Captain America : First Avenger -- Votre note ?
9 votes


Captain America : First Avenger

Joe Johnston
vendredi 5 août 2011
par giraud
popularité : 16%

Alors qu’en Europe la seconde guerre mondiale fait rage, Steve Rogers n’a qu’une envie : s’engager pour combattre les nazis. Malheureusement pour lui, l’armée américaine ne recrute pas de gringalets asthmatiques, même lorsqu’ils sont aussi patriotes que lui ! Mais à force d’obstination, Steve se fait remarquer par le professeur Erskine, un scientifique qui a travaillé sur l’élaboration d’un sérum destiné à produire des "super-soldats". C’est ainsi que Steve Rogers va devenir Captain America, véritable symbole du monde libre et héros... d’une comédie musicale destinée à la propagande de l’armée américaine ! Jusqu’au jour où Steve décide de passer réellement à l’action...

Captain America First Avenger IMG/flv/CaptainAmerica.flv

Les producteurs, réalisateurs et scénaristes font parfois de drôles de choix...

Celui de revenir aux origines du héros était sans doute le bon. Car d’une part le personnage a effectivement été créé en 1941, dans une optique de propagande... et passait donc la plupart de ses aventures à lutter contre les nazis. Et d’autre part, il était difficilement envisageable de présenter dans le monde qui est le notre aujourd’hui un héros habillé d’un drapeau américain, alors qu’en le replaçant dans le contexte de la seconde guerre mondiale, ça passe beaucoup mieux (le patriotisme étant une valeur moins ringarde en temps de guerre qu’après une période de 60 ans de paix)...

JPEG - 51.3 ko

En revanche, était-il nécessaire de forcer le trait pour faire de Steve Rogers une caricature de gringalet, presque bizarre à force d’être petit et chétif, avec cette voix d’adulte sur un corps d’enfant ? Etait-il nécessaire de faire d’un des plus grands héros Marvel un puceau timide et maladroit ? Etait-il nécessaire de lui donner une sorte de grand-frère en la personne de Bucky Barnes (alors que dans les comics, c’est exactement l’inverse, Bucky étant "l’acolyte" de Captain America au même titre que Robin était celui de Batman) ?

Quant au personnage de Captain America, il apparaît dans le film assez différent de celui des comics. Certes, il est bien clair dans les deux cas que le personnage ne possède aucun véritable super-pouvoir. Mais dans les comics, il ne se contentait pas de courir un peu plus vite et de sauter un peu plus haut qu’un être humain "normal". Au même titre que Spider-Man ou Daredevil, Captain America était présenté comme un acrobate accompli, un athète à la condition physique et à la coordination parfaites, aux réflexes les plus aiguisés, un combattant possédant une parfaite maîtrise de bon nombre d’arts martiaux... ce qui n’est pas du tout le cas du Captain America du film, en dépit de la musculature avantageuse de Chris Evans !

JPEG - 38.4 ko

Du coup, les scènes d’action s’avèrent finalement assez ordinaires, du moins pour un film de ce genre, le héros ce contentant de faire le coup de poing avec ses ennemis, de manière très classique, sans chorégraphie particulière ni effets spéciaux notables, utilisant même parfois des armes "conventionnelles"* . Et on a finalement du mal à croire qu’il puisse ainsi se tirer de situations dans lesquelles il doit faire face à des ennemis très supérieurs en nombre... comme on a d’ailleurs du mal, également, à croire que Steve Rogers se transforme de gringalet en surhomme en quelques secondes ! Et on n’est pas vraiment aidé par la 3D : ça fait assez bizarre de voir la seconde guerre mondiale (même en version Marvel) en relief... Bref, tout cela s’avère un peu décevant, surtout de la part d’un réalisateur confirmé tel que Joe Johnston.

Heureusement, le films possède quand même quelques atouts, à commencer par un casting séduisant. Décidément abonné aux rôles de super héros (Les Quatre Fantastiques, Push) Chris Evan fait un Steve Rogers sobre et convaincant, alors que Hugo Weaving nous régale (et se régale probablement aussi) dans son personnage de Crâne Rouge, confirmant après V Pour Vendetta qu’il est parfaitement à l’aise derrière un masque ! En revanche, on regrette que Tommy Lee Jones n’ait pas été mieux utilisé, son personnage du Général manquant un peu de caractère. Autre atout : le fameux bouclier, seul élément "super" dans ce film de super-héros sans véritable super-pouvoir...

JPEG - 24.9 ko

Du coup, lorsque après une première moitié en demi-teinte, le film prend son rythme de croisière en nous propose quasiment une heure d’action non-stop, on reste sur une impression assez bizarre... et surtout, on se demande ce que va donner le film consacré aux Vengeurs, dans le lequel ce bon vieux "Cap" va côtoyer les "vrais" super-héros que sont notamment Iron Man et Thor. Espérons que d’ici là, il va s’entraîner un peu pour être à la hauteur ...

Cliquer ici pour commander le DVD ou le Blu-ray sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


Petite note à l’attention des fans des comics Marvel : Dans ce film comme dans la plupart des adaptations Marvel, les scénaristes prennent certaines libertés par rapport aux comics d’origine, le plus souvent dans l’optique d’opérer des "raccourcis" mieux adaptés au format cinématographique, ce qui est tout à fait louable. C’est par exemple une bonne idée d’introduire dans ce film se déroulant pendant la seconde guerre mondiale le personnage de Morgan Stark, le père de Tony (Iron Man). Cela contribue à donner davantage de cohérence à l’univers Marvel dans son ensemble. En revance, on ne voit guère l’intérêt de faire apparaître le personnage de Dum Dum Dugan dans l’équipe montée par Captain America, alors qu’il appartenait dans les comics aux fameux "hurleurs" dirigés par... Nick Fury (qui fait une apparition à la fin du film, ce qui devient une habitude). Par ailleurs on ne voit pas très bien ce que vient faire ici le cube cosmique, le scénario ne nous disant quasiment rien sur sa provenance ni sur ses pouvoirs (alors qu’il s’agit d’un des objets les plus puissants de l’univers des comics Marvel)...

* C’est un avis qui n’engage que moi... mais je ne supporte pas de voir des super-héros utiliser des armes, considérant que sauf exception (avec des personnages tels que le Tireur ou le Punisher, par exemple), il s’agit d’une "déviance" de l’univers imaginé par Stan Lee, dans lequel les héros n’utilisent que leurs pouvoirs pour combattre leurs ennemis et ne s’abaissent jamais à utiliser des armes !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite