le pouvoir en place, qui déporte et expérimente : il fabrique l’homme de demain. Depuis une communauté d’insurgés s’organise une fuite éperdue. En rédemption, Vernon embarque Léa, Gianlucca et les mômes trafiqués, au péril de leurs vies, pour découvrir la vérité...

– Il m’a semblé reconnaître la voix de Lavergue, s’étonne Durando. Un grand tragédien, celui-ci. Le manque d’effectifs le pousse à se prendre pour le sauveur de la brigade. Étonnant qu’il ait été envoyé ici pour planquer, surtout depuis qu’il a été promu commandant…
– Étonnant, en effet, grommelle Vernon.
Gianlucca joue des coudes pour tenter de détendre un Québécois définitivement pessimiste et de plus en plus soupçonneux.
– Je m’attendais à une intervention plus musclée, s’emporte Léa. Putain quelle chance ! Non seulement tout s’est passé très vite, mais ils n’ont même pas embarqué les prisonniers avec eux…
– Tu as été parfaite, assure Vernon sur un ton étudié. L’urgence des blessés, l’ahurie privée de sommeil…
– Tout n’est pas encore gagné, assure Alain. Rejoignons sagement l’autoroute comme prévu…
– Sûrement pas, intervient sèchement Vernon. Léa ! Fais demi-tour.
– Et pourquoi ça ? S’étonne Alain. La voie est dégagée ! On va nous escorter jusqu’à bon port !
– Je ne tiens pas à savoir à quoi ressemble le véhicule officiel qui nous attend à l’entrée de la voie rapide.
Des protestations indignées fusent.
– La dernière des âneries à commettre consiste à entrer sur une autoroute depuis laquelle nulle fuite ne sera permise ! Peste Vernon. Les rails de sécurité, on les franchira en soulevant la bagnole ?
– Pourquoi ne nous ont-ils pas arrêtés tout de suite, alors ?!
– Servez-vous de votre cervelle, nom de dieu ! Ils n’étaient que trois ou quatre ! Entourés d’arbres ! Vous êtes dangereusement naïfs…
Le ton du Québécois est si agressif que Léa elle-même n’ose pas rétorquer.
– C’est de la folie ! Fulmine Durando. Devernault, pense aux véhicules postés pour nous attendre !
– Justement, rétorque Vernon. Je tiens à ce que l’alerte soit donnée. Je tiens à ce qu’ils nous cherchent. Ils comprendront bien assez tôt que nous avons bifurqué. Le planqué au talkie de tout à l’heure en est encore à s’emmerder sous la pluie entre Allevard et ici…
– Vernon ! S’emporte Léa. Explique-toi ! Nous avions un plan !
– De la folie pure, gémit Durando.
– Quant à votre mémoire immédiate, s’emporte Vernon en frappant de rage contre la vitre de la portière. Avions-nous affaire à un commandant ? Qu’est-ce qu’a signalé l’opérateur dans le talkie ? « Véhicule en approche, mon AD-JU-DANT !!! »
Concert d’indignation. Tous comprennent leur erreur.
Gianlucca bafouille :



Agenda

<<

2020

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite