Dédale Vers l’Empyrée -- Votre note ?
3 votes


Dédale Vers l’Empyrée

Cédric Desseaux
vendredi 2 avril 2010
par Didier Giraud
popularité : 15%

Réglons le problème une bonne fois pour toutes. Empyrée : selon les notions de l’Antiquité, la plus élevée des quatre sphères célestes, qui était habitée par les dieux et contenait les astres (pour dédale ... débrouillez-vous !). En plus, ce titre est parfaitement justifié par le contenu du roman, sa fin et le message que Cédric Desseaux voulait très probablement suggérer... Alors passons maintenant aux choses sérieuses !

En 2010 et des poussières... la Terre n’est plus qu’une vaste étendue constituée de ruines et de paysages désormais déserts. Seuls quelques villages, quelques tribus, quelques bandes plus ou moins civilisées, plus ou moins organisées, ont survécu à la catastrophe.

Quelle catastrophe ? Un phénomène totalement inattendu et imprévisible, un mal insidieux dont l’humanité n’a pris conscience que trop tard et qui a poussé la majeure partie des habitants de notre planète à se suicider ... une sorte de dépression généralisée à l’échelle de la société qui a fini par provoquer l’effondrement de la civilisation.

Mais la nature humaine a horreur du vide ... et les survivants se sont regroupés au sein de communautés plus ou moins importantes. Et un nouveau gouvernement a vu le jour, dominé par des prêtres et des militaires, l’Organisation, qui se livre à de bien étranges et atroces expériences sur des enfants...

Lorsque Vernon, un géant québecois aussi dangereux qu’alcoolique et qui tente de guérir son addiction auprès de la douce guérisseuse Léa, découvre la vérité, il décide de reprendre les armes. En compagnie de Léa et de sa fille adoptive, d’un couple d’amis et d’un individu très ambigü (traître ou agent double) de l’Organisation, le voilà parti pour une dangereuse mission qui va les emmener bien plus loin qu’ils pouvaient l’imaginer... Une mission qui va les faire aller de découverte en révélation, jusqu’au moment où ils découvriront l’inimaginable vérité dissimulée par l’Organisation, mais qui va aussi constituer un véritable parcours initiatique ... un dédale vers l’empyrée, réellement.

Passons rapidement sur les quelques défauts du roman. Oui, le personnage de Vernon a tout d’un cliché directement sorti d’une production hollywoodienne -du moins pendant une bonne partie du roman)... Oui, 576 pages, c’est peut être un peu trop et on peut penser que sur les deux premiers tiers du récit, la part laissée à l’action pure est sans doute un peu trop importante et n’apporte pas grand chose... oui, la philosophie "New Age" qui se dégage du roman peut parfois s’avérer pénible pour ceux qui n’y seraient pas sensibles. Et oui, le correcteur orthographique de l’éditeur devrait vraiment être mieux configuré : qu’il s’agisse des dents, des fesses ou des boulons, on "serre" et on ne "sert" pas ...

Mais ces quelques points de détail s’avèrent sans aucune importance au regard des qualités de ce roman, remarquablement écrit et remarquablement construit.

Du point de vue "survival horror", je n’avais pas lu mieux depuis bien longtemps ... en fait depuis L’Autoroute Sauvage, La Mort en Billes et L’Île Brûlée, de Gilles Thomas (un autre auteur français, curieusement) à la fin des années 70 ! Mais les romans de Gilles Thomas n’avaient comme seul intérêt que les aventures très mouvementées de ses héros... ce qui n’est pas le cas de Dédale Vers l’Empyrée.

D’un point de vue plus littéraire, on peut être agacé par la manie de Cédric Desseaux de recourir à des phrases ultra courtes, sans sujet ni verbe (cela doit porter un nom ... mais je ne le connais pas). Mais cela ne remet pas en cause un véritable talent d’écrivain, de conteur et un style parfois flamboyant.

J’ignore s’il s’agit d’un premier roman ... mais si c’est le cas, on a le sentiment que Cédric Desseaux a appris à écrire en l’écrivant et que ses progrès ont été fulgurants, le roman devenant de plus en plus passionnant au fur et à mesure qu’on avance dans le récit.

Quant aux idées - un domaine selon moi fondamental dès lors qu’il s ’agit de littérature imaginaire-, elles sont aussi originales qu’intéressantes, ce qui est suffisamment rare pour être salué, avec un mélange détonnant de SF et de fantastique, un cocktail pas si facile que cela à réussir.

Ajoutez à cela des personnages profondément attachants et dont on suit le parcours et lévolution avec intérêt, quelques considérations philosophiques et religieuses intéressantes (New Age n’est pas un gros mot ... même si quelques mauvais esprits ont pris l’habitude de caricaturer ce mouvement de pensée) et une fin inhabituellement dramatique et parfaitement maîtrisée ... et vous obtenez un roman rare. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il ne s’agisse pas d’un coup d’éclat sans suite et que Cédric Desseaux poursuivra sur sa lancée. Je serai vraiment curieux de lire son prochain roman, que j’achèterai les yeux fermés !

commander le roman sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite