Foundation -- Votre note ?
1 vote


Foundation

Depuis 2021
samedi 8 janvier 2022
par Didier GIRAUD
popularité : 10%

Dans un avenir très lointain, l’humanité s’est répandue dans les étoiles, occupant des millions de planètes, et l’Empire Galactique est dirigé par le dynastie des Cléon depuis la planète-ville Trantor. Le régime politique très particulier, qui a permis aux Cléon de régner en se clonant, a permis d’assurer une très longue stabilité à l’Empire. Mais un mathématicien de génie, Hari Seldon, a développé une nouvelle science, la psychohistoire, qui permet de modéliser et donc de prévoir les phénomènes de masse. Et selon lui, l’Empire va vers sa chute. Si rien n’est fait, il s’ensuivra une période de barbarie et de guerres de 30 000 ans avant l’émergence d’un nouvel Empire. Seule la création d’une Fondation chargée de sauvegarder la totalité des connaissances humaines pourra réduire cette durée à 1000 ans seulement. Inquiets que la théorie de Seldon se répandre dans la population, les Cléon décident de donner à Seldon ce qu’il veut... et l’envoient établir sa fondation sur une des planètes les plus reculées et isolées, Terminus. Seldon n’en demandait pas plus. Mais son plan pour éviter à l’humanité de sombrer dans une ère de ténèbres va bien au delà de l’établissement d’une simple colonie destinée à rédiger une Encyclopedia Galactica...

Ceux qui disent que le Cycle de Fondation, commencé au début des année 40 (cela fait donc 80 ans !), a jeté les bases de la SF moderne, ont sans doute raison. Et la première fois qu’on a eu un aperçu de la planète Coruscant dans Star Wars, il faut bien reconnaître qu’il était difficile de ne pas penser à Trantor, cette capitale de l’Empire galactique, imaginée par Asimov et constituée d’une seule et unique ville recouvrant entièrement la planète du même nom...

JPEG - 84.4 ko

Malheureusement, le Cycle de Fondation tel qu’écrit par Asimov était difficilement transposable à l’écran, non pas par l’ampleur des effets spéciaux nécessaires mais plutôt, à l’inverse, par manque d’action ! "La violence est le dernier recours de l’incompétence" : cette phrase d’Asimov, attribuée au personnage de Salvor Hardin, ne fait guère l’affaire des scénaristes et des réalisateurs de films ou de séries ! Et il est vrai que dans les 3 romans au coeur du cycle (Fondation, Fondation et Empire, Seconde Fondation), l’action n’était généralement présente qu’au travers de nouvelles relatées par l’un ou l’autre des personnages (telle planète a attaqué telle autre planète, tel général a mené sa flotte à la victoire...).

Il a donc fallu s’écarter assez largement de l’oeuvre originale, afin d’introduire des éléments susceptibles de maintenir les spectateurs en haleine. D’autant que les producteurs sont partis sur une hypothèse de 8 saisons pour retranscrire les trois romans ! Et pour ceux qui connaissent le roman, sachez que cette première saison ne couvre que la "première crise"... Il faudra donc vous armer de patience si vous avez hâte de rencontrer le Mulet (personnage central de Fondation et Empire et principal obstacle au plan Seldon). Et attendez vous donc à découvrir des éléments et des développements dans la série qui étaient totalement absents des romans d’Asimov.

JPEG - 34.6 ko

Heureusement, c’est David S. Goyer qui est aux manettes. Scénariste très talentueux, auquel on doit une multitude de films et séries de SF depuis trente ans, on peut compter sur lui pour s’écarter de l’oeuvre originale tout en lui restant fidèle dans l’esprit. L’idée des trois empereurs clonés est un très bon exemple de son apport à la série. Il est probable que les fans de Fondation ne renieront pas ce fascinant système politique dont les dirigeants sont trois clones d’une seule et même personne (l’Empereur Cléon), à différents âges avec le Frère à l’aurore (l’empereur enfant), le Frère au grand jour (l’empereur en titre) et le Frère au soir (l’empereur âgé) qui, ensemble, prennent les décisions les plus importantes.

JPEG - 74.6 ko

D’autres écarts sont moins justifiables, comme le meurtre d’Hari Seldon, qui n’apporte pas grand chose au récit... ou l’amourette entre la version adolescente de l’empereur et une de ses jardinières... En revanche, le présence d’un robot (la conseillère de l’empereur), si elle n’est pas fidèle aux premiers romans, l’est en revanche par rapport aux autres romans du cycle écrits par la suite, dans lesquels Asimov a voulu "boucler la boucle" avec son autre grand cycle, celui des robots, en les intégrant dans celui de Fondation.

Pour le reste, on ne sera pas surpris en pleine période "woke" de voir la plupart des personnages masculins transformés en personnages féminins* (notamment Gaal Dornick et Salvor Hardin, pour cette première saison), incarnés par des actrices noires de préférence. En revanche, les méchants empereurs sont bien blancs, eux... sans commentaire.

JPEG - 24.4 ko

Quant aux acteurs, on retrouve deux valeurs sûres, Jared Harris (Sherlock Holmes : Jeux d’Ombres, The Ward, La Cité des Ténèbres) et Lee Pace (Thranduil dans la trilogie du Hobbit et Ronan l’Accusateur dans Les Gardiens de la Galaxie), dans les rôles respectifs d’Hari Seldon et du Frère au grand jour. Et on peut imaginer que les deux nous accompagneront tout au long des différentes saisons, à la différence de la plupart des autres, dont les personnages sont appelés à être remplacés par d’autres, l’intégralité du récit se déroulant sur environ près de 1000 ans.

Visuellement, rien à dire : les effets spéciaux sont de qualité (voire impressionnants, comme lors de la chute de l’ascenseur orbital), avec une photographie très esthétique. Il faut dire que le budget de la série est considérable, même s’il reste inférieur à certaines productions Disney comme The Mandalorian).

JPEG - 25.5 ko

Alors réussite ou pas ? Beaucoup de critiques ont souligné le fait que la série est intellectuellement passionnante mais dénue d’émotions. C’est exactement ce qu’on pourrait dire du roman d’Asimov, si on y réfléchit bien ! Cela signifie au final qu’un des objectifs de la série (rester fidèle à l’esprit du roman) est atteint. En revanche, l’autre objectif consistant à introduire des intrigues individuelles au sein d’un roman ne s’intéressant qu’à des phénomènes collectifs, n’est que partiellement atteint et on ne se passionne guère pour les destins de Gaal Dornick ou Salvor Hardin... Mais peut-être ferons connaissance avec des personnages plus attachants dans la saison 2 ? Espérons le, mais quoi qu’il en soit, on est impatients de connaître la suite et on croise les doigts pour que la production fasse le nécessaire pour corriger ces quelques défauts, pour que Foundation soit un succès et que David S. Goyer puisse aller jusqu’au bout de son projet en 8 saisons !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Cela dit dit, il faut bien reconnaître qu’Asimov n’avait laissé qu’une part minime aux femmes parmi les personnages de ses trois romans...



Documents joints

MPEG4 - 9.5 Mo
MPEG4 - 9.5 Mo

Agenda

<<

2022

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite