Extrait de Hodock -- Votre note ?
2 votes


Extrait de Hodock

DAF
mardi 21 septembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 3%

Résumé officiel du roman (quatrième de couverture) : L’été de ses 16 ans, Alycia Thomson, une adolescente menant une vie des plus ordinaires, par pour l’Idaho rencontrer ses tantes. C’est avec elles qu’elle vivra désormais.
Rapidement, l’étrangeté de sa famille et des habitants des lieux l’interpellent : que lui cachent ses tantes derrière ces propos ambigus et ces regards équivoques ? Pourquoi son cousin lui est-il si hostile ? Que se cache-t-il derrière la porte verrouillée du grenier ? Que lui cachent ses camarades de classe sur elle mais qu’elle-même ignore ?
Elle découvre alors qu’elle est dotée de capacités extraordinaires. Elle réalise aussi qu’elle est à l’origine d’événements des plus mystérieux. Un monde dépassant ses rêves et ses cauchemars s’ouvre à elle : la planète Mysteria.

+

– Et euh… Paul ? Il n’est pas là ? demanda Alycia, s’étant retenue pour ne pas poser la question dès son arrivée – elle ne l’avait pas avoué à son père, mais elle souhaitait depuis toujours avoir un grand frère, et elle voyait en Paul l’opportunité de voir ce vœu exaucé.

– Non, il avait un entraînement de sport, il ne devrait plus tarder à rentrer, expliqua Mary-Flower.

– Du sport ? Quel sport ? s’enquit Alycia, désireuse d’apprendre à connaître son cousin.

– Quel sport ? répéta Mrs Thomson, regardant alternativement sa nièce et Audrey, interdite, comme si elle n’avait jamais cherché à savoir quel sport son fils pratiquait. Il fait du… ah ! Du euh… fit-elle, claquant des doigts le regard perdu dans le vide comme désespérément à la recherche d’un mot sur le bout de sa langue.

– Du football. Il est quarter back, répondit finalement Audrey. Ah, petite mémoire, hein ! adressa-t-elle à sa grande sœur.

– Il a commencé depuis peu ? supposa Alycia.

– Nan, ça fait des années qu’il en fait, depuis tout petit. Il est très doué, répondit spontanément Audrey, ce qui ne sembla pas plaire à sa sœur, et ce qu’Alycia trouva particulièrement étrange – si elle ne les connaissait pas si mal, elle aurait tout simplement pensé qu’elles mentaient, et pas brillamment, qui plus est.

– Bon, avant que je ne m’en aille, ça ne te dérangerait pas d’aller visiter la maison, Al ? J’ai quelques mots à dire à tes tantes, coupa Mr Thomson.

– Euh, non, bien sûr, mentit Alycia, qui détestait les cachotteries et aurait bien aimé savoir ce que son père ne souhaitait pas dire devant elle. Je vais faire le tour du propriétaire toute seule, dit-elle en se levant, avant de quitter la pièce et de refermer la porte du salon derrière elle. Toutefois, elle n’alla pas bien loin car, curieuse d’entendre ce que son père et ses sœurs pouvaient avoir à dire et qu’elle n’était censée entendre, elle colla son oreille à la porte, attentive.

– Elle ressemble vraiment à sa mère… on reconnaît bien ses origines hyméraudiennes ! dit la voix de Mary-Flower.

– Mes origines quoi ? murmura Alycia, interdite.

– Je tiens à te remercier Kennet, d’être venu aussi souvent nous voir, Audrey et moi, durant tout ce temps. Que tu nous racontes quotidiennement ce que devenait Ellyss… je veux dire… Alycia, c’était très important pour moi. J’ai eu très peur pour elle.

– Je sais, moi aussi. J’ai craint que la conjuration n’ait pas bien fonctionné. Par ses sarcasmes, son cynisme à l’égard des inconnus, elle m’a parfois alarmé, je dois dire.

– Tu lui en as parlé ? demanda Mary-Flower avec une voix inquiète.

– Non, bien sûr, c’est tellement délicat ! Comment avoir une discussion franche avec elle si je ne peux tout lui dire ?

– Tu as bien fait. Puis, maintenant, tout ça, c’est fini. Bientôt elle sera elle-même, un être unique ! dit subitement Audrey, d’un ton théâtral.

– Oui, mais pour l’instant, contentez-vous de la traiter comme une adolescente normale.

– Mais je suis normale, je ne suis pas un monstre ! chuchota Alycia qui ne comprenait rien de ce que son père voulait dire, depuis derrière la porte.

Alors que le silence régnait dans le salon, Alycia regarda autour d’elle, en pleine réflexion : tout d’abord, pourquoi sa tante disait d’elle qu’elle était une Hyméraudienne ? Qu’est-ce que cela pouvait-il bien signifier ? Était-ce un langage secret ? Puis, il semblait que son père était venu leur rendre visite souvent, à raison d’une fois par semaine. Mais comment était-ce possible avec cette distance les séparant ? En plus, il ne lui en avait jamais parlé !




Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite