L’Oeil du Mal (Eagle Eye) -- Votre note ?
2 votes


L’Oeil du Mal (Eagle Eye)

D.J. Caruso
mardi 30 juin 2009
par Didier Giraud
popularité : 14%

Pour situer ce film, disons qu’il s’agit d’une course poursuite inspirée à la fois de la fameuse scène du début de Matrix lorsque Morphéus guide Néo par téléphone, du roman Forteresse Digitale de Dan Brown et de Wargames... ce qui n’est finalement pas si étonnant que ça quand on sait que D.J. Caruso a très longtemps travaillé avec ... John Badham lui-même ! Un mélange plutôt réussi.

IMG/flv/LoeilDuMal.flv

Comment dit-on sur Wiki, déjà ? Ce qui suit révèle des élements clés de l’intrigue ... ?

A vous de voir si vous allez plus loin ou pas, car le vrai point fort de ce film, c’est son scénario extrêmement bien ficelé. Non pas qu’il soit particulièrement original, surtout pour un amateur de SF ... mais il faut parfois reconnaître à Hollywood un savoir-faire en matière de scénario sur des films d’action que nous sommes encore bien loin de maîtriser, en dépit des progrès réalisés ces dernières années.

On pourrait en effet résumer en deux lignes l’intrigue du film. Mais tout le talent de producteurs / scénaristes tels que Spielberg, qu’on ne présente plus et que Alex Kurtzman (qui a quand même réalisé l’exploit de rajeunir Star Trek avec le film de J.J. Abrams), consiste précisément à savoir tenir le spectateur en haleine pendant près de deux heures à partir de ces deux lignes, avec un scénario tiré au cordeau.

JPEG - 4.3 ko

De quoi s’agit-il ? Deux personnes parfaitement ordinaires reçoivent un jour un appel téléphonique : "vous venez d’être activé, obéir est vital ...". Leur vie est alors instantanément transformée. Leur seule solution pour survivre : obéir à cette voix qui semble tout contrôler... écrans de télé ou d’ordinateurs, feux de circulation, comptes bancaires, téléphones portables, rames de métro, lignes à haute tension, avions de surveillance ...

JPEG - 4.7 ko

Mais que veut cette voix et d’où vient-elle ? Et quel rapport, pour Jerry (Shia LaBeouf), avec la mort de son frère ?

Spielberg, qui serait à l’origine du scénario, aurait voulu avec ce film créer la même peur vis à vis de la technologie actuelle que celle qu’il avait déclenché dans les années 70 avec Les Dents de la Mer. Et il faut bien avouer qu’une bonne partie du film semble tout à fait réaliste. Combien de temps faudra-t-il avant qu’un dispositif tel qu’ARIA (l’intelligence artificielle qui contrôle l’ensemble des média ayant une composante numériques) voie le jour ? Parce qu’à l’exception d’ARIA, tout le reste semble malheureusement faire partie de notre vie quotidienne, telle qu’un film comme Ennemi d’Etat de Tony Scott la décrivait.

Effrayant ? Oui, d’une certaine façon. Carpenter serait sans doute allé beaucou plus loin avec uin tel sujet. Mais D.J. Caruso reste plutôt "soft". Car ne nous y trompons pas, le film est commercial et son message est très aseptisé ! D’ailleurs, il est frappant de voir qu’il n’ a dans ce film aucun "méchant" au sens habituel du terme : Qu’il s’agisse d’ARIA, des deux héros du film, du frère décédé du héros, de l’agent du FBI qui essaie de comprendre ce qui se passe(l’excellent Billy Bob Thornton), chacun agit en fonction de ses propres motivations et fait ce qu’il estime être son devoir. Même ARIA ne fait qu’agir en fonction de son interprétation de la constitution américaine et n’a donc rien à voir avec Skynet dans la saga Terminator... Un thème qu’Asimov lui-même n’aurait pas renié avec ses lois sur la robotique ! Et une occasion supplémentaire de constater la médiocrité des personnes chargées de traduire les titres des films ... Non, vraiment, ils sont payés pour ça ? L’oeil du Mal... c’est vraiment un contresens. Pourquoi ne pas avoir opté pour la traduction littérale, Oeil d’Aigle, qui aurait été bien plus fidèle au propos du film ?

Mais aseptisée ou pas, la réalité décrite dans L’oeil du Mal est désormais la notre, pour le meilleur et pour le pire. Et la vision du monde "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil) est aussi un point fort du film. Parce que d’une certaine façon, elle oblige le spectateur à prendre position : qui a raison, qui a tort ? Qui est le bon, qui est le méchant ? Pas si facile que ça de trancher ...

Hélas... trois fois hélas ... quel dommage que la fin du film donne dans le "happy end" trop typiquement hollywoodien ! Quelles images trsitement ridicules que celles montrant Shia LaBeouf recevant une médaille du Président des Etats Unis, lui qui était décrit comme un marginal, rebelle à toute forme de conformisme...

C’est ça Hollywood : on arrive à faire à partir d’une intrigue qui tient en deux lignes un film presque génial ... et on ruine tout ça en 30 secondes à la fin, pour flatter le sentiment patriotique des "rednecks" du Middlewest. Mais bon, c’est aussi pour ça qu’on aime le cinéma américain et qu’on le déteste en même temps... et qu’on ne peut finalement pas s’en passer !

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


Je veux une ARIA dans ma voiture ! Une IA qui permet de rouler à 150 en ville en faisant basculer les feux au vert à mon passage ... trop cool !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite