Meteors T1 & T2 - Le Règne Digital - La Faille de Karpov -- Votre note ?
2 votes


Meteors T1 & T2 - Le Règne Digital - La Faille de Karpov

Fred Duval & Philippe Ogaki
dimanche 6 avril 2014
par Didier GIRAUD
popularité : 5%

En 2134, La civilisation humaine est désormais sous le contrôle d’Intelligences Artificielles et les rares espaces de liberté laissés aux humains sont des zones analogiques dans lesquelles les conditions de vie sont de plus en plus difficiles, polluées par des déchets nanotechnologiques qui ont comme par hasard tendance à s’y accumuler. Certains humains ont donc décidé de se préparer à quitter la terre pour d’autres planètes et ont mis au point les Meteors, des schaphandres-armures capables de quitter un vaisseau spatial, franchir l’atmosphère et atterrir sur une planète pour l’explorer. Mais tout va changer lors Dustinlas Dinky, qui pilote un vaisseau chargé de collecter les déchets spatiaux, découvre le corps de Vladimir Karpov, un cosmonaute russe disparu en 1973. Son retour se serait fait par une faille dans l’espace que même les I.A. ne comprennent pas...

Meteors ne ressemble à rien de connu et c’est plutôt une bonne nouvelle ! Certes, le scénario emprunte différents éléments déjà vus ici et là, mais rien de plus normal, surtout lorsque l’ensemble ainsi formé est, lui, original et cohérent.

L’univers imaginé par Fred Duval relève clairement de la SF la plus récente et la plus brillante, dans l’esprit de certains romans de Dan Simmons, de Vernon Vinge ou de Peter F. Hamilton. On y croise des "I.A. fortes", des I.A. destinées aux enfants, des "machines de Turing" (nom donné aux ordinateurs dénués de conscience), des nano-organismes, des vaisseaux spatiaux, des cyborgs... et des personnages heureusement très humains !

JPEG - 199.6 ko

Le scénario, c’est important, mais la saga Meteors ne serait pas ce qu’elle est sans le dessin de Philippe Ogaki, dessinateur français n’ayant pas complètement renié son origine japonaise et dont le style rappelle par moments - mais par moments seulement - les mangas, principalement avec les visages de certains personnages.

Et la grande idée de Philippe Ogaki dans cette série, c’est d’avoir donné une réalité à la fois concrète et impressionnantes aux I.A. en les représentant sous la forme d’animaux et notamment de... primates ! Evidemment, on se serait attendu à tout sauf à ça. Mais le résultat s’avère incroyablement fascinant !

L’ensemble ne manque pas d’action, ni de rythme, ni de surprises et de rebondissements. Car contrairement à ce qu’on pourrait peut être imaginer, tout n’est pas toujours rose dans le monde des I.A., dont certaines ne semblent guère plus rationnelles que les humains... Et on n’a toujours pas la moindre idée, à la fin du 2ème album, de ce en quoi consiste la "faille de Karpov" et de ce qui pourrait se trouver de l’autre côté.

Cliquer ici pour commander les albums sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


On retiendra du premier album son titre : le règne digital. A ma connaissance, cette idée d’un quatrième règne (avec les règnes minéral, végétal et animal), n’avait jamais été formulée de manière aussi claire et évidente. Mais si je me trompe, chers internautes, n’hésitez pas à me le signaler !



Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite