Graham Masterton -- Votre note ?
3 votes


Graham Masterton

Le maître de l’horreur
mercredi 8 avril 2009
par Didier Giraud
popularité : 19%

Il y a clairement deux périodes dans la vie de cet écrivain ... et je ne fais pas allusion à ses écrits sur la sexualité ! La première partie de sa carrière, franchement brillante avec notamment ses deux sagas, Manitou et les Guerriers de la Nuit, et une deuxième partie à compter du début des années 2000, un peu plus alimentaire sans doute et moins originale, voire franchement médiocre avec la série des "Jim Rook"...

Avec une bonne cinquantaine de romans d’horreur à son actif, pas question de les passer tous en revue !

Ce qu’il faut retenir de Masterton, c’est qu’il puise l’essentiel de son inspiration dans les mythes et légendes de tous les peuples et toutes les régions du monde : Amérique avec Manitou, Moyen Orient avec Le Djinn, Europe du nord (légendes celtes) avec Katie Maguire, Europe de l’est avec Sang Impur, Japon avec Tengu, Aztèques avec Les Papillons du Mal, etc ... C’est encore plus évident avec sa série Jim Rook, dont les titres sont évocateurs : Magie Indienne, Magie Vaudou, Magie Maya, Magie des Neiges, Magie des Eaux, Magie des Flammes ... De ce fait, on trouve également assez souvent dans les romans de Masterton une composante historique importante, comme dans Le Jour J du Jugement (seconde guerre mondiale) ou encore Le Diable en Gris (guerre de sécession).

C’est clairement une recette, une sorte de marque de fabrique, mais aussi ce qui fait son originalité. King, à ses débuts, avait procédé de la même manière en revisitant à sa manières les grands thèmes du fantastique. Koontz a davantage emprunté des thèmes à la Science Fiction. Masterton lui, a choisi la mythologie. Ce qui ne l’empêche pas, de temps en temps, de s’attaquer lui aussi à des monuments du fantastique, tels que Lovecraft ou encore Dorian Gray et son portrait.

Mais la "patte" de Masterton, c’est aussi l’horreur. Avec lui, rien n’est suggéré, tout est décrit dans les moindres détails. Y compris les choses les plus inimaginables (le corps retourné comme un gant dans le deuxième volet de Manitou). Il faut parfois avoir l’estomac bien accroché, comme dans cette première scène de Tengu, à la limite du supportable, même pour un habitué de ce genre de littérature !

Son imagination semble parfois sans limites, bien supérieure à celle de tous les autres écrivains du genre. Sa Saga Manitou en est une bonne illustration, mais celle des Guerriers de la Nuit l’est plus encore : ce qu’il écrit et décrit dans ces trois romans semble totalement inadaptable au cinéma, même avec les moyens d’aujourd’hui.

Mais cette imagination et ce talent semblent parfois un peu gâchés par une tendance à l’écriture rapide, trop rapide peut être ...

On raconte que son premier roman, Manitou, a été écrit en une semaine ... ce qui est certain, c’est qu’on le lit souvent en moins d’une journée, tant ce chef d’oeuvre est difficile à lacher en cours de route ! Il a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation cinématograpique (titre traduit en français : Le Faiseur d’Epouvantes) avec Tony Curtis (si, si !) dans le rôle d’Harry Erskine... un film pas si mauvais que cela si on considère la difficulté d’adapter à l’écran certaine des scèhes imaginées par l’écrivain.

Pour ceux qui souhaitent découvrir cet auteur.. N’importe lequel de ses romans des années 80 et 90 peut être lu, même si certains sont moins bons que d’autres. Pour ce qui est des années 2000 ... la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Sa saga Jim Rook (dont il est question de tirer une série TV) s’apparente un peu à ce que serait une collection du genre "l’horreur pour les nuls". Mal écrite, horriblement répétitive, elle est à mettre de côté... et pour être honnête, c’est à se demander si ces romans ont bien été écrits par Masterton lui-même !

Mais ce serait dommage de passer à côté de cet écrivain, génial par moments. Car la plupart de ses romans ne se lisent pas : à l’image de ce que subissent certains de ses personnages, on finit par les dévorer ...


Manitou (Le Faiseur d’Epouvantes) est à ce jour, hélas, la seule adaptation à ma connaissance d’un roman de Masterton au cinéma... autrement dit, il ya une véritable mine d’or à exploiter, pour ceux qui auront les moyens de négocier les droits ...



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite