Le Glaive de Dieu (Holy Terror) -- Votre note ?


Le Glaive de Dieu (Holy Terror)

Graham Masterton
samedi 18 juillet 2009
par Didier Giraud
popularité : 5%

Conor O’Neil est ce qu’on peut appeller un incorruptible, à tel point qu’il n’a pas hésité à mettre sous les verrous bon nombre de ses collègues... ce qui lui a valu d’être obligé de démissionner de la police, ainsi qu’un divorce. Devenu responsable de la Sécurité d’un prestigieux magasin de a 5ème avenue, il va se retrouvé confronté à une véritable énigme : 2 tentatives de braquage ayant pour objectif le même coffre fort ... et une inexplicable perte de souvenirs de 29 minutes !

Habituellement, avec Masterton, il faut attendre environ une page et demi avant de lire une première et terrifiante scène d’horreur pure ! Et ses intrigues font généralement appel au fantastique le plus débridé.

Avec Le Glaive de Dieu, c’est tout l’inverse. Le fantastique se situe ici à la lisière de la réalité, à tel point que l’on pourrait quasiment classer ce roman dans une catégorie "polars". Et parce que l’intrigue se met en place de manière très progressive, révélant peu à peu l’horreur qu’elle recèle... une horreur malheureusement très proche, elle aussi, de la réalité.

Car Conor O’Neil va bientôt se rendre compte qu’il a été victime d’un redoutable couple d’hypnotiseurs, aux ordres d’un illuminé qui a fondé une secte terroriste et qui ne rêve que d’une seule chose : lâcher sur le monde une version modifiée du redoutable virus de la grippe espagnole qui aurait fait en 1918 entre 30 et 100 millions de morts dans le monde...

Ecrit dans l’année qui a suivi les événements du 11 septembre, Masterton n’a évidemment eu aucun mal à trouver l’inspiration pour ce roman apocalyptique. Et il a eu l’intelligence de faire de son illuminé un fou de Dieu plutôt que d’Allah (ce qui aurait sans doute été trop caricatural) et d’y ajouter le thème lui aussi très actuel des pandémies de grippe, pour bâtir un scénario profondément terrifiant, parce que réaliste, voire réalisable ...

De plus, Masterton semble prendre un malin plaisir à s’acharner comme rarement sur son personnage, qui va vivre une véritable descente aux enfers, entraînant dans sa chute sa compagne et ses amis, pris dans un cercle vicieux jusqu’à ce que ... et même la fin est ambigüe quant au choix final de Conor, finalement peut être pas si incorruptible que ça, au bout du compte !

Dans ce roman plutôt sombre et pessimiste, les seuls moments de légèreté interviennent avec le personnage de Sydney, un vieil hypnotiseur qui va apprendre à Conor les rudiments de son art. Des pages d’ailleurs tout à fait passionnantes pour les amateurs d’étrange et de fantastique. Espérons tout de même qu’il ne soit pas si facile que ça d’hypnotiser son prochain !

Le Glaive de Dieu est donc un grand Masterton, même s’il risque de surprendre un peu ses fans par sa relative sobriété et le sérieux de son propos. Pour les autres et surtout pour ceux qui appécient un fantastique crédible et réaliste, ce roman de vrait les tenir en haleine pendant quelques heures d’une lecture passionnante !

Cliquer ici pour commander le livre sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


P.S. : le virus souche de la grippe espagnole est un certain H1N1. Ce qui permet de comprendre au passage pourquoi la pandémie actuelle de grippe porcine, bien que bénigne, terrifie les autorités sanitaires de la planète ...



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite