A La Poursuite De Demain -- Votre note ?


A La Poursuite De Demain

Brad Bird
mardi 24 novembre 2015
par Didier GIRAUD
popularité : 6%

La jeune Casey dont le père, ingénieur à la NASA, se retrouve au chômage suite à des coupes budgétaires, tente de s’opposer à la destruction d’un site de lancement à Cap Canaveral avant d’être arrêtée par la sécurité de la NASA et de passer un nuit en prison. A sa sortie, elle découvre dans les affaires qui lui sont rendues un pin’s aux étranges pouvoirs : dès qu’elle s’en saisit, elle se retrouve dans un autre monde, futuriste. De retour sur terre, elle tente de comprendre ce qui lui arrive mais échappe de peu à une tentative d’assassinat avec l’aide d’Athena, une jeune fille, qui lui avoue ensuite lui avoir donné le pin’s et qui se revèle être un robot ! Pour Athena, ce n’est pas une première. Dans les années 60, déjà, elle avait donné un pin’s du même genre à un jeune garçon, Frank Walker, chez qui elle va déposer Casey...

On devrait maintenant être habitué à ces mega-flops commerciaux de chez Disney, parfois injustes d’ailleurs. Certes, l’échec de Lone Ranger était plutôt mérité, mais celui de John Carter ne l’était vraiment pas... et celui d’ A La Poursuite De Demain, qui a coûté la bagatelle de 190 millions de dollars, est tout aussi injuste !

Certains ont reproché au film de faire référence (voire indirectement de la publicité) aux parcs d’attraction Disney, en particulier celui d’EPCOT et son Future World. C’est peut-être un peu exagéré... car peut-on penser que les parcs Disney, notamment celui-ci ouvert au début des années 80, ont encore besoin de publicité ? En revanche, il est intéressant de faire référence à la manière dont on imaginait l’avenir à l’époque où ces parcs ont été conçus, dans les années 60. C’est de cela dont il est question dans le film de Brad Bird. Car 50 ans plus tard, la donne a un petit peu changé...

JPEG - 71.2 ko

Dans les années 60 on imaginait que toutes les voitures voleraient, les individus aussi (avec des jets packs tels que ceux qu’on peut voir dans le film*), que les villes seraient propres et même étincelantes, que tous les problèmes qu’on pouvait sentir poindre seraient résolus et que les guerres auraient disparu grâce à l’avénement d’un gouvernement mondial. Cinquante ans après, la réalité est tout autre : réchauffement climatique, surpopulation, terrorisme généralisé à toute la planète...

C’est de cela dont il est question dans le film, qui oppose cette vision du futur à la réalité qui est la nôtre aujourd’hui. On peut considérer que le sujet est traité à la manière "bisounours"... mais le constat que fait le film est pourtant bien réel. Car en 50 ans (ce qui est une période très courte à l’échelle de l’histoire humaine) on est passé d’une vision optimiste de l’avenir à des perspectives particulièrement sombres, dont on imagine mal comment l’humanité va pouvoir s’en sortir indemne...

JPEG - 60.8 ko

Brad Bird, un réalisateur issu des films d’animation (Le Géant De Fer pour Warner, Les Indestructibles pour Disney), a fait ce qu’il a pu... mais son film s’apparente davantage à un conte qu’à un véritable film de SF, ou à un de ces films pour la jeunesse dont il avait l’habitude. C’est peut-être ce qui a dérouté le public, qui ne s’attendait à un film dont le message est un peu moralisateur (comme souvent chez Disney), mais est surtout très sérieux.

C’est dommage car le film a bénéficié d’un budget considérable (190 millions de dollars) et ça se voit ! Images superbes, effets spéciaux parfaits... même le générique de fin est un petit bijou ! Et côté casting, c’est pas mal non plus avec George "what else" Clooney et Hugh "docteur House" Laurie... Mais la grande gagnante, c’est la jeune actrice de 13 ans (mais déjà vue dans Dark Shadows et Blanche Neige Et Le Chasseur) , Raffey Cassidy : on ne voit qu’elle, avec ses expressions d’adulte bluffantes et son regard d’une intensité assez incroyable. Sans doute une future star...

JPEG - 27 ko

Le résultat, c’est un film franchement réussi dans sa première moitié, car on se demande vraiment de quoi il est question et vers où le réalisateur veut nous emmener. Il est moins réussi dans sa deuxième partie, c’est vrai, où Brad Bird pêche sans doute par excès de bons sentiments, là aussi un classique de chez Disney. Mais l’ensemble reste plaisant et assez surprenant. A voir, donc, au moins une fois en tout cas !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Documents joints

MPEG4 - 36.3 Mo
MPEG4 - 36.3 Mo

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite