Norman Spinrad -- Votre note ?
1 vote


Norman Spinrad

samedi 12 novembre 2011
par giraud
popularité : 5%

Les grands écrivains de SF sont souvent visionnaires et ils ont cette capacité à formuler en peu de mots une vision précise de l’avenir.

Aujourd’hui, on conçoit des implants électroniques qui permettent à un aveugle devoir quelques pixels, des coeurs artificiels qui bientôt pourront remplacer les actuelles transplantations... on est en mesure de cloner à peu près n’importe quoi, même si le clonage humain reste interdit et on parvient même, depuis, peu, à rajeunir des cellules en les reprogrammant ! Et on n’hésite plus guère à modifier des organismes vivants, principalement des végétaux pour l’instant, mais demain ? On serait dejà en mesure de chosir le sexe de nos prochains enfants, mais on ira sans doute beaucoup plus loin. Couleur des yeux, taille... on cherchera un jour ou l’autre, inévitablement, le "zéro défaut qu’on avait entrevu dans Bienvenue à Gattaca ! Et pour les meilleures raisons du monde : car pourquoi donner naissance à un enfant dont la génétique nous dit qu’il a de fortes possibilités de développer telle et telle maladie, alors qu’avec une petite intervention de la science, son ADN pourrait être modifié pour lui épargner ces douloureuses épreuves ? Qui oserait dire non à une telle possibilité ?

Mais on pourrait aller plus loin, bien plus loin... vers une spécialisation des êtres humains, par exemple. Des ouvriers plus robustes, des scientifiques plus intelligents, des sportifs plus performants, des soldats plus résistants, des acteurs plus beaux et des actrices plus belles. Plus tard, peut être, comme dans le roman Homme-Plus de Frederick Pohl, on modifiera l’homme pour qu’il puisse s’adapter à la vie dans l’espace, ou sur une autre planète. Après tout, ce serait plus simple et moins coûteux que la terraformation !

L’être humain n’évolue plus, nous disent certains scientifiques, depuis qu’il n’a plus à lutter contre la nature pour sa survie. Qu’à cela ne tienne, il évoluera désormais en fonction de ses envies, de ses lubies !

La chirurgie esthétique devient chaque jour un peu plus accessible. Quelle femme n’a jamais pensé à se faire poser des implants mammaires ? Et quelles sont les actrices de plus de 50 ans qui n’ont jamais eu recours à une injection de collagène par ci, un petit coup de botox par là ? Par ailleurs, il semblerait que chez les hommes, la chirurgie pénienne gagne de plus en plus de terrain...

Et que dire de l’informatique et des implants chers à la culture cyberpunk ? Si dès maintenant on proposait certaines des applications les plus utilisées, telles que le GPS, directement sous forme de puce ou de carte dans un lecteur implanté dans le corps humain, combien de geeks résisteraient ? Un haut-parleur directement implanté à proximité de l’oreille, ne serait-ce pas un plus ? Alors demain, pourquoi ne pas imaginer que des zones du cerveau soient utilisées dans d’autres buts que ceux que la nature avait imaginé, comme dans Johnny Mnemonic ? Ne finirons-nous pas par devenir une sorte d’étrange croisement entre l’humain et l’informatique, un peu comme dans le roman Rainbow’s End de Vernon Vinge

Alors on peut se poser la question : où se situe la limite, qu’elle est le point de non-retour à ne pas franchir ? A partir de quand ne serons-nous plus tout à fait humains ou, comme le dirait Norman Spinrad, à partir de quand risquons nous de devenir des étrangers à nous mêmes, à ce que nous étions ?



Agenda

<<

2019

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite