Le Soldat Chamane - La Déchirure -- Votre note ?


Le Soldat Chamane - La Déchirure

Robin Hobb
mercredi 4 février 2009
par Didier Giraud
popularité : 3%

Jamère Burvelle a 8 ans au début du roman et déjà son père, ancien militaire anobli par le roi de Gernie, le forme pour devenir soldat, car Jamère est son second fils. A la fin de ce premier roman d’un cycle qui en compte cinq, Jamère a atteint ses 18 ans et il vient d’entrer à l’Ecole Royale de Cavalla (cavalerie, en français de ce monde). Que s’est-il passé entretemps ? Peu de choses et beaucoup en même temps ... car le destin de Jamère ne sera pas celui qu’une société ultra-codifiée avait programmé pour lui, même si, à ce stade du récit, on ne peut imaginer que très vaguement la suite !

La Gernie est depuis longtemps en guerre. Une guerre perdue, pour commencer, contre un peuple venu l’attaquer par les mers et qui s’est emparé de ses côtes. Du coup, la Gernie s’est rabattue sur l’intérieur des terres et s’est lancée à la conquête de vastes territoires occupés par différentes tribus de nomades. Sa supérioté technique et son oprganisation lui permettent de l’emporter relativement facilement et de pacifier ensuite ses adversaires en les sédentarisant et en les ralliant plus ou moins à sa cause. Même les Kidonas et leur magie, les plus redoutables des nomades, ont dû s’avouer vaincus face à la puissance du fer qui annihile leur magie. Et peu à peu, la civilisation gernienne gagne du terrain, bâtissant des cités, construisant des routes, utilisant sans remords toutes les ressources naturelles à sa disposition ...

Socialement, en revanche, la Gernie semble stagner dans la rigidité la plus totale ! Le destin des enfants y est fixé, dès leur naissance, selon leur rang (premier, deuxième, troisième fils ...) et selon l’origine sociale du père. Les femmes n’ont guère d’importance, et les mariages sont arrangés entre les familles selon des considérations qui n’ont généralement rien à voir avec les sentiments que les jeunes gens peuvent avoir l’un pour l’autre ...

Jamère est un bon fils. Il fait de son mieux pour donner satisfaction à son père, ancien officier de la Cavalla, un corps d’armée dont le sens de l’honneur est particulièrement développé. Mais au plus profond de lui-même, il doute. Est-il réellement fait pour commander ? Sera-t-il à la hauteur ? Est-ce que ce destin tout tracé pourra être le sien ?

Des rêves le perturbent ... car alors qu’il avait 12 ans, son père l’avait confié à son plus terrible ennemi, un nomade Kidona, car il ya des leçons que seul un ennemi pouvait enseigner à son fils. mais au cours de ce curieux apprentissange, jamère a vécu une très étrange expérience. Une expérience qui, peut être, le poussera un jour à se ranger du côté des nomades et à se retourner contre les siens. Pour l’instant, son éducation se poursuit... mais il semble clair qu’il devra un jour choisir son camp.

Un roman étonnant, écrit avec beaucoup de talent et qui tranche avec la production habituelle du genre. Le rythme en est plutôt lent. Les descriptions, de lieux, de paysages, de personnages y sont nombreuses, et le vocabulaire choisi. Mais à aucun moment le lecteur ne s’ennuie, à aucun moment le style ne semble lourd. L’ecriture de Robin Hobb est parfaitement fluide, et l’éducation de Jamère, que ce soit par son père, par Dewara le nomade Kidona ou par les officiers de l’Ecole de Cavalla s’avère passionnante.

Sur le fond, le parallèle entre la Gernie et les nomades d’une part, les pionniers de l’ouest américain et les indiens d’autre part, est évident. Le choix du terme "chamane" n’est d’ailleurs pas innocent. Mais quelque chose me dit que l’affrontement entre les deux peuples, les deux mondes, ne se terminera pas cette fois de la même façon !

Alors on n’a plus qu’une seule envie : connaître la suite !

Cliquer ici pour commander le livre sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite