The Signal -- Votre note ?
4 votes


The Signal

Dan Bush, David Bruckner, et Jacob Gentry
lundi 5 juillet 2010
par Joe Black
popularité : 4%

A la veille du nouvel an, tous les appareils de télécommunication, téléphones fixes, portables, télévisions, se mettent à transmettre un étrange signal en boucle. Ce signal a la particularité d’altérer le psychisme humain au point de déclencher une vague de violence dans toute la population, laissant seules quelques personnes soit moins sensibles au signal, soit l’ayant évité jusque là... Cette journée de descente aux enfers est suivie à travers des histoires croisées qui tournent autour du couple Mya et Lewis ainsi que l’amant Ben.
Le film se décompose en 3 parties : d’abord les premières heures qui suivent la première transmission du signal avec Mya qui tente de survivre en échappant simplement à ses amis et voisins, puis un préparatif de diner de réveillon quelque peu "raté" mais surtout complètement décalé, déjanté (et très drôle !) où Lewis va débarquer (quelque peu "désorienté"...) et apporter un certain délire de persécution surréaliste à tous les "invités" (alors que chacun se croit "normal" mais doute de la "normalité" de son voisin), et le final, Ben et Mya se "retrouvent" au terminal 13 de la gare de Terminus pour une "happy end"...

Bande annonce IMG/flv/Signal.flv

Le film commence anecdotiquement sur une scène d’un film d’horreur à la télé montrant un tueur et ses victimes, puis enchaine sur une scène plutôt classique de dialogue entre un amant et sa maitresse... et il bascule rapidement dans la folie totale ! en 20 minutes, le ton monte, les esprits s’échauffent et quasiment juste 1 mort plus tard, on tombe dans une forme de chaos apocalyptique.

Pour ce type de petite production, on n’évite pas complètement la caméra à l’épaule (avec un budget si mince difficile d’avoir une grosse camera professionnelle), cependant on évite bien tous les différents pièges et les facilités de ce genre de film (l’inverse de The Zombie Diaries)... et pourtant l’ambiance pesante est là, et bien là !
Les gens s’entretuent de manière froide, les rares rescapés ayant réussi à éviter une part du signal sont proches eux aussi de la folie, complètement désemparés et l’esprit retourné... dans ce contexte, difficile de faire confiance à qui que ce soit ! En voyant ce film, pour vous situer, je me suis dit qu’il pourrait presque coller directement à la fin de l’Antre de la Folie de Carpenter (le personnage de Rod m’a même fait repensé, dans la scène où il explique à Mya comment il a survécu aux premières heures, à la phrase dans l’Antre de la Folie "On doit être plutôt perdu quand on est le dernier...").

JPEG - 235.7 ko

Les histoires croisées s’enchainent à merveille et cette idée de diviser le film en 3 parties, même si elle était risquée, s’avère payante au final, chaque réalisateur ayant apporté sa touche à sa propre partie : pour la Transmission 1 "Crazy in Love", David Bruckner, pour Transmission 2 "The Jealousy Monster", Jacob Gentry, et pour la Transmission 3 "Escape from Terminus", Dan Bush.

Chaque partie fait preuve de qualités différentes, par exemple la Partie 1 et la Partie 3 ont une approche très "photographique" visuellement au niveau de la lumière ou parfois des textures, le tout dans une ambiance apocalyptique filmée souvent en huis clos oppressant ; aussi souvent en huis clos pour la Partie 2, mais c’est un humour très "british" qui la caractérise (avec même une certaine influence montypythonesque pour un film américain), par exemple dans une scène, des personnes sont poursuivies par un homme avec une tronçonneuse, les personnages se tournent pour regarder froidement la poursuite, puis ils retournent à leurs occupations, on entend des cris au loin, puis la maitresse de maison déclare joyeusement : "Vous voulez un apéritif ?"... ;-) ce genre de scène est omniprésent dans la partie 2 ; Contrairement à Saw qui, pour un premier film à petit budget, avait certes démontré des qualités au niveau de l’horreur et du scénario mais aussi des défauts non négligeables au niveau des dialogues et de la réalisation, The Signal ne souffre d’aucun gros défaut de ce type, au contraire, la réalisation fait preuve d’inventivité et les dialogues sont efficaces.

Concernant les explications sur ce fameux signal, sur sa diffusion et sur ses effets, ont reste dans le vague. C’est parfois un choix scénaristique payant comme dans le Cube original, et sur ce coup c’est plutôt bien choisi ! Par contre, les choses que l’on comprend à mesure de l’avancée dans le film c’est que le signal provoque à tous ceux qui le captent des hallucinations et des délires paranoïaques, une montée de haine et de rage, parfois des paniques irrationnelles...

JPEG - 284.3 ko

Les acteurs pour les rôles principaux : la ravissante Mya, l’inquiétant Lewis, Ben l’amant transi et énigmatique... même s’ils sont quasi inconnus, sont bons ; les seconds rôles sont aussi au diapason comme l’excellent Rod interprétant peut être le "moins fou" -au début-, Anna une sorte de Shirley (de Shirley et Dino) en maitresse de maison déboussolée ou Jerry le "gentil voisin" qui se promène avec sa pelle ensanglantée pour venir, le plus normalement du monde, chercher chez son voisin sa hache et des sacs poubelles... no comment. ;-)
La Bande son est sobre et colle parfaitement au film (la chanson revisitée du Perfect Days de Lou Reed présente dans la bande annonce ci dessus n’est pas présente dans le film mais elle colle super bien à l’ambiance je trouve) ;

The Signal est un film très encourageant, ce film démontre beaucoup de qualités, et en cherchant un peu vous pourrez surement trouver au moins une dizaine d’autres références SF de qualité. Alliant atmosphère d’horreur et pointe d’humour, évitant les facilités et sans prétention, il parvient à être totalement atypique, il flirte vraiment avec la folie (sur ce coup les teasers ne mentaient pas, voir site officiel : "Do you have the crazy ?").
The Signal fait donc partie des films qui font plaisir à voir ; avec 3 bouts de ficelles, beaucoup d’ingéniosité, des bons acteurs, un scénario original, simple et efficace, une réalisation soignée et un budget ultra mince... on peut réaliser une prouesse !

Merci.

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne


—Concernant le classement du film, j’ai hésité entre A découvrir et le Best of... En fait je me suis d’abord posé la question : est ce que The Signal peut être revu plusieurs fois sans se lasser ? (Une donnée importante pour mesurer la qualité d’un film sur la durée dans le temps) Là, j’avoue je ne sais pas trop ce que donnera ce film dans 20 ans... même si son coté humoristique de la Partie 2 marchera peut être encore, tout comme par exemple l’atmosphère pesante des scènes de survie de la Partie 1...

En revanche, le point qui le fait clairement basculer dans le Best of : pour moi faire un film de cette qualité là, "tourné en commando" sur quelques jours et avec un budget aussi minuscule (ils parlent de 50 000 USD, je n’ai pas oublié de zéro, j’ai même peine à le croire, ça ne doit même pas être le budget sandwichs de certains films...), cela doit être salué et surtout encouragé, même pris en exemple, s’il n’y avait que des films comme celui là, nous aurions un véritable petit paradis cinématographique...

— La ville de Terminus est en réalité Atlanta, la ville d’origine des 3 réalisateurs, il s’agit d’une référence à l’ancien nom de la ville.

— Vous vous demandez peut être à quoi ressemble ce fameux signal ?

En voici des extraits :

Extrait IMG/flv/SignalExtrait.flv

Vous trouvez pas que votre voisin vous a regardé de travers tout à l’heure ? vous êtes sur que vos amis sont vraiment vos amis ? et votre conjoint(e), il ou elle agit bizarrement non ? ;-)



Documents joints

Extrait
Extrait

Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite