Chroniques De La Lune Noire 1 & 2 - Le Signe Des Ténèbres - Le Vent Des Dragons -- Votre note ?
2 votes


Chroniques De La Lune Noire 1 & 2 - Le Signe Des Ténèbres - Le Vent Des Dragons

François Froideval & Olivier Ledroit
mardi 11 mars 2014
par Didier GIRAUD
popularité : 6%

L’empereur de Lhynn a été prévenu par l’oracle : un jour, un élu viendra mettre fin à cet empire trop vaste pour être contrôlé. Déja, certaines forces manoeuvrent pour prendre le pouvoir, qu’il s’agisse de Fratus Sinister, maître de l’ordre de la lumière ou du fils du seigneur des ténèbres, l’archimage Haazheel Thorn. Bien loin de ces intrigues, le jeune demi-elfe Wismerhill fait la connaissance de Pile-ou-face, un elfe voleur doté des deux épées magiques qu’il manie à perfection. Tous deux vont rejoindre la troupe de brigands de Ghorghor Bey, où Whismerhill va rencontrer Feydriva, qui va devenir sa maîtresse. Ensemble, ils vont affronter les troupes de Fratus Sinister en un combat qui semble perdu d’avance. Mais pour Wishmerhill, ce n’est que le début d’une aventure qui va peu à peu lui révéler l’étendue de ses pouvoirs et le destin incroyable qui l’attend...

Il existe une règle quasi-immuable en matière d’Heroic Fantasy et elle se vérifie une fois de plus : les débuts de ce genre de sagas sont fastidieux et s’étirent en longueur avant que l’action véritable prenne son envol, le temps que les principaux personnages se rencontrent et forment une petite équipe

On se souvient bien entendu de la fameuse Communauté de l’Anneau dans la fameuse trilogie de Tolkien et la plupart des cycles qui ont suivi (de même que les jeux de rôles et jeux vidéos) ont adopté le même principe) : il doit y avoir dans le groupe, outre le héros bien entendu (généralement jeune, innocent et inconscient de ce qui se trame autour de lui, un guerrier, un magicien, un voleur, un vieux sage, une brute au grand coeur et une femme, bien entendu...

On retrouve tout cela dans les deux premiers volumes de ces Chroniques de la Lune Noire, puisqu’il faudra attendre le deuxième album pour que le personnage exotique de Murata rejoigne l’équipe. Mais s’il fallait trouver une référence littéraire, ce ne serait pas Le Seigneur Des Anneaux, plutôt les romans de la Belgariade de David Eddings, pour l’humour qu’on retrouve en permanence dans les albums de Froideval et Ledroit, ainsi que pour le côté très attachant de ses personnages.

JPEG - 226.3 ko

Le scénario de François Froideval, lui, n’a toutefois rien d’humoristique. Rien de bien original non plus, hélas, du moins à ce stade. Une prophétie, un puissant sorcier, des elfes, des dragons... Tout cela sent le déjà-vu, mais après tout, c’est ce qu’attendent les fans de fantasy ! Et même si l’histoire tarde un peu à se mettre en place, on commence à deviner que l’intrigue sera sans doute plus complexe qu’il n’y paraît.

Là où on peut émettre quelques réserves, c’est sur le dessin. Parfois approximatif, brouillon, donnant parfois l’impression d’avoir été bâclé, il est très caricatural et conviendrait sans doute mieux à des albums purement humoristique qu’à une saga qui tire parfois vers la Dark Fantasy. Certaines planches peuvent être superbes (comme celle qui est reproduite ci-dessus) mais d’autres - plus nombreuses hélas - beaucoup moins !

C’est dommage dans la mesure où cela nuit un peu, parfois, à la bonne compréhension de l’histoire, qu’il s’agisse des personnages (tout les elfes se ressemblent) ou de scènes de bataille très brouillonnes...

Cliquer ici pour commander les albums sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite