Les Contrées Du Rêve -- Votre note ?
3 votes


Les Contrées Du Rêve

H.P. Lovecraft
vendredi 22 mars 2013
par Didier GIRAUD
popularité : 6%

De huit pages (Polaris) à 162 pages (La Quête Onirique de Kadath l’Inconnue), les 14 nouvelles regroupées dans ce recueil ont en commun un certain nombre de lieux, un certain nombre de personnages et d’entités plus ou moins monstrueuses. Et on y retrouve à plusieurs reprises un certain Randolph Carter, qui d’après les spécialistes de Lovecraft possède beaucoup de points communs avec l’écrivain. Embarquez donc avec lui pour le pays des rêves...

Il y a vraiment deux Lovecraft, et ux qui apprécient le précurseur de l’horreur moderne, le créateur des Grands Anciens, de Cthulhu à Dagon en passant par Yog-Sototh, l’inventeur du Necronomicon, risquent d’être un peu déstabilisés, voire déçus, à la lecture de ces nouvelles.

Pourtant, on retrouve à peu de choses près les mêmes ingrédients dans le cycle du rêve que dans le mythe de Cthulhu : des créatures monstrueuses, des dieux tout sauf bienveillants, des entités extra-terrestres, des lieux imaginaires, des cultes bizarres...

La différence fondamentale tient à la façon dont ces ingrédients sont utilisés et reliés et ce qui ressort de manière évidente, c’est que le cycle du rêve fait autant appel au merveilleux, voire à une certaine forme de poésie, qu’à l’horreur.

Le texte le plus emblématique de ce recueil, qui est presque un roman à lui seul avec ses 162 pages, est bien évidemment La Quête Onirique de Kadath l’Inconnue. On peut ne pas aimer ce long, très long, fastidieux et parfois répétitif voyage dans les différentes contrées du rêve... Mais le plus frappant, c’est qu’il s ’agit bien davantage de fantasy que d’horreur, averc cette quête sous forme de voyage, avec ce héros qui réunit peu à peu autour de lui un petit groupe hétéroclite, et tout cela bien avant les premiers écrits de Tolkien !

Disons le franchement, avec tout le respect et la reconnaisance que l’on doit à Lovecraft pour l’ensemble de son oeuvre et son influence sur le fantastique et l’horreur modernes : ces textes ont beaucoup vieillis et même mal vieillis, desservis par un style qui, à l’époque de leur publication, était suranné. Les nouvelles les plus courtes restent certes relativement agréables à lire, mais les plus longues peinent à retenir l’intérêt et l’attention du lecteur.

A réserver aux inconditionnels (qui sont nombreux, cela dit) de l’auteur, donc...

Cliquer ici pour commander le livre sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


A signaler, car c’est plutôt rare, la préface particulièrement intéressante du traducteur David Camus, qui a en outre réalisé un travail remarquable en "classant" les nouvelles pour leur donner une véritable cohérence, beaucoup moins évidente s’il s’était contenté de l’ordre chronologique habituel. Bravo !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite