Solomon Kane -- Votre note ?
7 votes


Solomon Kane

Michael J. Bassett
jeudi 8 juillet 2010
par dr frankNfurter
popularité : 17%

Solomon Kane, personnage créé à l’origine dans les années 20 par l’un des pères de la fantasy Robert E. Howard (écrivain prolifique à l’existence brève (1) plus connu par les non initiés comme l’auteur de Conan le Barbare), serait l’incarnation d’un puritanisme guerrier, tout du moins son image première. Delà à en faire une figure de proue de l’administration Bush et de l’Amérique post-11 Septembre, on en vient à regretter que le film ait été tourné en pleine Obamania (2).

Bande annonce IMG/flv/SolomonKane.flv

1600, un temps où le monde était plongé dans les ténèbres et le chaos, Solomon Kane mercenaire à la solde d’Elisabeth I, pille, tue et plus si affinités, les immondes païens et ceci en dehors des terres de sa gracieuse majesté. Lors d’une escale à but lucratif en Afrique du Nord et après quelques images bancales survolant une cité Ottomane en feu numérique, Kane rencontre rien de moins que le faucheur du diable dans une salle au trésor abandonnée. Un émissaire à la vile capuche sombre en quelque sorte venu spécialement pour Solomon en récompense d’une vie consacrée au meurtre et à la cupidité. Et le diable reconnaitra les siens... Sauf que notre sanguinaire moustachu n’entend pas lui donner son âme, allant même jusqu’à remettre en cause l’authenticité du pacte (3) clamant haut et fort au ténébreux héraut à la voix d’outre-tombe que jamais (ô grand jamais) il n’aura son âme, Dieu protégeant avec une indicible clémence les massacres de païens. Mais Kane pourra t-il échapper aux sinistres desseins du maitre des Enfers, car comme nous le rappelle son faucheur personnel après une dernière pirouette de Solomon (une simple chute d’une centaine de mètres en guise de fuite), son âme est mauuuuudite.

PNG - 297.9 ko

Après une introduction accumulant les fautes de goût, des dialogues encore plus pompeux et grotesques que l’ironie de l’auteur de ces lignes, une musique qui n’est pas en reste (4) et en dépit de quelques plans visuels intéressants lors du duel précédemment évoqué, Solomon Kane à l’image de son personnage principal était parti pour rester cantonné à un rôle de bad guy caricatural, sans foi ni loi ; bref encore un divertissement bas de gamme juste bon à faire le délice d’une poignée de déviants. Or le troisième film de Michael J. Basset tend à surprendre durablement par sa capacité à prendre le contrepoint de cette risible introduction.

PNG - 135.4 ko

Avant de devenir le parangon guerrier de la cause puritaine, le seul qui osera se lever contre le diable et ses cohortes de démons, Solomon Kane devra faire amende honorable, une remise en cause certes aidée par l’attrait que porte le prince des ténèbres pour son âme. Un antihéros à la fois rongé par la culpabilité (5) mais aussi et surtout par ce besoin vital de rédemption incarné par la jeune Meredith Crowthorn, capturée par les hordes possédées du sorcier Malachi. Et c’est à la condition de tenir sa promesse et de ramener la fille du défunt Crowthorn que Kane pourra finalement racheter ses fautes en sauvant ainsi Meredith et son âme.

PNG - 269.6 ko

L’une des qualités du long métrage, en plus d’offrir un personnage principal torturé à souhait, est d’avoir évité les tares habituelles du cinéma d’action, un montage épileptique, une hystérie narrative au détriment des atmosphères et du ressenti. Michael J. Basset offre ainsi un divertissement soigné où les effets spéciaux savent rester en retrait au profit de l’histoire, épaulé par une interprétation satisfaisante, James Purefroy (Marc Antoine de la série Rome ) surjouant et grimaçant juste ce qu’il faut au moment propice (pas moins crédible qu’un Hugh Jackman par exemple), et pour l’occasion deux seconds rôles de premier choix : Pete Postlethwaite ( Au nom du père , Usual Suspects ) et Max Von Sydow (qu’on ne présente plus, déjà présent dans la plus célèbre adaptation de Robert E. Howard, Conan le Barbare de John Milius, dans le rôle du roi Osric).

PNG - 268.8 ko

Au final, malgré un début des plus claudiquants (et une bande-annonce foireuse), Solomon Kane reste une adaptation réussie d’un classique de la sword and sorcery pour lequel on n’aurait pas parié un kopeck... et aussi un échec commercial depuis sa sortie dans les salles, ce dernier ne rapportant que le tiers de son budget, en attendant une sortie (hypothétique ?) sur le sol américain.

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


(1) Robert E. Howard se suicida à l’âge de trente ans en 1936.

(2) Une erreur de calendrier qui tendrait à expliquer l’absence de sortie officielle sur le sol étasunien de nos jours ?

(3) Par la suite et pour éviter tout malentendu de ce genre, Belzébuth demandera de signer par écrit le dit pacte, Swan (Phantom of the Paradise) peut venir témoigner.

(4) Le plus gros défaut du film, Klaus Badelt rendant une copie des plus fades qui soient, entre des envolées symphoniques grossières et les parties jouées à la flute pour les scènes intimistes, un ratage quasi-intégral.

(5) Kane... Caïn, vous ne trouvez pas qu’il y a comme une ressemblance ? Et bien, pas seulement sonore...



Portfolio

PNG - 204.4 ko

Commentaires  (fermé)

Logo de Didier Giraud
dimanche 18 juillet 2010 à 00h36, par  Didier Giraud

Je me suis creusé la tête ... j’ai cherché la faille ... mais non, malheureusment, rien dire : je suis d’accord avec le "doc" sur ce diagnostic ! Solomon Kane est un bon petit film comme on aimerait en voir plus souvent. C’est sans doute pour ça qu’il n’y aura pas de suite ...

Agenda

<<

2018

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite