Les Sirènes De Lusinia -- Votre note ?
2 votes


Les Sirènes De Lusinia

Daniel-Yves Chanbert
mardi 27 novembre 2012
par giraud
popularité : 12%

Un peu partout sur les planètes de l’Empire Galactique et même dans l’espace, des scientifiques disparaissent, s’évanouissant en fumée. Tous ou presque sont des femmes. Les autorités étant dépassées par les événements, les Grands Sages envoient Mylan Clarke, le Prince d’Orion, en mission à la recherche des auteurs de ces enlèvements. Tout cela va conduire Mylan et l’équipage de son vaisseau sur une planète très lointaine, où les femmes règnent sur les hommes réduits à l’esclavage...

"Le commandant Jadoun Vasquez jeta un dernier coup d’oeil à l’écran coloré du sidéro-visor, et étouffa un bâillement discret. (...) Dans moins d’une heure terrestre, la nef cosmique dont il avait la responsabilité plongerait automatiquement dans le supra-espace, et il suffirait d’un seul homme pour surveiller les appareils de navigation."

Ainsi commence le roman de Daniel Yves Chanbert, qu’on regrette aussitôt d’avoir ouvert... car on retrouve là le style hélas trop imitable de ces dizaines, ces centaines de romans publiés par Fleuve Noir dans les années 60 et 70, écrits pour la plupart par des auteurs francophones qui avaient pour noms (je ne cite ici que les meilleurs) Richard Bessiere, Jean-Gaston Vandel, Jimmy Guieu, Vargo Statten, B.R. Bruss et qu’on retrouvait adaptés en BD (d’une qualité affligeante)dans Sidéral (éditions Aredit / artima).

Et la suite, malheureusement, s’avère encore pire. Car évidemment, le héros est courageux et séduisant. Evidemment, toutes les femmes sont des bombes à forte poitrine. Evidemment il sera fait prisonnier. Evidemment il s’évadera. Et évidemment, il mettra fin à la crise par la seule puissance de son charisme et de sa séduction !

Mais s’il ne s’agissait que de cela... car il y a pire, hélas. Les Grands Sages de la planète Neutrina rappellent étrangement les Arisians de E.E. "Doc" Smith dans son cycle du Fulgur. Et plus grave encore au delà du ce qui ressemble à un plagiat, on trouve dans Les Sirènes De Lusinia une idéologie curieusement réactionnaire, machiste, voire sexiste.

La SF, notamment dans les années 70, ne se gênait pas pour s’emparer des thèmes de la libération sexuelle de l’époque et bon nombre d’écrivains et de réalisateurs ont imaginé des civilisations dominées par les femmes, pour des raisons et avec des résultats divers et variés.

Mais clairement, pour Daniel-Yves Chanbert, l’idée d’une société matriarcale est tout simplement insupportable et contre-nature ! Et tout cela trouve une conclusion aussi nauséabonde que pitoyable et ridicule, avec une fessée infligée par le héros à la reine de la planète Lusinia, qui va laisser celle-ci quasiment au bord de l’orgasme (je caricature à peine), désormais soumise et convaincue de la supériorité de la gent masculine !

Et à ceux qui douteraient du sérieux de ce roman, j’ai le regret de confirmer que non, ce n’est pas de l’humour, ni du second degré, hélas. Donc pour toutes ces raisons : poubelle !

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite