Panic Sur Florida Beach (Matinee) -- Votre note ?
4 votes


Panic Sur Florida Beach (Matinee)

Joe Dante
jeudi 18 août 2011
par giraud
popularité : 4%

En 1962, alors que le monde est au bord du gouffre en pleine crise des missiles de Cuba, le réalisateur Lawrence Woolsey est sur le point de lancer son nouveau film, Mant*, l’histoire d’un homme transformé en fourmi géante par les radiations. Parmi ceux qui ne veulent pas rater ça se trouvent les jeunes Gene et son frère, dont le père est sur un des navires de guerre assurant le blocus de Cuba et leur ami Stan, qui est amoureux de la belle Sherry… dont l’ex-petit ami est un voyou un peu dérangé, qui vient de sortir de prison. Alors que les exercices d’alerte à la bombe nucléaire se multiplient et que l’angoisse monte parmi les habitants, toute la jeunesse de cette petite ville de Floride se presse pour l’avant-première du film. Mais ils sont loin d’imaginer ce qui les attend, car Woolsey a prévu un spectacle total, utilisant de nombreux effets spéciaux à l’écran, mais aussi dans la salle ! Et tout cela va être manœuvré par un opérateur recruté pour l’occasion, qui n’est autre que l’ex-petit ami de Sherry …

Panic sur florida beach IMG/flv/PaniqueSurFloridaBeach.flv

Sorti peu de temps avant le fameux Ed Wood de Tim Burton, à la gloire du réalisateur de l’inoubliable Plan Nine From Outer Space (réputé pour être le plus mauvais film de tous les temps), Panic Sur Florida Beach s’intéresse lui aussi à ces réalisateurs pas toujours talentueux mais souvent enthousiastes et très prolifiques, qui nous ont légué bon nombre de séries B voire Z qui mêlaient souvent SF et horreur, dont les affiches montraient généralement une jeune femme pulpeuse et aussi dénudée que la censure le permettait, aux prises avec un monstre hideux…

JPEG - 52 ko

Mais à défaut de talent pour la réalisation, Lawrence Woolsey ne manque pas d’idées pour effrayer les spectateurs de plus en plus blasés et dont l’angoisse d’un cataclysme nucléaire dépasse de loin celle qu’ils peuvent ressentir dans une salle de cinéma. Du moins dans une salle de cinéma normale… Car Woolsey a prévu pour eux bon nombre de suprises : dispositif dissimulé dans les sièges, explosions et fumigènes, vibrations capables de simuler un tremblement de terre, acteur revêtu du même déguisement que le monstre du film, sans oublier la surprise finale, destinée à expédier tout le monde à l’extérieur de la salle bien plus efficacement qu’avec le mot « The end »… ce qui se révèlera bien utile, lorsque tout cela tournera mal !

JPEG - 37.1 ko

Joe Dante, lui, ne manque en revanche pas de talent dans ce film, dans lequel il restitue parfaitement (du moins semble-t-il, pour nos yeux européens) l’ambiance des Etats Unis du début des années 60, avec une nostalgie évidente. On sent bien qu’il avait 16 ans à l’époque et que ses préoccupations de l’époque concernaient au moins autant les filles et le cinéma de genre que l’issue de la crise des missiles de Cuba…

Il va même jusqu’à reconstituer une film d’horreur qui serait une sorte de mélange de Des Monstres Attaquent La Ville et de La Mouche (le premier, pas le remake de Cronenberg), qui ressemble à s’y méprendre à ces séries B en noir et blanc des années 50, avec leur monstre représenté par un acteur recouvert d’un déguisement en latex… des séries B qu’on croit retrouver, d’ailleurs, grâce aux nombreux extraits du film inclus dans le film !

JPEG - 30.7 ko

Il aurait facilement pu tourner tout cela en dérision et faire de son film une comédie facile, mais il a préféré, bien au contraire (et c’est tout à son honneur), opter pour un ton beaucoup plus nostalgique et tendre, réaliste et parfois un peu ambigu, comme avec cette dernière image assez inquiétante d’un gros plan sur un hélicoptère qui vient assez bizarrement tempérer la « happy end ».

JPEG - 33 ko

La casting n’est pas étranger à cette réussite, notamment avec un John Goodman excellent et irrésistiblement sympathique dans ce rôle de réalisateur passionné, mais aussi avec un acteur comme Dick Miller, grand habitué des films de Roger Corman (et de Joe Dante) et ayant participé activement à quelques uns des films dont il est ici question, tels que It Conquered The World, Not Of This Earth, La Petite Boutique Des Horreurs ou encore L’Horrible Cas du Dr X… avec en plus le plaisir d’apercevoir Naomi Watts (l’héroïne du King Kong de Peter Jackson) ainsi que Robert Picardo (le fameux docteur holographique de Star Trek Voyager)

Vous l’aurez compris, il n’y a pas grand chose à redire à ce film qui rend hommage à un genre en même temps qu’à une époque, avec quelques leçons de vie au passage, tout cela en finesse et sans aucune moralisation, aucune propagande. Panic sur Florida Beach est un film intelligent et plein de sensibilité, comme on en voit peu !

Cliquer ici pour commander le DVD ou le Blu-ray sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


Les anglophiles auront compris qu’il ne s’agit pas d’un traduction erronée de "mante" (religieuse ou pas) mais plutôt de l’agrégation de Man (Homme) et de Ant (fourmi)…



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite