Anges et Démons -- Votre note ?
2 votes


Anges et Démons

Ron Howard
jeudi 3 décembre 2009
par Didier Giraud
popularité : 5%

La saga de Robert Langdon, expert en symbologie, continue... Avec le roman, elle débutait car - faut-il le rappeler - Dan Brown a écrit Anges et Démons AVANT Da Vinci Code... mais il était passé presque inaperçu, avant que le succès mondial du Da Vinci Code le propulse à son tour au rang de best seller. Pour le film, on pourrait penser qu’on prend les mêmes, Ron Howard et Tom Hanks, et qu’on recommence... mais ce n’est que partiellement vrai.

Bande annonce IMG/flv/AngesEtDemons.flv

Un groupe religieux nommé les Illuminati menace Le Vatican. Alors que le Pape vient de déceder, les quatre évèques pressentis pour le remplacer sont enlevés. Et surtout, un réservoir contenant des particules d’anti-matière a été volé dans un laboratoire et placé quelque part au Vatican. Lorsque la batterie maintenant ces particules en suspension sera épuisée, une explosion phénoménale anéantira le Vatican... et Rome. Pour essayer de retrouver les évèques et la bombe et décrypter l’étrange message laissé par les Illuminati, la police italienne et les gardes suisses du Vatican font appel à Robert Langdon. Ca tombe bien, cela faisait des années qu’il demandait à avoir accès à la fameuse bibliothèque ...

JPEG - 105 ko

Il n’est guère étonnant que Ron Howard aie dû reconstituer les décors du Vatican pour le tournage de son film, Dan Brown, ses romans et ses films étant "persona non grata" ! Il faut dire qu’il a tout fait pour ça... Avant même d’imaginer que le Christ pouvait avoir eu une descendance (ce qui, pour une raison qui m’échappe, a choqué divers historiens, comme si un homme, fût-il le fils de Dieu, ayant atteint l’âge de 33 ans n’avait pu trouver le temps nécessaire à cela ...), le voilà qui réarrange la vérité historique pour céer une secte de dangereux fanatiques, les Illuminati...

Les Illuminati, un nom bien connu des tenants de la théorie du complot, serait selon Dan Brown un mouvement ayant tenté, à une époque reculée (celle de Galilée, qui en aurait été un membre éminent) de réconcilier la religion et la science. Au passage, il accuse gentiment l’Eglise d’avoir, tout au long de l’histoire, lutté contre la science, contre la vérité, contre le progrès... et d’avoir tenté d’exterminer les illuminati, les forçant ainsi à devenir une organisation secrète qui tente donc, 400 ans après, de prendre sa revanche !

JPEG - 98.5 ko

Inutile de dire que le sujet était relativement explosif, compte tenu de l’influence de certaines associations catholiques américaines. C’est sans doute pour cela que le propos a été relativement adouci dans le film, comparativement au roman. Ron Howard, en bon adepte du politiquement (et religieusement) correct, a en effet fait de son mieux pour nous rendre sympathiques les évèques de Rome en conclave pour désigner le nouveau Pape, en passant rapidement sur les intrigues (pour ne pas dire magouilles) inévitablement générées par de telles élections...

JPEG - 50.8 ko

Mais ce n’est pas la seule modification apportée par les scénaristes de Anges et Démons. Robert Langdon, à la différence du roman, travaille en étroite collaboration avec la police, qui le suit (et l’aide) tout au long de sa course contre la montre. Et la fin, avec le camerlingue s’envolant seul avec la bombe en hélicoptère, avant de sauter en parachute, est infiniment plus crédible que celle du roman, qui voyait Robert Langdon (qui déteste les avions ...) jouer les héros et sauver sa vie en plongeant après une longue chute libre dans le Tibre !

Quant à l’histoire d’amour entre le symbologue et la physicienne ... elle passe tout tout simplement à la trappe ! C’est d’ailleurs le principal défaut que l’on peut reprocher au film : le manque d’émotions manifestées par les personnages. Qu’il s’agisse du tueur qui élimine les évèques les uns après les autres, de Robert Langdon lui même, du camerlingue, des évèques, des policiers, personne ne semble réellement impliqué. Et la comble de l’indifférence est atteint avec le personnage de Vittoria, véritable potiche dont on se demande bien ce qu’elle fait ici et à quoi ou à qui elle peut bien servir ...

Reste quand même une formidable carte postale animée, qui donne vraiment envie d’aller à Rome (une ville fantastique, que le film ne fait pourtant qu’effleurer) et un thriller qui fonctionne plutôt bien, avec une course contre la montre et un jeu de pistes à base d’énigmes, mais qui "passent" d’autant mieux qu’elles sont moins nombreuses que dans Da Vinci Code. Tout cela donne un bon film... mais s’agissant de l’adaptation d’un best seller mondial par Ron Howard avec des acteurs commme Tom Hanks et Ewan McGregor, c’est quand même un peu court.

Moralité : on préfèrera comme roman Da Vinci Code à Anges et Démons ... et on préfèrera comme film Anges et Démons à Da Vinci Code !

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


Pourquoi évoquer Anges et Démons sur ce site ? Parce qu’il est question d’anti-matière, évidemment !



Commentaires  (fermé)

Logo de dr frankNfurter
vendredi 4 décembre 2009 à 17h32, par  dr frankNfurter

la contre chronique parce que... passe que !

Le Vatican est en danger mes biens chers frères, mes chères sœurs. Et avant d’accuser les fondamentalistes de l’église évangéliste ou autres joyeux extrémistes que nous offrent gracieusement les trois grandes religions monothéistes, il convient de pointer tout suite cette infâme et rancunière société secrète, les Illuminati. Certes, par le passé le Vatican a eu la main lourde, il n’était guère populaire de prôner les vertus de la Science face à la foi catholique. Ainsi les Illuminati, après avoir subi une répression sanglante, se sont jurés d’anéantir l’Église catholique un jour ou l’autre. Or la bête, c’est bien connu, tapis dans l’ombre, choisit toujours le moment propice pour arriver à ses fins. A la mort du souverain pontife comme le veut la tradition, le conclave doit se dérouler pour élire le nouveau pape. Les Illuminati décident alors de kidnapper les quatre cardinaux favoris et menacent d’en tuer un par heure à partir de 20h... en attendant minuit où le Vatican périra par le feu. La société secrète a en effet l’intention d’utiliser l’antimatière qu’elle a subtilisée au CERN de Genève pour offrir à Rome une nuit enflammée mémorable. Dès lors, un émissaire du Vatican est envoyé prestement à Harvard pour demander l’aide du professeur Langdon...

Après le brouillon indigeste mais fort heureusement très lucratif Da Vinci Code sorti en 2006, on était en droit d’émettre quelques réserves quant à la préquelle Anges et démons ... de nouveau réalisée par Ron Howard avec toujours au scénario Akiva Goldsman (secondé cette fois-ci par David Koepp (1)). Certes, Ron Howard avait retrouvé quelques plumes après Frost/Nixon mais connaissant quelque peu le passif d’Howard, bon nombre de mauvais esprits piaffaient d’impatience tels des épileptiques accrochés à leur siège. Et autant l’avouer immédiatement, ces derniers risquent d’être légèrement déçus... à croire que le duo cités précédemment a eu l’amabilité d’alléger son propos, et ainsi contrairement au Da Vinci Code de tailler un peu dans le gras.

Anges et démons nous convie donc de suivre un contre la montre "mené tambour battant" par le professeur spécialiste en symbole et accompagné pour l’occasion par une physicienne du CERN. Premier point, le film est certes plus nerveux que son prédécesseur mais reste tout de même mou du genou. Certes, demander à un universitaire de retrouver en six heures quatre cardinaux et une bombe, n’était sans doute pas la meilleure des solutions pour obtenir une action soutenue... d’autant plus qu’ils ont la fâcheuse idée de se pointer toujours deux minutes avant l’heure du rendez-vous... deux minutes pour trouver un cardinal sur le point de mourir, c’est peu... même quand on professe à Harvard. Autre point fâcheux, et non des moindres, l’histoire... tout du moins son déroulement. Faut-il être totalement aveugle pour ne pas considérer tout ceci comme hyper prévisible ? Deux personnages secondaires foncièrement antipathiques, d’un côté un vieil arriviste et de l’autre un chef de la sécurité à l’accent allemand (2) qui finalement cachent leur jeu et ne sont pas si méchants... du coup, avec un peu de bon sens, on se doute que si les scénaristes/Dan Brown ont eu l’intelligence de nous décrire deux faux méchants, il se cache au moins un faux gentil au Vatican... On passera sur le fait que notre bon Robert vaut tous les meilleurs pistards du monde, sa capacité à trouver des indices frisant le ridicule par moment... pour s’intéresser au plan machiavélique des Illuminati.

Je veux bien admettre beaucoup de choses mais ce plan ne tient pas une seconde... enfin disons qu’il ne tient que sur UNE hypothèse, que Robert Langdon déjoue la totalité des pièges tendus, tout du moins la partie émergée. Bref, le méchant qui semble gentil a une telle confiance en lui (3) qu’il ne pense pas une seconde à un plan B, au cas où notre bon Robert se plante magistralement... Certes, Robert est le gentil, notre méchant ne joue pas trop avec la malchance, mais tout de même. Pour rappel, si Robert ne trouve pas la planque de la bombe, le méchant saute avec... Notez que tout se tient en un sens, puisqu’il n’est jamais question d’ultimatum... on trucide quatre cardinaux, on veut mettre le Vatican en feu mais on ne demande rien en échange... je dis ça, je dis rien, mais à moins de vouloir faire mumuse avec Robert, les Illuminati n’avaient qu’à faire tout cramer et basta... Bref, pour les retardataires, le méchant est très très tordu et en plus il se fait passer pour un gentil.

Du coup, une action très linéaire, un scénario ciblant avant tout les spectateurs les moins exigeants (4), que reste-t-il ? Et bien, sachez déjà que Tom Hanks a changé de coiffeur. Enfin disons que chronologiquement par rapport à Da Vinci Code , on dira plutôt que Robert Langdon n’en a pas encore changé. Hormis ce détail capillaire, il faut avouer aussi que la partenaire féminine de Bob n’atteint pas non plus des sommets. Certes, après la "performance" d’Audrey Tautou, notre italienne parait moins tarte, plus aurait été difficile... mais le directeur de casting a tout de même réussi le challenge de trouver une brune d’une très grande fadeur. Et comble du désastre, dans toute bonne production nanar qui se respecte l’utilisation du sacrosaint plan nichon permet toujours en partie de relever la fadeur d’une interprète féminine... sauf que là, Robert n’a pas le temps pour une quelconque amourette, alors la demoiselle pour un plan nichon vous pensez. Dommage car dans mon souvenir, une chasse à l’homme par exemple n’empêche nullement une partie de jambe en l’air, alors un compte à rebours ne devrait pas non plus être un frein. Après reste le problème géographique, le Vatican n’est sans doute pas le lieu approprié... pourtant à l’époque des Borgia...

Finalement, en mettant de côté l’aspect capillaire (5), le véritable point fort d’ Anges et démons est d’avoir réussi à créer un Vatican factice. L’œuvre de Dan Brown n’étant pas dans les petits papiers de l’église catholique, la plupart des plans ont été réalisés en studio, excepté quelques prises de vue filmées à Rome, pour un résultat plutôt bluffant... Bref, vivement 2010 et la sortie de The Lost Symbol sur les écrans.


(1) Pour donner une idée d’un côté, nous avons le poids lourd Goldsman, scénariste des mémorables Batman & Robin , Le droit de tuer ou Je suis une légende , de l’autre Koepp scénariste de Bad Influence , Carlito’s Way ou Spider-Man .

(2) Oui bon en fait c’est surtout un accent alémanique mais si j’écris allemand et antipathique ça sonne mieux.

(3) Ceci dit, c’est la nature même du très très méchant : un égo démesuré et une confiance en soi qui ne l’est pas moins.

(4) David Koepp ne peut pas faire non plus des miracles finalement... surtout quand on vous donne un tel matériau de base...

(5) Je sais j’insiste un peu trop mais si c’est un détail pour vous, sachez que chez moi ça veut dire beaucoup.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite