Le loup-garou de Londres (An American Werewolf In London) -- Votre note ?
4 votes


Le loup-garou de Londres (An American Werewolf In London)

John Landis
mardi 22 septembre 2009
par Laurence Verdier
popularité : 15%

J’invite mes chers lecteurs à se méfier de cette dangereuse créature. Elle sévit depuis plus de 74 ans dans les univers fantastiques où nous aimons tant nous réfugier : je veux parler du loup-garou ! En particulier, "le loup-garou de Londres". Pour "le loup-garou de Washington", nanar de 1973, le docteur FrankNFurter, grand spécialiste du genre, sera plus apte à vous en parler.

Bande annonce IMG/flv/LeLoupGarouDeLondres.flv

1981, par une nuit de pleine lune, perdus dans les brumes de la lande écossaise, deux étudiants américains se font attaquer par une bête mystérieuse. Jack, l’un des étudiants, est déchiqueté sous les yeux horrifiés de son ami David. Sauvé par des villageois qui viennent d’abattre la créature, David, mordu et grièvement blessé, est transporté dans un hôpital de Londres. Une longue convalescence commence pour le jeune garçon qui ne se rappelle pas de l’attaque. Peu à peu, aidé par une belle et jeune infirmière, David (incarné par l’impeccable et attachant David Naughton) commence, au cours de terrifiants cauchemars, à se rappeler ce qui lui est arrivé. Dans ses cauchemars son ami Jack, devenu mort-vivant, se fait un cruel plaisir à l’accuser de sa mort. Tandis que la mémoire lui revient, David se rend compte qu’il n’est plus tout à fait le même. Mais un traumatisme peut-il suffire à expliquer les changements qu’il commence à ressentir en lui ? Ses cauchemars deviennent-ils réalité ?

JPEG - 2.6 ko

Le réalisateur John Landis a porté en lui "le loup-garou de Londres" pendant presque 10 ans. Réalisateur de films hommages et parodiques : "Schlock", 1973 (une version délirante de King-Kong), "Hamburger film sandwich" 1977 ou "The Blues Brothers", le jeune John Landis nous donne en 1981 sa version du film d’épouvante et distille un nombre incroyable de clins d’œil et références aux films des studios de la Universal, en particulier du film "The Werewolf of London" (Le monstre de Londres, 1935), relançant ainsi la vague Lycanthrope, juste après la sortie du phénoménal "The Howling" 1980 (Hurlements) de Joe Dante.

JPEG - 3.4 ko

Mais "Le loup-garou de Londres" n’est pas une énième version de film parodique du film d’horreur, il amène un souffle nouveau au genre en proposant une approche différente et moderne du thème de la mutation, phénomène visuel et douloureux. Et c’est ce qui fait la différence avec "The Howling", où Joe Dante fait la part belle à la métamorphose spectaculaire de l’humain en créature étrange et terrifiante grâce aux maquillages de Rob Bottin et aux prodigieuses animations de David Allen.

C’est bien sûr la scène culte de la transformation "laborieuse" en loup-garou dans le film de John Landis qui est la plus connue de nos jours. Alors que dans "The Howling", la scène est réalisée image par image dans la pénombre pour renforcer l’impression d’angoisse du spectateur (pénombre systématiquement utilisée dans les films d’horreur), dans "le loup-garou de Londres", toute la scène de métamorphose est tournée en longs plans séquence et plein cadre, dans des décors réalistes (un salon), dans une lumière crue, quasi chirurgicale. On doit cette scène culte au maître des SPFX : Rick Baker (X-Men3). Le spectateur assiste impuissant à la mutation physique du corps entier d’un homme hurlant de douleur où seules les notes d’une musique pop semblent lui répondre. Terrifiant !

De même, John Landis amène au film de Lycanthrope une touche d’humour noir, rarement présente dans ce genre de film. Le personnage de Jack est joué par un Griffin Dunne (After Hours, 1985) ironisant sur sa nouvelle condition de mort-vivant, sorte d’ange annonciateur des transformations de David, et se décomposant de plus en plus à chacune de ses apparitions. Les scènes de carambolages dans le centre de Londres, à la fin du film rappellent bien évidemment les scènes de poursuites des "Blues Brothers" et, même si ces scènes sont peu utiles à l’action, elles donnent une touche personnelle au film de John Landis rappelant ainsi son style dynamique et rock’ n roll.

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges

Infos sur l’achat en ligne


Un film à redécouvrir pour les amateurs d’humour noir et de loup-garou version années 80... forcément !



Commentaires  (fermé)

Logo de Laurence
mercredi 23 septembre 2009 à 19h46, par  Laurence

Merci docteur Furter pour cette précision. Je me doutais bien que vous connaissiez le titre évoqué ! Il me semble d’ailleurs que dans chaque titre composant la Bande-Originale du film il y a le mot "Moon" ! A confirmer...

Logo de dr frankNfurter
mardi 22 septembre 2009 à 22h21, par  dr frankNfurter

où seules les notes d’une musique pop semblent lui répondre

La musique qui accompagne la sordide transformation est le bien nommé "Bad Moon Rising" des Creedence Clearwater Revival, quoi de plus normal pour un loup-garou.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite