Troisième Humanité -- Votre note ?


Troisième Humanité

Bernard Werber
samedi 26 janvier 2013
par giraud
popularité : 2%

Alors que l’humanité persévère dans ses pires travers, polluant la planète et multipliant les risques de conflits, le paléontologue Richard Wells fait une incroyable découverte à plus de 3500 mètres sous la glace de l’antarctique : la terre aurait habitée, avant la race humaine, par une race d’humanoïdes géants. Mais d’autres scientifiques s’intéressent, eux, à notre avenir et développent des projets très divers visant à faire évoluer la société et l’humanité d’aujourd’hui, qui vont selon eux dans le mur. Mais entre les menaces de guerre et la Terre elle-même dont les ressources s’épuisent et qui pourrait bien décider de se débarrasser de ces humains de plus en plus gênants, auront-ils le temps de mener à bien leurs projets. Et lequel l’emportera ?

Ce qui a de bien avec Bernard Werber, c’est qu’il n’a peur de rien, pas même du ridicule. Au contraire, il semblerait parfois qu’il prenne plaisir à se mettre en danger, à imaginer les histoires les plus improbables, juste pour voir s’il arrive à en faire un roman et si ses lecteurs le suivront ! Du coup, il rend la tâche plus que facile à ses détracteurs, qui se feront sans doute un plaisir de se moquer des théories développées dans son roman.

Mais la facilité, c’est peut être aussi le principal défaut de cette troisième humanité. Facilité parce qu’on peut supposer que Bernard Werber s’est servi pour ce roman de son projet d’Arbre Des Possibles, trouvant la plupart de ses idées dans quelques unes des nombreuses branches de l’Arbre ; Facilité parce qu’il livre ici un produit "marketing" qu’il pense sans doute être dans l’air du temps avec ses préoccupations écologiques, sa peur des épidémies et sa diabolisation de l’islamisme ; Facilité avec ses références très convenues à une équipe de France de football pitoyable et à de nombreux autres événements tirés de l’actualité récente...

C’est d’autant plus frustrant qu’on sait que Werber vaut mieux que ça, qu’il est capable de bien plus et bien mieux (comme on l’a vu récemment avec Le Miroir de Cassandre, par exemple). Et de la part de quelqu’un d’aussi ouvert sur un grand nombre de sujets, on s’étonne de le voir prendre ainsi parti contre une religion d’un certaine région du monde... D’autant que ce n’est pas la première fois et que cela commence à ressembler à de la propagande.

On peut comprendre que l’auteur ait des convictions personnelles. et c’est son droit le plus strict. Mais s’il continue à aller de plus en plus loin dans une certaine forme de militantisme et de prosélitymes au travers de ses romans, il fait sans doute fausse route en pensant que son public le suivra. D’autant que cela commence à se voir*... On n’aime pas Bernard Werber pour ses idées politiques ou religieuses, ni pour ses commentaires sur l’activité internationale. On l’aime pour ses délires intellectuels et pour sa façon unique d’envisager l’inenvisageable, de coucher sur du papier ce qui semble impossible à rendre par écrit.

Heureusement, il y a de cela aussi dans Troisième Humanité, avec ses incroyables idées sur la tendance de l’espèce à la miniaturisation, ou encore l’histoire de la Terre en tant qu’entité consciente depuis sa formation consécutive au Big Bang jusqu’à nos jours... Il n’y a que lui pour écrire ça en France (et peut être même dans le monde) et c’est la raison pour laquelle on a toujours plaisir à lire ses romans !

Mais attention quand même à ne pas pousser le bouchon idéologique trop loin...

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Il ne serait d’ailleurs pas étonnant qu’un jour ou l’autre, une véritable polémique éclate : personne n’est à l’abri d’une accusation de la part d’une quelconque association...



Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite