En exclusivité : interview de Nathalie Suteau ! -- Votre note ?
5 votes


En exclusivité : interview de Nathalie Suteau !

vendredi 10 octobre 2008
par Didier Giraud
popularité : 13%

LME Tout d’abord, merci Nathalie SUTEAU d’avoir accepté de vous livrer à cette interview ( la première de ce genre sur ce site). Espérons qu’elle donnera envie à nos visiteurs de lire votre roman, Les Fauche-Mort !

Pouvez-vous nous dire qui vous a amené à l’écriture ?

NS J’ai commencé à écrire en rédigeant un journal lorsque j’étais ado – avec quelques similitudes d’écriture avec le journal de Julie qui constitue une partie du roman. Parfois j’écrivais aussi des petites nouvelles. Ensuite, je n’ai plus rien écrit hormis quelques critiques de films dans un magazine qui s’appelait Another View - en 90-91. Je suis une grande fan de ciné et en 2002-03, je faisais du bénévolat pour aider de jeunes réalisateurs à promouvoir leurs courts-métrages. Leurs créations et leur créativité m’ont donné envie de créer également mais je ne voyais pas trop dans quel domaine exprimer ma créativité – je n’étais même pas certaine d’avoir la moindre créativité ! J’ai d’abord décidé d’écrire une biographie : cela me semblait à ma portée en termes de création. J’ai choisi un acteur débutant que j’avais l’intention de suivre pendant plusieurs années. Mon choix s’est porté sur Orlando Bloom : on était en 2003, Legolas et le Seigneur des anneaux étaient partout, je suis montée dans le train ! En mai 2004, j’avais fini de rédiger la biographie... et Orlando Bloom n’ayant que 27 ans à l’époque, j’ai bien rigolé en pensant qu’il allait falloir que j’attende au moins 10 ans avant d’écrire la fin de cette biographie (rires). Bref, j’ai abandonné. Au même moment, par hasard, dans les listings de festivals, concours etc... que j’épluchais pour les réalisateurs, j’ai trouvé une petite annonce pour un concours de nouvelle sur le thème du vampire. J’ai écrit la nouvelle en 2 jours : je pensais n’avoir aucune idée et puis une histoire m’est venue à l’esprit - je ne sais absolument pas comment !

LME Et comment la nouvelle s’est-elle transformée en roman ?

JPEG - 365.2 ko

NS Ca n’a pas été évident ! J’ai cherché pendant plusieurs mois comment passer de la nouvelle au roman, je n’y arrivais pas et j’y suis arrivée en créant le personnage de Milo – l’idée a surgit en regardant un match de foot... Manchester United contre... je ne sais plus. Mes idées semblent surgir d’un peu n’importe où et n’importe quand ! Concernant la structure du récit, j’ai adopté ce qu’on appelle la narration non-linéaire. Je suis amie avec un jeune réalisateur écossais, Stephen Kilkie, et il m’a souvent démontré l’intérêt en terme de suspense de ce type de narration - tout du moins au cinéma. J’aime également beaucoup Stevenson et The Master of Ballantrae et je pense que j’ai été un peu influencée par cet auteur en ce qui concerne la narration à plusieurs voies.

LME Venons en justement aux personnages. Votre Julie n’est vraiment pas ordinaire… elle est même assez fascinante ! En fait, elle a une psychologie assez masculine, alors que Milo a des côtés féminins, non ?

NS Les hommes aiment le journal de Julie et les femmes le détestent et le trouvent ennuyeux - surtout au début. D’une manière générale, les femmes adorent Milo et détestent Julie et les hommes adorent Julie et trouvent Milo fade. Hum, éternelle incompréhension entre Mars et Venus probablement ! En fait, je crois que les hommes ont une méconnaissance des pensées profondes des femmes : il faudrait ouvrir le journal intime de quelques femmes pour le vérifier mais, hormis le fait que Julie manque totalement de romantisme, elle est totalement femme, dans son caractère manipulateur notamment. Milo, lui, est le personnage qui a le caractère le plus proche du mien : je pense que, de ce fait, il s’exprime un peu trop comme je le ferais - et je suis une femme. Je voulais donner à Milo un caractère naïf, en raison de son jeune âge. Ce côté naïf est visiblement devenu un côté féminin …

LME Avec un peu de recul, après la publication de ce premier roman, quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui a un roman en cours de rédaction, ou à quelqu’un qui écrit des nouvelles et aimerait passer au roman, pour arriver jusqu’au bout de son projet ?

JPEG - 353.6 ko

NS Je crois que chaque personne est unique et qu’il n’y a pas de conseil standard dans ce domaine. Si l’écrivain est déterminé à écrire un roman, je crois qu’il vaut mieux qu’il se lance rapidement dans le roman et qu’il ne s’attarde pas trop à écrire de nombreuses nouvelles. Le conseil récurrent est de ne passer au roman que lorsque l’on maîtrise la nouvelle, mais je trouve qu’il s’agit de deux exercices très différents et qu’un bon écrivain de roman n’est pas forcément un bon écrivain de nouvelles et vice versa. Dans un autre domaine, j’aurais tendance à conseiller aux auteurs de chercher un agent avant de chercher un éditeur. C’est sans doute la meilleure manière de protéger ses intérêts.

LME Et maintenant, quels sont vos projets ? Y aura-t-il une suite aux Fauche-Mort ? La fin laisse de nombreuses possibilités … A moins que vous ayez un autre roman en cours ?

NS Je ne sais pas encore, un deuxième ouvrage probablement mais je ne sais pas s’il s’agira d’un roman. Donner une suite aux Fauche-Mort... je ne sais pas, peut-être, si les lecteurs réclament une suite...

LME S’il faut que les Mondes Etranges lancent une pétition pour cela … alors on le fera !

Merci Nathalie SUTEAU pour ces quelques mots, et à très bientôt, espérons le, pour un second roman !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite