Qui Veut La Peau De Roger Rabbit ? -- Votre note ?


Qui Veut La Peau De Roger Rabbit ?

Robert Zemeckis
mardi 4 avril 2017
par Didier GIRAUD
popularité : 13%

Star des dessins animés produits par Maroon Cartoons, Roger Rabbit est marié à la superbe Jessica. Mais, soupçonnant qu’elle lui soit infidèle, Marron engage le détective Eddy Valiant pour enqûeter. Lorsqu’il apprend que sa femme joue à picoti-picota avec un certain Marvin, Roger est désespéré et disparaît. Le lendemain, Marvin est retrouvé mort et Roger devient le principal suspect et le juge DeMort est bien décidé à le retrouver. Mais en poursuivant son enquête, Valiant va découvrir que la victime était au coeur d’une machination visant à prendre le contrôle de Toonville, ce quartier pres d’Hollywood où vivent les toons, les personnages des dessins animés...

Au milieu des années 80, Disney se portait très mal et a longtemps hésité avant de se lancer dans l’aventure que constituait le tournage de Roger Rabbit. Car au delà des effets spéciaux, le scénario du film n’a rien à voir avec les productions habituelles de la maison ! Proche de l’univers des films noirs, Roger Rabbit nous montre en effet, entre autres choses, une femme infidèle, des politiciens corrompus, un juge véreux, une tentative de chantage et un meurtre. Et encore, tout a été fait pour "adoucir" ce scénario tiré d’un roman encore plus noir de Gary K. Wolf...

JPEG - 67.9 ko

C’est la raison pour laquelle Disney, qui cherchait à limiter les risques, a choisi de s’associer avec Spielberg. Cela facilite l’arrivée de Robert Zemeckis, auréolé à l’époque du succès de son premier Retour Vers Le Futur. Et pour les effets spéciaux, on fait appel à Industrial Ligt And Magic, la société créée par George Lucas ! Avec une telle association de talents, le film ne pouvait être qu’une réussite !

A l’époque, les effets spéciaux étaient beaucoup moins numériques qu’aujourd’hui (voire pas du tout) et la prouesse de la réalisation de ce film mêlant étroitement prises de vue réelles et personages de dessins animés reste à ce jour unique. Car c’est bien d’animation traditionnelle qu’il s’agit et le film multiplie non seulement les scènes dans lesquelles se trouvent des "toons" et des humains, mais aussi les interactions entre ces personnages animés et des objets bien réels. Bluffant, jusqu’au moindre détail (ombres, reflets, etc). Mais la performance technique ne serait rien sans une bonne histoire... et celle du film est à la hauteur des ambitions des producteurs.

JPEG - 31.6 ko

Le scénario, étonnament, n’est pas particulièrement destiné aux enfants et l’intrigue s’avère relativement complexe, l’ambiance parfois assez noire. Mais il y a suffisamment de gags visuels* pour que les plus jeunes se régalent. Et surtout, les fans de cartoons vont se régaler, avec les apparitions, plus ou moins longues, de leurs personnages préférés. Certains ne figurent pas au générique, pour cause de problèmes de droits, mais quand même... Disney, Universal, Warner et Paramount notamment ont accepté de jouer le jeu, ce qui permet de retrouver les deux canards les plus célèbres, Donald et Daffy Duck, mais aussi Betty Boop en noir et blanc, Woody Woodpecker, Pluto, Dumbo, les trois petits cochons, Pat Hibulaire (ennemi juré de Mickey) Bip-Bip et le Coyote, Speedy Gonzales, Blanche Neige et les sept nains, Sam le pirate, Porky Pig, Titi...

Car le film est avant tout un hommage aux cartoons et ce qu’on en retiendra, curieusement, c’est un hommage plus particulier à Tex Avery dont le film s’inspire par de nombreux aspects. On pourrait citer le rythme effrené de certaines séquences, le côté surréaliste par moment (les trous portables, ou bien la scène où un personne humain dans une voiture toon est poursuivi par un toon dans une voiture réelle)... mais évidemment, la référence la plus évidente à Tex Avery reste celle de la chanson très sensuelle de Jessica, rappelant la scène culte de Red Hot Riding Hood, avec le loup aux yeux exorbités et à la langue pendante devant un petit chaperon rouge transformé en chanteuse de cabaret ultra sexy !

JPEG - 56.7 ko

Quant au casting, il est irréprochable avec un Bob Hoskins qui trouve ici le rôle qui le rend célèbre auprès du grand public , sans oublier bien entendu Christopher Lloyd, qui passe avec Robert Zemeckis de Doc Brown (Retour Vers Le Futur) au juge DeMort avec toujours autant de démesure et de talent.

Voilà donc un film original, pour ne pas dire unique en son genre (même si Warner a tenté de reprendre le concept avec Space Jam, au scénario malheureusement très léger), qui peut être vu en famille pour le bonheur des plus jeunes mais aussi des plus âgés, qui retrouveront bon nombre des héros des dessins animés de leur enfance** !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* notammentdans le dessin animé d’introduction, véritable chef d’oeuvre du genre... mais pas seulement !

** parmi les grands noms du genre, il ne manque que Tom et Jerry, Popeye et Felix le Chat



Documents joints

MPEG4 - 10.7 Mo
MPEG4 - 10.7 Mo

Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite