La Seconde Expérience (Second Experiment) -- Votre note ?
1 vote


La Seconde Expérience (Second Experiment)

Janet Jeppson
jeudi 7 janvier 2010
par Didier Giraud
popularité : 16%

Les Roïss sont une race très ancienne et incroyablement évoluée. Une Première Expérience leur a permis d’évoluer et d’acquérir l’immortalité et de puissants pouvoirs psychiques. Mais cela ne leur suffit pas et pour franchir un nouveau pallier, il préparent une Seconde Expérience. Ayant un peu perdu le contact avec le monde réel, ils sont aidés par Tec, le dernier d’une race de serviteurs robots, qui est également chargé d’éduquer la jeune R’Ya, la dernière représentante des Roiss d’origine.

Ca commence avec un voyage dans l’espace (et même l’hyperespace) à la recherche d’un éventuel compagnon pour R’Ya... qui s’avère avoir le look d’un dragon ! Coup de chance, les deux voyageurs trouvent bientôt sur une autre planète un tyrannosaure... Quelques manipulations génétiques plus tard, le tyrannosaure en question s’est transformé en une créature intelligente douée de télépathie ...

Un peu plus tard, ils découvrent sur une autre planète un autre robot doté, comme Tec, d’émotions et d’une conscience... Un certain Wirzan, qui va s’avérer un adversaire redoutable, pour eux mais aussi pour les Roïss, car son ambition est sans limites.

Mais leur voyage va bientôt s’achever. Car les Roïss eux mêmes en viennent à considérer Tec comme une menace. Car Wirzan pourrait l’utiliser pour les retrouver, avant qu’ils aient pu achever leur Seconde Expérience.

On retrouve donc Tec 70 millions d’années plus tard, sa mémoire effacée, incapable de communiquer avec une race proche des humains qui le considèrent comme un dieu. Et pendant ce temps, les dinosaures ont disparu, les humains ont évolué, et sont sur le point de tenter leur premier voyage dans l’hyperespace...

Voilà un roman qui se prête parfaitement à l’exercice du "j’aime - j’aime pas" !

J’aime :

- les idées qui y sont développées, notamment celles des robots télépathes et de la théorie sur les univers parallèles et l’hyperespace(remarquable, mais pour la découvrir, il vous faudra aller jusqu’à la fin du roman)...

- le personnage de Tec, véritable lien entre tous les personnages et tous les thèmes (et ils sont nombreux...) traités par le roman et dont le regard légèrement décalé apporte un éclairage intéressant, voire amusant, sur les événements ; en son absence (la moitié du roman hélas), le récit s’essouffle et sa lecture devient parfois pénible.

- l’ampleur du récit, qui s’étale sur plusieurs de dizaines de millions d’années, un peu comme La Captive du Temps Perdu de Vernon Vinge ou Les Premiers et les Derniers, d’Olaf Stapledon.

J’aime pas :

- l’overdose d’effets et de rebondissements censés surprendre le lecteur ; partout dans la galaxie, il semble y avoir des dragons ou des dinosaures, des robots et des humains ... et comme par hasard, tous sont télépathes ! Même si le roman apporte une explication rationnelle à tout cela... c’est un peu dur à avaler pour un lecteur "normal" ;

- le nombre considérable de personnages, de races d’apparences et d’époques très diverses, en outre. Cela peut se comprendre, concernant un récit se déroulant sur 70 millions d’années... mais cela nuit à sa compréhension.

En résumé, le roman est trop court ou trop long ! Plus long, certains développements qui semblent parfois totalement improbables auraient pu gagner en vraisemblance. Plus court, Janet Jeppson aurait pu supprimer certains éléments qui n’apportent que peu de choses compte tenu de l’ enjeu "cosmique" du récit ! Que nous importe par exemple, dans cette lutte pour empêcher la destruction de deux univers, une histoire d’amour se terminant mal concernant un personnage qui n’aura "vécu" qu’une vingtaine de page ?

Malheureusement, en l’état, cette Seconde Expérience nous laisse pas mal de regrets. En dépit d’un début prometteur et d’une fin remarquable, le reste semble n’être que remplissage, à l’image de bon nombre de romans qu’on qualifie de "space operas" faute de mieux, ce qui est trop souvent synonyme d’aventures sans queue ni tête, ni véritable intérêt ou signification.

On aurait pu s’attendre à mieux de la part de Madame Isaac Asimov, quand même... Surtout qu’avec un peu de l’humour dont était capable le "bon docteur", le roman aurait pu être transformé !

Cliquer ici pour commander le livre sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite