Le Retour des Ténèbres -- Votre note ?


Le Retour des Ténèbres

Robert Silverberg & Isaac Asimov
mercredi 9 janvier 2008
par Didier Giraud
popularité : 3%

Nightfall, en français Quand Les Ténèbres Viendront, a été désignée en 1968 meilleure nouvelle de science-fiction jamais écrite, par l’association Science Fiction Writers of America. Rien que ça ! Il fallait donc un écrivain du calibre de Silverberg pour développer la nouvelle et en faire un roman … comme il le fera également deux ans plus tard à partir de deux autres nouvelles du même Asimov, l’Homme Bicentenaire et l’Enfant du Temps.

Le Retour des Ténèbres part d’une idée aussi simple que géniale, comme seule la Science Fiction peut en produire : sur un monde doté de 6 soleils et qui ne connaît pas la nuit, que se passerait-il si l’inconcevable se produisait et si un jour les habitants étaient privés de lumière ?

Deviendraient-ils fous, comme les malheureux qui ont essayé une toute nouvelle attraction foraine qui les a plongé dans le noir complet pendant quelques minutes ?

Car l’inconcevable est peut être sur le point de se produire. Les signes s’accumulent… Une archéologue a découvert un site sur lequel un même village semble avoir été reconstruit à plusieurs reprises, et à intervalles réguliers de 2 millénaires… alors qu’une secte de fanatique religieux, les Apôtres de la Flamme, annonce la fin de la civilisation au terme d’une année sacrée d’une durée de 2049 ans … et que des astronomes constatent d’étranges anomalies orbitales, que la théorie de la gravitation ne semble pas pouvoir expliquer.

Et que sont ces mystérieuses Etoiles que personne n’a jamais vu, et dont parlent les Apôtres de la flamme ?

Rien à dire, le thème du roman, 65 ans après la publication de la nouvelle, est toujours aussi fort, aussi fascinant.

Pour le reste ... en dépit du respect et de l’admiration que tout fan de SF doit à ces deux monstres sacrés que sont Asimov et Silverberg, on peut se demander ce que ce roman apporte de plus au lecteur, par rapport à la nouvelle.

Sur le fond, si la première partie du roman reste passionnante, on a un peu le sentiment que l’intrigue s’essouffle... et on ne peut s’empêcher de ressentir une légère déception à la fin du roman, d’autant qu’il est question de thèmes chers à Asimov et à Silverberg, avec l’opposition entre scientifiques et mystiques, entre rationnalité et religion. Hélas, la conclusion qui se refuse à adopter une position tranchée nous laisse un peu sur notre fin ...

On regrettera aussi une forme de facilité, avec des personnages plutôt superficiels qui se rencontrent dans la première partie du roman ... et se retrouvent tous comme par miracle dans la seconde partie, alors que la civilisation n’est plus qu’un lointain souvenir, après d’innombrables massacres et de nombreuses péripéties ! C’est presque du Molière !

Et sur la forme, on peut être dubitatif quant à l’intérêt d’une introduction qui nous prévient que le roman se déroule sur une planète étrangère, avec des non-humains, mais que pour l’intérêt et la clarté du récit, on fait "comme si" il s’agissait d’humains ... et au final en effet, on ne retrouve nulle part, à aucun moment, la moindre trace de l’origine extra-terrrestre des protagonistes ! Alors à quoi bon ?

Mais il faut être honnête, cela reste de l’excellente SF ! Et ce n’est que parce que ces deux écrivains ont su placer la barre très haute que l’on peut se montrer quelque peu déçu par cette "version longue" de Nightfall.

Cliquer ici pour commander le livre sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite