Extrait de Hodock -- Votre note ?
2 votes


Extrait de Hodock

DAF
mardi 21 septembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 3%

Résumé officiel du roman (quatrième de couverture) : L’été de ses 16 ans, Alycia Thomson, une adolescente menant une vie des plus ordinaires, par pour l’Idaho rencontrer ses tantes. C’est avec elles qu’elle vivra désormais.
Rapidement, l’étrangeté de sa famille et des habitants des lieux l’interpellent : que lui cachent ses tantes derrière ces propos ambigus et ces regards équivoques ? Pourquoi son cousin lui est-il si hostile ? Que se cache-t-il derrière la porte verrouillée du grenier ? Que lui cachent ses camarades de classe sur elle mais qu’elle-même ignore ?
Elle découvre alors qu’elle est dotée de capacités extraordinaires. Elle réalise aussi qu’elle est à l’origine d’événements des plus mystérieux. Un monde dépassant ses rêves et ses cauchemars s’ouvre à elle : la planète Mysteria.

+

– Bon voyage, Kennet, murmura Mary-Flower.

– Tout se passera bien, assura Audrey, tandis que Mr Thomson quittait le manoir, refermant derrière lui la lourde porte en bois du manoir.

Alycia resta encore un instant devant la porte close de la demeure si froide et peu familière, en dépit du fait qu’elle était habitée par ses tantes.

Une année entière.

Elle allait habiter cet endroit pendant un an, quoi qu’il advienne, et cette idée l’effrayait bien plus que cela n’avait pu être le cas, lorsqu’elle était encore dans le Maine, ignorant dans quel lugubre décor elle allait atterrir. Dans un soupir de résolution forcée, Alycia quitta des yeux la porte au travers de laquelle elle imaginait la silhouette de son père disparaissant dans l’obscurité de la rue, prêt à rejoindre le bus d’Heldfield. À défaut d’être amusante, cette expérience serait différente, enrichissante d’une manière ou d’une autre, songea la jeune fille, tentant de voir la situation sous un plus bel angle. De toute façon, elle n’avait pas le choix.

– Bon, tu viens m’aider à préparer le dîner ? demanda Mary-Flower à Alycia, alors que Mr Thomson était parti depuis une heure.

– Heu… ouais, pourquoi pas ? répondit Alycia d’une voix rauque. À l’évidence, sa tante n’avait jamais entendu parler du décalage horaire. L’adolescente était épuisée par sa journée de voyage, et voilà qu’elle lui demandait de faire la cuisine ! Art dans lequel elle était loin d’exceller d’ailleurs…

– Bien, alors, suis-moi, dit la jeune femme, conduisant sa nièce dans une vaste salle lumineuse aux murs peints de blanc cassé et meublés de placards, plans de travail et tables en bois assortis.

– C’est très joli… remarqua Alycia, avant de se demander si c’était bien elle qui venait de parler. La dernière fois qu’elle avait fait un compliment remontait à très longtemps.

– Bon, nous allons faire du glaenon aux épices, annonça Mary-Flower en ouvrant le réfrigérateur.

– Du quoi ? s’exclama Alycia, surprise.

– Du poulet. Excuse-moi, c’est-à-dire que… Glaenon était le nom du canari de Paul, et il caquetait comme une poule, alors depuis qu’il est mort, nous appelons tous les poulets « glaenon », expliqua la tante sans être franchement très crédible aux yeux d’Alycia.

Pendant que sa tante faisait chauffer de l’huile dans une poêle sur la gazinière, Alycia ouvrit un placard vitré, en quête d’épices. Tout ce qu’elle trouva fut un flacon contenant des herbes séchées de couleur jaune et sentant très fort la lavande.

– C’est ça les épices ? demanda-t-elle, observant avec inquiétude sa tante qui coupait la viande en dés.

– Heu, non, pas du tout ! Ça c’est… des herbes qu’Audrey a ramassées, et qu’elle utilise pour se parfumer.

– Ça sent vachement fort ! Elle veut repousser tout le monde ou quoi ? Non, ne me dis rien : elle s’en sert pour circuler rapidement dans les magasins en période de soldes ? plaisanta Alycia, en reposant le flacon à sa place.

– Non, en petite quantité, et dilué avec un autre parfum, ça sent bon, expliqua Mary-Flower, sans trop de conviction.

– D’accord, je veux bien te croire. Mais dis-moi, pourquoi coupes-tu le poulet ? Vous ne le faites pas cuire au four ?

– Au four ? répéta la tante, cessant son activité pour afficher un air interdit. On aurait dit que l’idée de cuire de la viande au four ne lui avait jamais traversé l’esprit.

– Bien, c’est comme ça que papa le prépare…




Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2019

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite