Repo Men -- Votre note ?
4 votes


Repo Men

Miguel Sapochnik
mardi 14 septembre 2010
par dr frankNfurter
popularité : 6%

Si la question de savoir s’il n’est pas paradoxalement obsolète de réaliser des films traitant de cyberpunk et d’anticipation aujourd’hui, il convient de noter que cette interrogation est loin d’être anodine après la sortie depuis quelques années de plusieurs longs métrages non dénués de qualités mais manquant cruellement d’ambition scénaristique ou pire d’originalité juste bon à compiler sans imagination les bonnes vieilles recettes du passé...

L’histoire inspirée par le roman Repossession Mambo d’un des scénaristes, Eric Garcia, retrace les aventures en 2025 de Remy (Jude Law) et Jake (Forest Whitaker), amis d’enfance travaillant pour la toute puissante compagnie Union. Cette société devenue une multinationale omnipotente par la mise au point d’organes bio-mécaniques détient ainsi un marché fort lucratif en proposant à des prix prohibitifs, à prix coutant ou à crédit, ses services "humanistes". Or si au bout d’un trimestre le client ne règle pas sa dette contractée, les repo(ssession) men s’acquittent de leur mission en prélevant directement sur le désormais ancien client le bien appartenant à leur employeur. La mort de l’intéressé selon l’importance vitale de l’organe est par conséquent considéré comme secondaire et cet acte chirurgical primaire signé par le premier boucher venu adepte de belles mécaniques est bien évidemment légal.

Bande annonce IMG/flv/RepoMen.flv

Remy à ce titre est perçu comme l’un des meilleurs éléments de l’Union, et forme avec Jake un duo efficace dans la chasse aux resquilleurs vivant désormais dans la clandestinité (une traque des plus aisées, chaque organe bio-mécanique est en effet pourvu d’un émetteur permettant aux repo men de retrouver leur gibier). Lors de sa dernière mission en tant qu’agent de terrain avant de devenir vendeur pour l’Union, reconversion incitée par le départ de madame, Remy effectue une reprise chez un célèbre producteur de musique (RZA himself). Mais l’opération tourne court, le défibrillateur devant arrêter le cœur de notre producteur à court de liquidité projette Remy à plusieurs mètres, inconscient. Le lendemain dans une chambre d’hôpital à son réveil, Jake et son supérieur Frank (Liev Schreiber) lui apprennent que sa seule chance de survie est d’accepter la pause d’un cœur artificiel, un changement qui va s’avérer radical pour notre repo man...

JPEG - 59.5 ko

Comme annoncé précédemment, Repo Men ne manque pas de qualités tel le soin apporté à cette ambiance futuriste mais à force de trop vouloir en montrer, Sapochnik rend un plat certes roboratif mais aussi indigeste et finalement bancal. Durant la très longue première partie, nous suivons ainsi la paire Remy/Jake dans leurs aventures mécanico-sanglantes avec son lot d’humour potache ou comment deux adulescents attardés deviennent le bras armé d’un capitalisme... décomplexé (?).

JPEG - 61.5 ko

Au delà du renversement de situation prévisible, la phase pseudo-jouissive à dégommer du dossier en souffrance n’allant qu’un temps, notre héros fuit contre toute attente (hum...) le système qui l’a pourtant nourri grassement... ajoutez à cela que Remy redécouvre l’amour aux côtés d’une dissidente, si la greffe bio-mécanique d’un nouveau cœur n’oppose aucun rejet de la part du patient, le spectateur n’en dira pas autant pour devant tant de grosses ficelles. Et si la bienveillance de ce dernier est d’ores et déjà mise à rude épreuve durant tout le long métrage, le réalisateur confondant allègrement référence et copier-coller pour combler les vides de sa mise en scène (1), la conclusion ou pirouette finale pourra à l’évidence être considérée comme le dernier pied de nez d’un film misant sur l’inculture de son public (2).

Repo Men , Un film divertissant mais qui ne dépassera pas le stade de l’anecdotique (3).

Cliquer ici pour commander le DVD ou le Blu-ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


(1) Manquait plus que notre Remy joue du marteau et le copier-coller d’Old Boy était quasi-parfait.

(2) On sentait venir une fin à la Brazil... et ce fut le cas.

(3) Et qui aurait gagné à être écourté d’une bonne demie-heure.



Commentaires  (fermé)

Logo de dr frankNfurter
jeudi 16 septembre 2010 à 12h46, par  dr frankNfurter

Oui l’idée du dernier tiers du métrage est originale mais donne un drôle d’arrière goût quand on s’aperçoit que cela provient d’un autre film. Pourquoi pas ? Sauf qu’à l’image du film, on n’est jamais dans l’hommage mais dans le copiage pur et simple...

Logo de Binsanity
mercredi 15 septembre 2010 à 22h35, par  Binsanity

Je vois qu’on a pensé la même chose pour le copié-coller ^^.
Par contre moi j’ai pas (encore) vu Brazil, donc j’ai pas vu venir la fin.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite