L’Ecume Des Jours -- Votre note ?
3 votes


L’Ecume Des Jours

Michel Gondry
dimanche 20 septembre 2015
par Didier GIRAUD
popularité : 3%

Colin, un jeune homme qui vit de ses rentes, passe son temps entre son cuisinier Nicolas et son ami Chick, qui est un fan absolu de l’écrivain Jean-Sol Partre, une passion qu’il partage avec Alise, une jeune femme qu’il vient de rencontrer. Invité à une soirée par Nicolas, Colin fait la connaissance de Chloé, dont il tombe amoureux. Mais peu de temps après leur mariage, Chloé tombe gravement malade, un nénuphar poussant dans un de ses poumons. Les soins coûtant très cher, Colin est obligé de trouver un travail. Pendant ce temps, Chick est de plus en plus obsédé par sa passion pour Jean-Sol Partre, ce que Alise supporte mal...

Pour d’obscures raisons, voilà plusieurs dizaines d’années que les écoliers français partagent l’étrange expérience que constitue la lecture de L’Ecume Des Jours de Boris Vian. Il était donc inévitable qu’un jour ou l’autre, un réalisateur se lance dans l’aventure que représente la très difficile adaptation à l’écran de l’univers loufoque et improbable né de l’imaginaire de Vian, dans lequel les objets sont animés et l’espace variable en fonction des états d’âme des personnages...

Pour cela, on ne pouvait sans doute pas trouver mieux que Michel Gondry, réalisateur de l’excellent The Eternal Sunshine Of The Spotless Mind et de la sympathique adaptation sur grand écran du Frelon Vert. Et la réalisateur a su bien s’entourer, avec quelques uns des plus grands noms du cinéma français d’aujourd’hui, tels que Romain Duris, Audrey Tautou, Gad Elmaleh, Omar Sy et Alain Chabat.

JPEG - 71.2 ko

Qu’on aime ou pas ce que Gondry a fait du roman de Boris Vian, il faut reconnaître que le film est plutôt fidèle au roman, dont on retrouve toutes les bizarreries (la souris, le pianocktail, les véhicules étranges, les objets animés) et tout le déroulement, jusqu’à sa fin tragique.

Le moins qu’on puisse dire est que les avis ont été partagés... Certains ont adoré, d’autres ont détesté. Mais peu sont restés indifférents, ce qui est plutôt bon signe ! Cela dit, que peut-on reprocher à Michel Gondry ? Peut-être le choix d’effets spéciaux "vintage" qui donnent à son film un aspect assez étrange, avec un côté hallucinatoire qui pourrait laisser supposer que les personnages du film sont sous l’emprise de substances interdites... ce qui n’est absolument pas le cas ni dans le roman ni dans le film ! Mais on peut également trouver que ces animations image par image ont un charme qui nous ramène de nombreuses années en arrière... à l’époque à laquelle le roman a été écrit et publié.

JPEG - 75.4 ko

Pour le reste, le scénario du film étant fidèle au roman, on aborde tous les grands thèmes de l’oeuvre de Vian : le travail (vu comme une aliénation), la maladie, l’amour, la religion (dont certains travers sont violemment dénoncés à la fin du film), l’argent. Et de ce point de vue là, le film est toujours d’actualité, même si la condition ouvrière est moins au coeur des débats que dans les années d’après-guerre (le roman a été publié en1947).

Toutefois, on ne peut s’empêcher de jeter aujourd’hui un regard assez critique sur les personnages créés par Boris Vian. Car Colin, Chloé, Chick et Alise, qui évoluent dans un univers plutôt privilégié, sans soucis d’argent et dont les seules préoccupations semblent être le jazz et les oeuvres d’un intellectuel, en un mot la jeunesse dorée de Saint Germain des Prés à l’époque, évoquent furieusement les "bobos" d’aujourd’hui ! Et ces bobos sont d’ailleurs parfaitement interprétés par des acteurs qui semblent être des modèles du genre, de Romain Duris à Audrey Tautou, en passant par Gad Elmaleh, aujourd’hui reconverti dans les mondanités princières et la publicité bancaire...

JPEG - 56.4 ko

Du coup, on a un peu de mal à s’attacher à eux et c’est peut être en cela que le film de Gondry ne fonctionne pas, ou mal. C’est dommage car visuellement, le film dégage un charme indéniable et même, par instants, une véritable poésie, avec des choix tout à fait dans l’esprit du roman, comme par exemple la disparition de la couleur après la mort de Chloé, qui cède la place à de superbes images en noir et blanc.

Tout cela se retrouve finalement dans la manière dont le film a été accueilli, avec des critiques mitigées, plusieurs nominations, un César obtenu (pour les meilleurs décors), mais un nombre d’entrées décevant (moins d’un million de spectateurs) au regard d’un budget relativement important (19 millions d’euros).

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD

Infos sur l’achat en ligne



Documents joints

MPEG4 - 29.6 Mo
MPEG4 - 29.6 Mo

Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite