Aberfan Project -- Votre note ?
8 votes


Aberfan Project

Eric Chesneau
jeudi 5 décembre 2013
par Didier GIRAUD
popularité : 12%

Alors que le Pape s’apprête à venir à Chartres pour célébrer les fêtes mariales, une série de meurtres attire l’attention d’ un journaliste, qui se retrouve malgré lui plongé au coeur d’un incroyable complot. Car ces événements n’ont rien à voir avec un tueur en série ordinaire. Peu à peu, le journaliste va se rendre que tout cela est lié à des événements qui ont eu lieu bien avant l’avèbement du Christ et que de mystérieux Apôtres de l’Apocalypse tirent depuis des siècles des ficelles qui pourraient amener notre monde dans une nouvelle ère...

Faisant partie de ceux qui apprécient les romans de Dan Brown, j’espère qu’Eric Chesneau ne m’en voudra pas de comparer son roman à ceux de son célèbre homologue américain, si souvent décrié par la crtique française... mais dont les chiffres des ventes et donc les droits d’auteur peuvent laisser rêveur n’importe quel écrivain français !

Il y a sans aucun doute du Dan Brown* dans Aberfan Project, que ce soit le Da Vinci Code, pour la partie relative à Qumrân et aux fameux manuscrits de la Mer Morte ou que ce soit Anges et Démons pour la partie relative au Pape. On pourrait même aller plus loin et trouver quelques similitudes avec The Blair Witch Project, même si cela ne concerne que le "project" repris dans le titre du roman et une campagne de promotion sur le net, notamment via Facebook, plutôt bien orchestrée par l’auteur pour créer du "buzz" autour de la sortie de son roman.

Mais qu’un auteur reprenne à son compte des recettes ayant fait leurs preuves n’a rien de répréhensible, bien au contraire. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, rappelons que l’objectif d’un écrivain est avant tout d’être lu... donc pas question de reprocher à Eric Chesneau telle ou telle influence ! D’autant que son son roman se distingue, par différents aspects, de ceux dont il est question ci-dessus.

D’ailleurs, venons-y, à son roman. Long mais jamais ennuyeux, rythmé (l’auteur a emprunté à Dan Brown ses chapitres courts), bourré d’action et d’idées, Aberfan Project s’avère particulièrement riche. En bon spécialiste de l’ésotérisme, Eric Chesneau a inclus dans son roman de nombreuses références à des faits historiques bien réels, qu’il a tourné et parfois enjolivé à sa manière pour former une intrigue cohérente, avec une bonne dose de fantastique.

On y trouve aussi une bonne dose d’humour, ce qui est une marque de fabrique de l’auteur (c’était déjà le cas dans Calvaires). Je ne peux d’ailleurs pas résister au plaisir de citer quelques titres de chapitres : Satan bouche un coin, Légitime défonce, L’attente canadienne et mon préféré : quand on crie au génie ça fait froid dans le dos ! Mais il faut quand même se poser la question de la compatibilité de l’humour - fût-il d’excellente qualité - avec la tension, le suspense qu’il est nécessaire de garder à un niveau élevé et si possible croissant dans un roman de ce genre**.

S’il fallait vraiment trouver un petit défaut à ce roman, je dirais que le personnage principal n’est peut-être pas assez approfondi, pas assez attachant. On suit ses aventures avec beaucoup d’intérêt, certes, mais sans vraiment s’inquiéter pour lui ni pour sa famille. D’ailleurs, même en y repensant, je ne parviens pas à me rappeler son nom, ni même son prénom ! C’est peut être voulu, la majeure partie du roman étant écrite à la première personne, mais c’est peut-être aussi révélateur...

En revanche, il faut saluer l’idée absolument géniale du roman raconté par le roman ! Je n’en dirai pas plus pour ne pas "spoiler" les futurs lecteurs, mais je ne me souviens pas avoir jamais trouvé une idée de ce genre jusqu’à présent dans la littérature fantastique... et je regrette même qu’elle n’ait pas été encore davantage exploitée dans le roman, tant elle est fascinante !

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il va falloir attendre un moment pour lire la suite... mais bon, si on y réfléchit bien, c’est en fait une bonne nouvelle car Aberfan Project, comme Calvaires d’ailleurs, c’est un ton nouveau et un vrai souffle de fraîcheur dans la littérature fantastique française.

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* les énigmes en moins

** Je ne peux que poser la question, à Eric Chesneau d’y répondre. Mais peut-être, sur un roman tel que celui-ci, aurait-il plus de lecteurs avec moins d’humour...



Commentaires  (fermé)

Logo de Magali
vendredi 6 décembre 2013 à 18h18, par  Magali

Je le lui avais dit, à Eric CHesneau, que son roman c’était plus fort que du Dan Brown !

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite