Robin Hobb -- Votre note ?
3 votes


Robin Hobb

Une autre approche de la Fantasy
samedi 5 mars 2011
par giraud
popularité : 18%

Ses héros ? Un assassin, une famille de femmes, un jeune homme obèse... L’essentiel de ses romans ? Des histoires de famille, à la façon des pires séries TV américaines... Du fantastique ? Oui, mais à doses homéopathiques, en filigrane. De l’action ? De temps en temps, parce qu’il en faut bien un peu... Et pourtant, ses sagas qui comptent généralement autour d’un dizaines de romans sont quasiment impossibles à lacher en cours de route, une fois commencées !

L’Heroic Fantasy est un genre, depuis Le Seigneur des Anneaux de Tolkien, hyper codifié. Un jeune héros, des compagnons qui se joignent à lui peu à peu, une quête qui les amène à traverser de nombreux pays, des batailles homériques, un terrifiant adversaire, des magiciens et des sorciers ...

La fantasy de Robin Hobb, elle, n’a rien d’héroique ! Et elle se passe allègrement de toutes ces conventions pour construire des récits originaux qui n’ont jamais l’air d’emprunter quoi que ce soit à qui que ce soit.

Son premier grand cyle, celui de L’Assassin Royal, écrit de 1998 à 2000 puis de 2003 à 2006 pour sa second partie, est sans doute le moins original. Son héros est Fitz, un jeune homme, la bâtard d’un prince, élevé dans des écuries et qui va être remarqué par le roi, qui va confier à son homme de main Umbre la mission de faire de lui un Assassin à son service. Mais Fitz a du sang royal et il va devenir la cible de celui qui veut détrôner le roi Vérité ...

Si l’intrigue de ce cycle n’est pas très innovante, Robin Hobb apporte néanmoins ce qui va devenir sa "marque de fabrique", avec une histoire de famille qui devient de plus en plus complexe au fil des romans... Et surtout, elle continue à développer sa vision du monde qui va également servir de cadre à son cycle suivant ! Un monde dans lequel il existe une magie qui s’appelle l’Art et une autre qu’on appelle le Vif, sur lequel il existe des mers parcourues par des pirates, sur lequel auraient autrefois existé des créatuires très puissantes appelées les Anciens ...

Ces anciens, on en entendra parler à nouveau dans le Cycle des Aventuriers de la Mers, écrit de 2001 à 2007 et qui aurait plutôt du être intitulé Les Aventurières de la Mer, tant les personnages féminins y sont nombreux et bien plus passionnants, il f’aut bien l’avouer, que les personnages masculins (plutôt lamentables à l’exception toutefois d’un pirate très ambigü). Et elle nous décrit une civilisation complexe et fascinante, aux coutumes un peu étranges et la magie n’est pas absente.

Mais c’est sans doute avec son cycle du Soldat Chamane, écrit entre 2006 et 2006, que Robin Hobb nous offre sa saga la plus originale, qui n’est pas sans rappeler, par moments, la conqûete de l’ouest américain au détrument des indiens ! Une saga qui démarre de manière assez habituelle pour Robin Hobb, avec une histoire de famille et un jeune homme destiné à devenir soldat et qui n’a comme ambition que de donner satisfaction à un père très autoritaire. Malheureusement, le jeune homme en question va renontrer la magie, qui va faire de lui un obèse qui va être rejeté de tous et qui finira par sa tourner vers un peuple étrange et primitif, les ocellions, qui opposent à la technologie des hommes leur maîtrise de la magie de la nature...

Mais apparemment, Robin Hobb na pas encore fait le tour de l’univers de L’Assassin Royal et des Aventuriers de la Mer et notamment de ces Anciens qui semblent la fasciner, au point qu’elle leur consacre depuis 2010 son nouveau cycle de La Cité des Anciens, qui compte déjà 2 volumes (quatre dans l’édition française). Et il est probable qu’elle n’en restera pas là ...

Au delà des thèmes qu’elle aborde dans ses différents cycles, toutefois, ce qui surprend chez Robin Hobb c’est sa capacité à nous rendre "accros" à des romans dans lesquels il y a très peu d’action, en tout cas beaucoup moins que dans ceux de ses consoeurs et confrères. Sans doute par ce qu’elle considère comme l’action essentielle de ses romans ne se déroule pas sur les champs de bataille, mais dans le coeur et les tripes de ses personnages. Quelque chose d’universel et d’intemporel qui vaut pour tous les romans, quel que soit leur genre, depuis que la littérature existe. C’est peut être ça qui fait la différence entre les bons écrivains et les grand écrivains ?



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite