Hombre 1 & 2 - L’Ombre du Désespoir - L’Ultime Ennemi -- Votre note ?
5 votes


Hombre 1 & 2 - L’Ombre du Désespoir - L’Ultime Ennemi

Antonio Segura & José Ortiz
mardi 24 juin 2014
par Didier GIRAUD
popularité : 9%

Après l’effondrement de notre civilisation, les hommes sont livrés à eux-mêmes, sans technologie, sans gouvernement, sans lois ni police pour les faire appliquer. Dans ce nouveau monde impitoyable, un homme tente survivre. Tout d’abord pourchassé par un père et ses fils persuadés qu’il est responsable de la mort de leur soeur, il va ensuite trouver un nouveau né, croiser des cannibales, se joindre à un petit groupe de voleurs, rencontrer des mutants victimes des radiations d’une centrale nucléaire désaffectée...

Une page d’introduction dans chaque album pour nous expliquer le contexte, à savoir que la civilisation a sombré... et c’est parti pour des péripéties qui ne laissent qu’une infime place à l’anticipation. Car l’aspect post-apocalyptique n’est ici qu’un prétexte pour des aventures qui pourraient aussi bien se passer dans un pays un peu perdu, dans une époque reculée.

Tous ceux qui ont connu les nombreux films de série B (et souvent de série Z) qui ont tenté de surfer sur la vague post apocalyptique de Mad Max 2 (ou qui ont lu certains romans de Gilles Thomas tels que L’Autoroute Sauvage) pourront sans difficulté imaginer ce qu’ils vont trouver dans ces deux albums de Hombre. Des meurtres, des vols, des viols, du cannibalisme, de l’esclavagisme, du sadisme, de la lâcheté... bref un condensé de tout ce que l’humanité peut produire de sportif et de sain, quand on la laisse livrée à elle-même.

Certes, ces ingrédients ont fait leurs preuves à de nombreuses reprises. Et il faut reconnaître que les petites histoires (3 dans chaque album) sont plutôt bien troussées et parviennent parfois à surprendre le lecteur. Mais tout cela est tellement "cliché" et sent tellement le réchauffé aujourd’hui qu’on a du mal à se passionner pour les aventures de ce héros solitaire, cynique et désabusé mais qui n’a pas totalement abandonné sa part d’humanité et de sentiments... ce qui constitue le plus grand de tous les clichés du genre !

JPEG - 118.2 ko

De plus, ces aventures manquent d’un fil conducteur. C’est sans doute voulu de la part de Segura, qui veut nous montrer ainsi des hommes qui n’ont pas d’autre but que de survivre... mais c’est quand même un peu court. On ne sait d’ailleurs pas ce qu’est devenu le bébé recueilli par le héros, entre la fin du 1er album et le début du deuxième, dont il est absent, comme s’il n’avait jamais existé.

Heureusement, les dessins sont superbes et parfaitement adaptés à l’ambiance voulue par Segura, avec un style qui évoque par moments l’univers du western (et qui pourra d’ailleurs rappeler à certains les dessins de Jean Giraud pour Blueberry)... mais les amateurs d’anticipation seront sans doute frustrés et resteront sur leur faim, faute d’une véritable histoire et d’un véritable enjeu. Ces aventures de quelques pages étaient peut être adaptées à leur publication dans Métal Hurlant à l’époque, mais ainsi compilées dans des albums, leur intérêt est beaucoup moins évident... même avec des personnages de femmes aux fortes poitrines dénudées !

Cliquer ici pour commander les albums sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite