Dionysos Le Conquérant -- Votre note ?
3 votes


Dionysos Le Conquérant

Louise Roullier
jeudi 21 août 2014
par Didier GIRAUD
popularité : 2%

Fils de Zeus (comme beaucoup d’autres...) et d’une mortelle tellement mortelle qu’elle ne survécut pas à son accouchement, Dionysos n’est pas considéré comme un dieu, même si l’invention du vin lui vaut une certaine popularité... Il est même obligé de vivre caché, par peur de la colère d’Héra qui n’a pas digéré l’infidélité de Zeus (alors qu’elle devrait pourtant y être habituée). Piour gagner sa place sur l’Olympe, Dionysos va devoir accomplir une mission : conquérir l’Inde pour faire découvrir à ses habitants les plaisirs de l’alcool et les beautés de la civilisation grecque...

Ceux qui ont déjà lu Les Tribulations Amoureuses de Poséidon ne seront pas surpris par ce second roman de Louise Roullier, qui s’inscrit dans la droite ligne du premier.

Ils retrouveront en effet deux récits, le premier au ton humoristique et potache, le second plus dramatique.

D’humour, le premier texte intitué La Croisade Alcoolique De Dionysos n’en manque pas. Sur 150 pages, L’auteur s’amuse à multiplier les anachronismes les plus délirants et les notes de bas de page les plus inattendues (mais jamais complètement farfelues). Et le résultat est souvent amusant, parfois même hilarant... du moins dans les premières dizaines de pages. Car peu à peu, le côté un peu répétitif du procédé perd de son efficacité, ce qui peut rendre la lecture des dernières pages un peu fastidieuse, de même que certaines descriptions de batailles (ce que l’auteur reconnaît d’ailleurs spontanément) ! Dans l’ensemble, toutefois, La Croisade Alcoolique De Dionysos s’avère à la fois plus drôle et plus intéressant que les Conseils De Drague Du Dieu Poséidon... tout en étant tout aussi riche en enseignements sur la mythologie grecque qui est, rappelons-le, la spécialité de l’auteur.

On change de ton avec le second texte, de moins de 70 pages, consacré à la triste histoire du premier amour de Dionysos qui était... un jeune satyre (mâle) nommé Ampélos. Certains pourront ne pas apprécier cette histoire d’amour homosexuelle... d’autres pourront avoir envie d’appeler la SPA (puisqu’un satyre, rappelons-le, possède les membres inférieurs d’un bouc). Mais il faut savoir respecter le fantasme de l’auteur*... et quoi qu’il en soit, l’histoire s’avère tout aussi émouvante que si Ampélos avait été une jeune fille dotées de deux jolies jambes parfaitement épilées, et c’est bien ça l’essentiel !

On s’en doutait déjà mais ça se confirme : Louise Roullier ne manque pas de talent et l’intérêt de ses romans ne se limite pas à ce qu’on peut y apprendre sur la mythologie grecque, si souvent mise à mal ces derniers temps par les films hollywoodiens. Il faut maintenant lui souhaiter, peut-être, de sortir de cette "zone de confort", cette spécialité qui lui procure certainement un certain sentiment de sécurité, mais qui limite nécessairement son lectorat**. Espérons donc que son prochain roman comportera un peu moins de mythologie et davantage de choses plus personnelles...

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Si on ne peut plus plaisanter...

**Même si la mythologie grecque peut parfois très bien se vendre, comme on a pu le voir avec Rick Riordan et sa saga Percy Jackson.



Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite