The Lovely Bones -- Votre note ?
3 votes


The Lovely Bones

Peter Jackson
mardi 15 juin 2010
par Didier Giraud
popularité : 10%

Suzie est une jeune fille tout ce qu’il y a de plus normale, qui vit une vie normale dans une famille normale, avec des rêves normaux (elle attend avec impatience son premier baiser) ... jusqu’au jour où sa rencontre avec un tueur en série met une fin prématurée à tout cela. Mais Susie n’est pas prête à tout quitter pour rejoindre le paradis. Elle se retrouve dans une sorte de lieu intermédiaire, d’où elle peut suivre les événements et assister à la lente décomposition de sa famille, entre son père obsédé par l’idée de retrouver le tueur et sa mère qui finit par le quitter...

Bande annonce IMG/flv/TheLovelyBones-2.flv

Après sa saga pharaonique du Seigneur des Anneaux et son monumental remake de King Kong, Peter Jackson a eu la bonne idée de revenir à un cinéma plus intimiste avec un budget plus raisonnable. Une démarche assez semblable à celle de Sam Raimi, qui a choisi de faire une"coupure" après ses trois Spider Man avec Jusqu’en En Enfer... et une démarche dont Roland Emmerich et Michael Bay semblent incapables !

Les fantômes, Peter Jackson connaît puisqu’il avait déjà abordé ce thème, sous l’angle de la comédie d’épouvante dans Fantômes Contre Fantômes, avec Michael J. Fox. Avec Lovely Bones, c’est sous l’angle dramatique qu’il a choisi d’adapter le roman d’Alice Sebold, La Nostalgie de l’Ange.

JPEG - 55.3 ko

Dans ce film, Peter Jackson nous offre des images à l’opposé de tout ce qu’il avait déjà pu faire en la matière (il faut quand même rappeler qu’il est également le réalisateur de Bad Taste et de Braindead...) : c’est beau comme pourrait l’être une peinture naïve transposée sur grand écran. Mais, il faut bien l’avouer, cela a également un côté "petite maison dans la prairie" qui ne plaira pas à tout le monde. A une époque où règnent la violence, le pessimisme et le cynisme, proposer une vision idyllique, presque enfantine, de la vie après la mort demande un certain courage.

JPEG - 40.2 ko

Pour ce qui est de l’intrigue du film, en revanche, Peter Jackson a fait le choix d’une certaine sobriété. Aucune image du meurtre (ni du viol, que l’on suppose mais qui n’est même pas suggéré) n’est montrée au spectateur, de même que le film ne sombre à aucun moment dans le mélo. A un moment donné du film, on finit même par se demander si le tueur ne va pas s’en sortir, quitter la ville pour aller s’installer ailleurs et continuer à tuer des jeunes filles ! Car si le père de Suzie est obsédé par l’idée de vengeance, celle-ci n’a qu’un souci en tête : voir les choses s’arranger pour sa famille et ... vivre peut être enfin, même si c’est par procuration, ce fameux premier baiser !

C’est donc une véritable leçon de vie (et même d’après-vie)que nous livre ici Peter Jackson. On adhère ou pas à cette vision très optimiste d’une vie après la mort et d’une justice divine... ce qui n’empêche de toute façon pas de suivre le film avec plaisir et intérêt, même si on peut ressentir une certaine gène devant des scènes "oniriques" auxquelles on a du mal à croire, même avec la meilleure volonté du monde.

Car pour ce qui concerne les scènes se déroulant dans le "monde réel" (qui constituent heureusement l’essentiel du film), Peter Jackson assure ! Et on finit par se passionner pour cette famille au bord du gouffre et par s’exaspérer de la lenteur et de l’inefficacité de l’enquête, face à l’intelligence du tueur. Il faut dire que l’action se situe dans les années 70, donc avant l’arrivée des analyses d’ADN, des "profilers" et autres experts en tous genres, de Miami ou d’ailleurs ...

Cerise sur le gâteau, le casting est de qualité, avec Saoirse Ronan (La Cité de l’Ombre), Rachel Weisz ( La Momie, COnstantine, The Fountain), Mark Wahlberg (La Planète des Singes, Phénomènes) et une Susan Sarandon (The Rocky Horror Picture Show, Les Sorcières d’Eastwick, Spee Racer) au top de sa forme dans un rôle de grand-mère très "rock n’ roll", sans oublier Stanley Tucci, aussi remarquable qu’inquiétant dans le rôle du tueur ...

JPEG - 57.7 ko

Quoi qu’on en pense au final, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, Lovely Bones est un film qui interpelle, un film hors normes qui constitue pour le spectateur une expérience intéressante, avec des images parfois superbes et des acteurs excellents, qui jouent juste et parviennent à nous émouvoir. Voilà qui nous change des singes géants et des Trolls des cavernes !

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite