Emergence (Rupture dans le Réel 1) -- Votre note ?
4 votes


Emergence (Rupture dans le Réel 1)

Peter F. Hamilton
samedi 4 décembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 6%

Il y a bien longtemps, les Laymill, une race extra-terrestre technologiquement avancée, a disparu purement et simplement de la galaxie. Tout ce qui reste d’eux se trouve dans l’anneau Ruine - le bien -nommée - situé à proximité de Tranquillité, une planète dirigée par la jeune et belle princesse Ione Saldana. Joshua Calvert est un jeune capitaine qui a récupéré le vaisseau délabré de son père. En mettant la main sur une pile mémorielle Laymill, il va soudain s’enrichir, remettre à neuf son vaisseau et ...séduire la belle Ione ! Mais la pile mémorielle des va révéler une inquiétante découverte : les Laymill aurient été victimes d’une "rupture dans le réel"...

Ione Saldana et Joshua Calvert sont loin d’imaginer qu’une nouvelle rupture dans le réel est sur le point de se produire.

Quinn Dexter, un dangereux criminel, a été déporté sur Lalonde, une planète récemment colonisée. Membre de la secte terrienne du Porteur de Lumière, Quinn continue de se livrer à des rituels interdits et a réuni autour de lui quelques disciles qu’il manipule et soumet à sa volonté.

C’est au cours d’un de ces rituels que va se produire l’événement qui va mettre en danger toute la galaxie. Alors qu’il s’apprête à sacrifier Powel manani, le responsable local des colons, Dexter ignore qu’il est observé par un Ly-cilphe, une entité extra-terrestre immatérielle, assoiffé de connaissances et un peu trop curieux... Cherchant à comprendre ce qu’est la mort pour les humains, le Ly-cilphe s’introduit dans l’esprit du sacrifié, créant ainsi une rupture dans le réel. C’est ainsi que Dexter devient le premier des Possédés, l’âme d’un défunt ayant pris possession de corps. Et ce n’est que le début de l’invasion. La brèche étant désormais ouverte, les esprits des morts vont se ruer dans notre réalité pour y revivre ...

Peter F. Hamilton le dit lui-même : il a été influencé dans sa jeunesse par la série de romans des Fulgurs d’E.E. "Doc" Smith (qui datent des années 50 !). Pourtant, en y regardant de plus près, sa saga Rupture Dans Le Réel se rapproche davantage de l’univers complexe imaginé par Dan Simmons dans Hypérion et ses suites.

Car l’univers imaginé par Peter F. Hamilton est à la foi riche, varié, complexe, cohérent et, d’une certaine manière, complet ... à l’image, aussi, de celui créé par Frank Herbert pour Dune.

On y trouve en effet des religions, des idéologies (les adamistes, les édénistes) et donc des intrigues et des complots politiques, des races extra-terrestres très différentes les uns des autres (les Ly-cilphes, les Kiints, les Tyrathcas), des technologies de pointe (les naneuroniques, le "tau zero", la navigation TTZ, les biotechnologies édénistes) et bien entendu, space-opera oblige ... de formidables vaisseaux spatiaux !

Car les combats spatiaux de la saga de Peter F. Hamilton valent bien ceux d E.E. "Doc" Smith, une des références en la matière ! Il faut dire que dans Rupture Dans Le Réel, même les vaisseaux spatiaux sont fascinants puisqu’ils sont .. vivant ! En effet, qu’il s’agisse des Faucons créés par la biotechnologie édéniste, ou des Gerfauts, leur équivalent adamiste, les vaisseaux sont des personnages à part entière, partageant un lien privilégiés avec leur capitaine au travers de "l’affinité". Avec les guêpes de combat qu’ils embarquent par centaines, véritables missiles intelligents, ils ne font qu’une bouchée des vaisseaux traditionnels...

Mais il serait injuste de réduire Rupture Dans le Réel à des combats spatiaux, qui sont d’ailleurs plutôt rares. L’essentiel est ailleurs ... et notamment dans la personnalité fascinante de Quinn Dexter, un des "méchants" les plus réussis de la littérature de SF et dans l’originalité de sa menace venue d’outre-tombe ! Et dans ce domaine là, les volumes suivants de la saga nous réservent de belles suprises...

Quant à l’écriture, elle est assez classique, on serait même tenté de la qualifier de "standard", mais plutôt agréable. Attention quand même, la complexité de l’intrigue, l’utilisation de termes empruntés à l’univers de la SF, la multiplicité des personnages peuvent rendre la lecture de ce roman un peu difficile pour des non-initiés, ou des lecteurs un peu trop jeunes (d’autant que certains passages sont assez érotiques, pour ne pas dire pornographiques). Les amateurs de SF avertis, en revanche, devraient se régaler et dévorer littéralement les quelque 600 pages d’Emergence

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite