Exterminateur 17 -- Votre note ?
3 votes


Exterminateur 17

Enki Bilal & Jean-Pierre Dionnet
vendredi 16 juillet 2010
par Didier Giraud
popularité : 6%

Lorsque le vieillissant Maitre des Androïdes s’aperçoit qu’il reste un survivant de sa série 17 des Exterminateurs (il en est alors à sa 108ème génération), cela lui fait un tel choc qu’il ne tarde pas à mourir… Il faut dire que cette 17ème série d’androïdes exterminateurs fut la dernière à être conçue à partir de ses propres cellules. Et c’est peut être la raison pour laquelle, inexplicablement, l’esprit du maître se retrouve transféré dans le corps de cette machine à tuer, qui n’a dès lors plus qu’une seule envie : obtenir la libération de tous les androïdes. Pour le gouvernement et l’armée, il devient une menace. Ils font alors appel à une puissante organisation religieuse, les néo-manichéens, pour se débarrasser de lui. Mais un mystérieux personnage, un certain Cleton, va venir à son aide …

Bilal nous a habitué à des dessins, des décors, très travaillés et fouillés. On est presque surpris ici, par le dénuement et la sobriété de certaines planches, avec des cases qui sont en autre d’une taille souvent supérieure à celles des autres œuvres de Bilal. Le résultat est plutôt agréable à l’œil et la lecture de cet Exterminateur 17 en est facilitée … mais du coup, les mauvais esprits ne peuvent s’empêcher de se dire qu’il n’est guère foulé avec cet album ! Et force est de constater que tout dans cet album n’est - hélas - pas du même niveau de qualité que les deux superbes dessins publiés ici.

JPEG - 28.5 ko

Cette impression est renforcée par un scénario parfois approximatif, en dépit d’éléments intéressantes. Les personnages du Maître et de Cleton ne sont finalement qu’effleurés, alors qu’ils auraient mérité d’être développés. L’idée d’une communauté d’androïde attendant - de manière pas si passive que cela, semble-t-il - leur émancipation n’est elle aussi qu’à peine évoquée. Au lieu de ça, Bilal et Dionnet s’intéressent presque uniquement aux tribulations de l’exterminateur et de son étrange ami, délaissant un univers qu’on ne découvre qu’en filigrane, alors qu’il semble passionnant.

JPEG - 39.1 ko

C’est d’autant plus frustrant que les aventures de nos deux héros virent parfois à « l’acadabrantesque », avec une fin qui semble avoir été baclée. Manque de temps ? Manque d’envie pour étirer ces aventures sur deux volumes, ce qui leur aurait donné davantage de consistance ? En l’espace de quelques pages, on passe d’une planète aux décors de western à un vaisseau des Néo-Manichéens en passant par la Grande Forteresse terrienne, tout en découvrant la vérité sur Cleton… C’est rapide, très rapide et un peu léger pour l’amateur de SF qui aurait apprécié que Bilal et Dionnet se donnent un peu plus de temps et un peu plus de mal pour boucler cette BD qui, hélas, sera vite oubliée…

C’est d’ailleurs peut être la raison pour laquelle Jean-Pierre Dionnet a souhaité reprendre son scénario pour le développer en plusieurs volumes, avec la trilogie d’Ellis !



Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite