Splice -- Votre note ?
2 votes


Splice

Vincenzo Natali
jeudi 12 août 2010
par dr frankNfurter
popularité : 14%

En préambule, même si l’envie démange le préposé à la chronique, on se gardera bien d’avoir (au début) un esprit un peu trop acerbe envers le réalisateur canadien Vincenzo Natali, encore que depuis son culte Cube, les espoirs portés en lui se seraient dissipés au cours du temps si on en croit ses deux précédents et anecdotiques longs métrages.

Bande annonce IMG/flv/SpliceV2.flv

Clive Nicoli (Adrien Brody) et Elsa Kast (Sarah Polley), deux chercheurs en génétique ont réussi l’improbable, créer un être organique artificiel en combinant l’ADN de différentes espèces. Cet hybride d’aspect larvaire, loin de l’image attendue d’une chimère, leur permet d’obtenir de nouvelles molécules, l’industrie pharmaceutique subventionnant leurs recherches d’apprenti-sorcier étant plus intéressée par la manne financière induite par ces protéines nouvellement créées que par la perspective, ô combien réjouissante, de créer des vers de 10 kilos prénommés pour l’occasion Ginger et Fred (1). Le scientifique, étant par nature un grand enfant irresponsable, notre couple décide de faire, avec un peu de retard il est vrai, sa crise d’adolescence en se rebellant contre l’autorité. Nicoli et Kast brulent dès lors les étapes, et contre l’avis de leurs (sages ?) supérieurs, combinent de l’ADN humain avec celui de leurs larves dealeuses de néo-molécules. A l’insu du NERD (2), la créature grandit au sein du laboratoire à l’abri des regards indiscrets malgré la désapprobation passive de Clive, ce dernier ayant toutes les peines du monde, contrairement à sa moitié, à transférer son désir de paternité envers cet hybride. Puis la nouvellement baptisée Dren (3) emménage dans la ferme familiale héritée de la mère d’Elsa, un éloignement relatif tant celle-ci accapare de plus en plus de temps à ses créateurs au détriment de leur travail pour leur laboratoire. Ainsi, ce qui ressemblait au départ au croisement improbable entre un poulet et un mammifère tend à évoluer aussi rapidement que pouvait l’être sa gestation, en quelques semaines Dren prend l’apparence d’une adolescente mutante (Delphine Chanéac) qui non contente de développer un complexe d’Électre a la particularité d’avoir au bout de sa queue un aiguillon venimeux...

JPEG - 23.6 ko

Splice a l’image de sa créature est un film bigarré, alternant le bon et le décevant, des effets spéciaux haut de gamme au service d’une histoire (et non l’inverse comme on a trop souvent l’habitude de le constater ces dernières années depuis les progrès notables des FX numériques (4)) côtoyant des décors dignes par moment d’une production Eurociné, et une histoire classique ou sans originalité notable selon si vous êtes tolérants ou non avec la Science-fiction adepte des figures imposées ou celle prévisible tournant à vide enquillant les poncifs comme la dernière série B venue. Natali et ses scénaristes à force de vouloir bien faire (donnons leur le bénéfice du doute) ont tendance à multiplier les pistes sans véritablement les développer, rendant certaines parties du récit sinon inutiles tout du moins sans incidence essentielle (en particulier l’enfance et le rapport particulier qu’entretenait l’héroïne avec sa mère) sous le prétexte d’une supposée épaisseur psychologique ?

JPEG - 19.5 ko

Natali brode ainsi autour de la sempiternelle histoire de la créature qui échappe à ses créateurs un film manquant de prises de risque, là où le David Cronenberg des années 70-80 aurait mis en place une tragédie cruelle viscéralement sexuée et violente (5) (et Paul Verhoeven une véritable boucherie où sang et autres fluides corporels auraient dansé la sarabande), le réalisateur de Cube rate sa cible et propose une version bancale, d’autant plus à côté de la plaque que le cinéaste avait toutes les cartes en main.

Splice ou le film d’un cinéaste synonyme d’espoir évaporé.


(1) Est-ce que nos deux hurluberlus ont l’intention de leur apprendre un numéro de claquettes ?

(2) Vincenzo Natali a dû faire l’école du rire pour nommer de la sorte le laboratoire...

(3) Autant nos deux gus avaient tenté une fantaisie avec nos deux vers, autant là, Elsa s’est pas trop foulée.

(4) Cela dit, accuser de tous les maux les effets numériques semble disproportionné et être le fruit d’un faux jugement, révélateur (parfois ?) d’une posture conservatrice. Si les effets spéciaux numériques servent quelque fois de prétexte à un film fantastique, on peut admettre que les FX au sens large l’ont toujours été. Auparavant le récit, du fait des limitations technologiques de l’époque, était "bridé" chez certains (la suggestion, procédé ingénieux, ne résolvant par tous les problèmes) alors que désormais, les progrès des effets numériques sont tels que tout semble quasi permis. Malheureusement, cet essor ne rime pas forcément avec révolution, certains cinéastes préférant garder une posture "bling bling".

(5) Sans doute le plus beau ratage du film, une sensualité et une tension sexuelle qu’on croirait sorties de l’imagination d’une mormone. Si c’était pour avoir un résultat aussi terne, valait mieux rendre une copie totalement asexuée.



Commentaires  (fermé)

Logo de Didier Giraud
samedi 13 novembre 2010 à 12h37, par  Didier Giraud

Pour en revenir à Duel, ça me fait penser à une idée de notre ami Joe qui me disait un jour que de temps en temps, il faudrait que les "grands" réalisateurs d’aujourd’hui se lancent le challenge de se remettre à des films à petit budget, genre exercice de style avec 100 ou 200 000 dollars maxi... J’aime bien le Spielberg grand public, y’a pas de soucis, il a d’ailleurs fait beaucoup pour populariser la SF avec E.T. et les Rencontres du 3ème Type notamment. Mais Duel, c’était quand même génial...

Logo de dr frankNfurter
samedi 13 novembre 2010 à 11h28, par  dr frankNfurter

Je reproche davantage à Natali de servir un plat tiédasse. Si je fais référence à Cronenberg et à Verhoeven c’est bien parce qu’il tente de jouer dans un registre équivalent mais avec une attitude petit bras, si c’était pour rendre une copie aussi creuse, je le répète, il valait mieux éviter de creuser ce versant, au lieu de ça, on s’ennuie et quand ça commence à bouger, tout reste globalement prévisible ou ridicule. Note qu’avec le recul, heureusement que Splice n’a pas été vendu comme une version SF d’Oedipe car la déception ou la farce aurait été encore plus grotesque.

Pour le reste, les Sf ne sauveront pas le film.
Quant à oublier Cube , si Natali réalisait des films potables depuis son premier essai, on n’en serait pas là...

PS : Moi aussi je reviens à une de tes comparaisons (maladroites), t’en connais beaucoup des types qui regrettent le Spielberg de Duel  ? Je suis loin d’être fan du réal de Jaws , mais penser qu’il puisse exister des personnes qui le considéreraient perdu pour la cause depuis Duel , c’est plus qu’une attitude de poseur... :-D

Logo de Didier Giraud
vendredi 12 novembre 2010 à 13h49, par  Didier Giraud

Après avoir vu le film (enfin !), je suis assez d’accord, sauf sur un point : tu regrettes que Natali ne soit pas allé vers davantage d’érotisme et/ou d’horreur façon Verhoeven ou Cronenberg... et c’est vrai que je m’attendais moi aussi à ce que cette histoire tourne mal bien plus tôt dans le scénario ! Mais c’est aussi ce qui fait son originalité, d’une certaine manière. Sinon, on aurait aussi pu accuser Natali de faire un remake de La Mouche ! Tel qu’il est, le film est plus un avertissement, une réflexion sur les manipulations génétiques et l’éthique scientifique, sur ce qui se passe lorsque les scientifiques n’en font qu’à leur tête... et du coup c’est beaucoup plus un film de SF qu’un film d’horreur ! En plus, le twist final (quoi que ... il faudrait plutôt appeler ça un switch final...) est plutôt bien vu ! C’est quand même pas souvent, même en SF, qu’un créature vivante se tape ses 2 parents !

Et pour en revenir au réalisateur, c’est vrai que Splice n’est pas Cube... Mais Spielberg non plus ne nous a jamais fait un 2ème Duel, ni Sam Raimi l’équivalent des Evil Dead de ses débuts. Peut être que si on oubliait Cube, on apprécierait davantage les films de Vincenzo Natali, après tout :)

Logo de dr frankNfurter
vendredi 13 août 2010 à 09h57, par  dr frankNfurter

Notez Captain que j’ai utilisé le terme "anecdotique" pas décevant pour définir Cypher , car qui se souvient de ce film hormis quelques fans de SF-fantastique. On est loin du ramdam qui a suivi Cube .

Logo de Didier Giraud
vendredi 13 août 2010 à 00h20, par  Didier Giraud

Décevant, je sais pas. Je n’ai pas vu Nothing... mais Cypher n’était pas inintéressant.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite