Eva -- Votre note ?
6 votes


Eva

Kike Maillo
vendredi 9 mars 2012
par giraud
popularité : 4%

En 2041, la vie n’a guère changé. Les maisons, les moyens de transport, l’école, la société sont toujours les mêmes. A une exception près : un peu partout, les robots ont trouvé leur place, qu’il s’agisse d’accomplir des tâches bien précises ou simplement de tenir compagnies aux humains. Alex, un ingénieur génial, est rappelé par la faculté de robotique où il travaillait une dizaines d’années auparavant, pour reprendre un projet un peu fou qu’il avait abandonné : créer le premier robot libre, un enfant. Mais pour cela, il a besoin d’un modèle. Son choix se porte sur une petite fille dotée d’une personnalité particulièrement fantasque et d’une vive intelligence. Mais il se trouve qu’elle est aussi la fille de son frère, qui a épousé la femme qu’il avait quittée 10 ans avant, son premier amour...

IMG/flv/Eva.flv

Au petit jeu des comparaisons, on ne voit que trois films dont le thème et la qualité sont proches de ceux d’Eva et ce ne sont pas n’importe lesquels : Blade Runner de Ridley Scott, L’Homme Bicentenaire de Chris Columbus et bien entendu I.A. de Spielberg.

Mais le film de Kike Maillo ne nous présente ni un futur sombre, glauque et presque apocalyptique à l’image de celui de Blade Runner, pas plus que le paradis technologique de L’Homme Bicentenaire ou l’avenir glacial et inhumain de A.I. ! 2041 selon Kike Maillo, c’est un peu "retour vers le futur", un monde dans lequel on a conservé notre mode de vie, tout au plus en y apportant quelques améliorations.

JPEG - 23.3 ko

Il s ’agit là de SF tout en nuances. Le bruit des avions et des voitures, par exemple, suggère une généralisation des moteurs électriques et la vie très traditionnelle dans la petite ville où se déroule le film évoque un certain équilibre écologique et une qualité de vie que l’on ne peut qu’envier. Les hologrammes ont remplacé les écrans d’ordinateur. Et les robots sont partout : derrière les comptoirs d’accueil, dans les parcs, dans les maisons. Et Alex n’est évidemment pas en reste, avec Gris, un chat robotique doté d’un sale caractère et qui ne le quitte jamais et Max, un robot chargé de tenir la maison de ses parents décédés, dans lequelle il choisit de s’installer.

JPEG - 48.7 ko

Tout cela confère au film une ambiance assez étrange et curieusement réaliste. Mais il y a plus, beaucoup plus que cela dans Eva...

Car le scénario du film s’avère redoutablement efficace, mêlant la meilleure SF à une histoire d’amour et de famille particulièrement prenante, l’ensemble créant une situation inextricable et posant de véritables questions sur la place qu’on donnera demain aux androïdes (ou qu’ils prendront !), tant vis à vis de leurs émotions et sentiments - en supposant bien entendu qu’on parvienne à leur en donner - à notre égard, que de nos émotions et sentiments à leur égard*. De ce point de vue, on retrouve dans Eva quelque chose de la quête du robot Andrew dans l’Homme Bicentenaire pour acquérir son humanité, de même que les émotions poignantes du jeune David, programmé pour aimer jusqu’à l’excès ses parents adoptifs, dans la première partie de A.I.. Mais à la différence des personnages imaginés par Isaac Asimov et Spielberg, Alex cherche à créer un robot libre (donc pas question d’utiliser les fameuses lois de la robotique***) et de préférence imprévisible... avec tous les risque que cela implique, hélas.

JPEG - 33.7 ko

Des acteurs inspirés (avec une mention spéciale pour la jeune fille qui interprète Eva, mais les autres sont tout aussi remarquables), des effets spéciaux discrets et rares mais réussis (notamment le robot-enfant, le chat et la machine "hand-up"** qui permet à Alex de travailler sur la mémoire émotionnelle de son prototype), une réalisation sans esbrouffe mais efficace, des émotions authentiques qui ne sombrent jamais dans le mélodrame et les clichés : Eva est une réussite totale.

JPEG - 25.5 ko

Et quand on parle de réussite totale, cela inclut la fin du film. Une fin dure, presque injuste, presque révoltante. Et c’est précisément ce qui fait qu’on se pose des questions. Qu’aurions nous fait à la place d’Alex ? Et qu’en dirait un tribunal ? Car s’il s’agissait d’une histoire vraie, on imagine sans peine les débats sans fin qu’elle pourrait générer...

On savait déjà que le cinéma espagnol était capable de fournir des films fantastiques parmi les meilleurs de ces dernières années... on saura maintenant qu’il en va de même avec la SF. Ils ont bien de la chance, nos voisins ibériques !

Cliquer ici pour commander le DVD ou le Blu-ray sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Il suffit de voir l’attachement de certains à leur smartphone ou leur tablette pour imaginer ce que pourrait donner sur eux une machine à l’apparence humaine...

** pour le hand-up, le réalisateur s’est inspiré de la phrénologie, une vieille (et fausse) théorie selon laquelle les différentes capacités de l’esprit ainsi que les principaux traits de caractère seraient logés dans des parties bien précises du cerveau (la fameuse "bosse des maths" vient probablement de cette théorie).

*** Trois lois créées par Asimov, visant principalement à éviter que les robots mettent un jour les humains en danger



Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite