Gods Of Egypt -- Votre note ?


Gods Of Egypt

Alex Proyas
mercredi 31 août 2016
par Didier GIRAUD
popularité : 12%

Les deux fils de Râ, Osiris et Seth, ont deux destins très différents. Alors que le premier règne sur l’Egypte et mène une vie facile, le second règne sur le désert. Mais lorsque Osiris cède sa place à son fils Horus, Seth décide de passer à l’action et s’empare du trône après avoir tué Osiris et arraché les yeux d’ Horus, le privant de ses pouvoirs. Un an après, Le jeune voleur Bek décide de tenter de récupérer les yeux d’Horus, par amour pour la belle Zahia, devenue l’esclave d’un cruel architecte au service de Seth et qui croit que seul Horus peut les sauver. Bek parvient à en récupérer un et à le remettre à Horus, mais Zahia se fait tuer. Avec l’aide du dieu qui a récupéré une partie de ses pouvoirs et est décidé à prendre sa revanche sur Seth, parviendra-t-il à la ramener de l’après-vie ?

Bon, il va falloir vous y faire : les dieux règnent sur l’Egypte, ils sont (beaucoup) plus grands que les humains et sont capables de se métamorphoser en créatures dignes de super-héros de chez Marvel !

Ce qu’il y a de bien avec Alex Proyas, c’est qu’il n’a pas peur de prendre des risques et que la plupart de ses films proposent un esthétisme que chacun est libre d’apprécier ou pas, mais qui est aussi tranché qu’original. Après les incroyables décors de Dark City, après les étonnants robots de I Robot, voici donc l’Egypte antique et ses dieux revisités par le réalisateur dans ce ressemble en tous points ou presque à un blockbusters de super-héros*.

JPEG - 57.8 ko Ceux qui chercheront dans ce film le moindre réalisme historique risquent fort d’être déçus. Outre le fait qu’on croise dans le film des créatures fantastiques (scarabées et serpents géants notamment) et des dieux, le réalisateur a fait le choix de décors très clinquants, très colorés, qui rapellent un peu (toutes proportions gardées) l’esthétisme de l’Excalibur de John Boorman.

Il faut s’y faire... à tel point que cela nuit un peu à l’immersion dans le film, tout au moins dans sa première demi-heure. Ensuite, heureusement, on est pris par l’histoire, qui démarre de manière très classique avant de véritablement décoller au fur et à mesure que le scénario introduit de nouveaux éléments fantastiques, de nouveaux personnages : Râ et son monstrueux ennemi, le bracelet d’Hathor (ex-femme d’Horus devenue la femme de Seth) qui lui permet de se téléporter, Thot le dieu de la sagesse qui estime avoir accumulé 47% de la connaissance, l’après-vie et ses règles, le terrifiant Sphynx...

JPEG - 104.2 ko

On est ici dans un pur divertissement, sans message particulier et moins grave que Prédictions (le dernier film d’Alex Proyas, qui s’achevait avec la fin de notre monde), un film d’aventure et d’action qui est ni plus ni moins qu’un péplum fantastique doté d’un budget de 140 millions de dollars... et ça se voit à l’écran avec des effets spéciaux omniprésents et souvent spectaculaires !

On y retrouve un habitué de ce genre de productions en la personne de Gerard Butler ( Beowulf, Les 300), excellent et toujours aussi charismatique dans le rôle de Seth, opposé à Nikolaj Coster-Waldau, un peu moins à l’aise dans le rôle d’Horus que dans celui de Jaime Lannister (Game Of Thrones) et à Brenton Thwaites (Maléfique, The Signal, The Giver) dans le rôle de Bek. Le reste du casting est hélas assez terne, à l’exception notable de Courtney Eaton (charmante, mais qu’on voit hélas trop peu) et de Chadwick Boseman (alias Black Panther dans Captain America : Civil War) qui confirme qu’il ne passe pas inaperçu, quel que soit le rôle qu’on lui donne. Rufus Sewell et Bruce Spence, en revanche, sont méconnaissables et les acteurs qui interprètent les personnages d’Osiris, Hathor et Râ sont assez quelconques.

JPEG - 82.9 ko

Au rayon des regrets, on peut également noter la musique signée Marco Beltrami, qu’on pourrait plaquer aussi bien sur Les 10 Commandements que sur Astérix Et Cléopatre, tellement elle sonne comme un cliché...

A ces quelques détails près, toutefois, Gods Of Egypt s’avère un divertissement tout à fait réjouissant, certes un peu "barré" par certains aspects mais bien plus original que Le Choc Des Titans, bien plus enthousiasmant que Les Immortels de Tarsem Singh. Et non, après réflexion, il ne s’agit pas d’un film de super-héros car c’est bien le personnage de Bek, le simple mortel, qui en est le héros, comme dans tout péplum qui se respecte !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Cela dit, dans l’esprit, les personnages s’avèrent plutôt fidèles à la mythologie égyptienne.



Documents joints

MPEG4 - 16.7 Mo
MPEG4 - 16.7 Mo

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite