Au Bout Du Cauchemar (Fear) -- Votre note ?


Au Bout Du Cauchemar (Fear)

L. Ron Hubbard
jeudi 2 mars 2017
par Didier GIRAUD
popularité : 12%

James Lowry est un ethnologue qui enseigne à l’université, après avoir ramené une sévère malaria d’un de ses voyages. Mais un article qu’il vient de publier, consacré aux démons et aux esprits, lui attire les foudres du directeur de l’université, qui n’apprécie guère les écrits sur un sujet qu’il estime futile et non scientifique et qui décide de le lcencier. Alors qu’il en discute avec son ami Tommy, celui-ci le prévient qu’il peut être dangereux de nier l’existence des démons. Mais Lowry est un rationaliste convaincu, qui ne croit pas du tout à l’existence de puissances surnaturelles... jusqu’au moment où il découvre soudainement qu’il a perdu son chapeau et quatre heures de sa vie, dont il n’a plus aucun souvenir, si ce n’est l’impression que quelque chose de terrible et d’ignoble s’est produit. Obsédé par l’idée de retrouver le souvenir de ces quatre heures, Lowry emprunte alors un étrange escalier qui va le mener très loin sous terre, à la rencontre de créatures étranges...

L. Ron Hubbard est connu pour être un auteur de SF, mais aussi le créateur de la dianétique et de la Scientologie... un personnage loin d’être hors de tout soupçon, donc, mais qui est étrangement présenté de manière absolument dithyrambique par l’éditeur (dans la version Presses Pocket en tout cas), qui consacre quelques pages au roman en avant-propos et quelques pages à l’auteur en postface , le présentant comme une sorte de surhomme...

Ceci étant dit, le roman dont il est question mérite clairement tout le bien qu’on pu en dire (ou en écrire) quelques spécialistes du genre, tels que Stephen King lui-même, Ray Bradbury et même Isaac Asimov !

Au bout du cauchemar fait partie de ces romans dont on a l’impression qu’ils ont été écrit d’une traite ou presque, par un écrivain enfièvré venant de se réveiller d’un long... cauchemar, justement, pressé de le retranscrire avant qu’il disparaisse de sa mémoire.

Il n’y a pourtant dans ce texte publié en 91, sur la base du manuscrit original écrit en 1940, pas d’horreur au sens moderne du terme. Rien de sanglant à la façon d’un Richard Matheson, par exemple. Bien au contraire, l’écriture de Hubbard semble assez détachée, extérieure, presque clinique... ce qui convient évidemment assez bien à l’esprit rationnel et scientifique de son personnage principal, ethnologue habitué à considérer les comportement humains avec un nécessaire recul et une certaine froideur.

Pour le lecteur, en revanche, cette froideur devient rapidement glaçante, au point de lui donner quelques frissons, surtout s’il s’immerge suffisamment longtemps dans le roman. Il serait en effet un peu dommage de lire Au Bout Du Cauchemar par tranches de dix minutes, en prenant le métro, le texte ne s’y prêtant pas.

Sur une période plus longue, en revanche, on se retrouve peu à peu perdu dans les méandres de l’esprit de James Lowry, ne sachant plus s’il est victime d’une forme de démence, de la malveillance des démons qu’il a provoqués, d’un simple cauchemar, des effets de la malaria ou d’autre chose...

Il ne s’agit pas ici de révéler le twist final - car il y en a un - ce qui serait un véritable crime ! Mais sachez, même si vous pourrez par moments en douter, que tout ce que vous lirez a un sens, qui vous sera finalement révélé. Et à ce moment là... vous vous demanderez comment il se fait que ce roman n’ait pas encore été adapté au cinéma, par un M. Night Shyamalan, par exemple !

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2017

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite