American Cyborg -- Votre note ?
4 votes


American Cyborg

Boaz Davidson
vendredi 20 mars 2009
par dr frankNfurter
popularité : 10%

En matière de production Z, on a à tort de pointer du doigt les post-apocalyptiques fauchés en provenance d’Italie... tout du moins durant la première moitié des 80’s. C’est en effet sans compter la participation de monsieur Menahem Golan, ancien boss de la célèbre Cannon, à qui l’on doit cette pépite cybernétique : American Cyborg, resucée 90’s d’une autre production Cannon de 1987 avec JCVD, le fameux Cyborg...

Bande annonce IMG/flv/AmericanCyborg.flv

Menahem Golan décide de mixer l’ambiance cheap post-apocalyptique de Cyborg avec une de ses anciennes franchises "à succès", American Warrior. Michael Dudikoff et JCVD alias "the muscles from Brussels" étant aux abonnés absents, Golan fait appel à un petit jeune prometteur (enfin jeune, il a déjà 32 ans, mais bon, passons...) Joe Lara, qui n’est autre que l’éternel interprète de Tarzan dans le fameux, Tarzan à Manhattan (certes un navet ce Tarzan, mais vu le niveau du prochain Tarzan et la cité perdue avec le charismatique (? !) Casper Van Dien...).

Comme chacun sait en 2003, il y eut un léger souci atomique sur la planète Terre, une histoire de cyborgs qui voulaient prendre le pouvoir aux humains (quoi ça vous rappelle une autre histoire autour de Skynet et un certain 26 aout 1997 ?). Dès lors, tous les humains deviennent stériles (pourquoi me direz vous ? et bien...). Tous ? Non, car en 2020, une demoiselle prénommée Mary (prénom qui aura son importance, quelle symbolique...) va enfanter le futur de l’humanité, le premier enfant né depuis l’Apocalypse par l’intermédiaire de ses amis scientifiques (enfin ils recherchaient plutôt une cobaye pas très futée à mon avis...). Un scénario basique à défaut d’être ultra original qui tiendrait à peu près la route vous vous dites ? Attendez la suite...

Premier point, notre future sainte de la révolution anti-cyborg ne va pas donner naissance par voie naturelle à Junior. Pour on ne sait quelle raison, les nerds de service décident de lui prendre le bébé et de le mettre dans un tube ! Deuxième point, la tronche du foetus. Quand on pense au bébé de Eraserhead fait à partir de bric et de broc, ce bébé entubé tout de latex laisse songeur. Mais la joie d’avoir mis Junior dans son tube sera de courte durée, puisque se pointe un Terminator, pardon, un cyborg qui a pour mission de détruire le futur avenir de l’humanité.

Petit flashback, à quoi ressemble donc le méchant de service ? Au début d’American Cyborg, on nous présente justement un humanoïde moustachu avec en option yeux lumineux pour voir dans la nuit (notez le souci du détail, un cyborg moustachu !). On a beaucoup gaussé sur la supposée inhumanité de ces êtres artificiels, pourtant lorsqu’un vieillard croisant sa route lui demande pitié, n’en pouvant plus de cette vie infâme, que fait mr moustache d’après vous ? Il décide de s’occuper de ce pauvre homme et d’abréger ainsi ses souffrances ! A ce propos, détail qui aura de nouveau son importance par la suite, moustache est champion dans le lancer de couvercle de poubelle. Bref, le cyborg s’adapte à son environnement, pas la moitié d’un homme ce moustachu.

Ainsi notre cyborg tout de cuir vêtu (quoi ça vous rappelle encore quelque chose ?) tue tout le monde dans l’hôpital de fortune... sauf Mary et Junior qui réussissent à s’enfuir. Forcément, vivre dans un tel environnement quand vous êtes une gourdasse mal dégrossie, c’est loin d’être facile. Vous êtes la proie de toutes les tentations... en particulier de drag-queens (dans le futur, ces dernières sont très très méchantes). Et c’est à ce moment précis qu’apparait notre héros, Joe Lara alias Austin (avec une musique du plus bel effet, un synthé cheap accompagné d’un harmonica nanar, si ce signal sonore ne vous indique pas qu’il s’agit de son sauveur...). Après trois sidekicks bien placés, notre joyeuse bande s’en va pour de nouvelles aventures. Oui mais lesquelles ? C’est vrai ça, miss cruchasse aurait-elle un but ?

La miss doit rejoindre le port pour prendre un bateau et ainsi aller en Europe où là-bas les humains ont fait mordre la poussière (ou les boulons) aux cyborgs (pourquoi, comment ? encore des questions qui hantent mon esprit). Malheureusement, le capital innocence de la demoiselle va en prendre un sacré coup. Pour être accompagnée de notre étalon chevelu, cette dernière va lui promettre une dose de drogue en lui omettant qu’elle détient en fait le futur avenir de l’humanité dans une capsule (étonnant, non ?).

Durant leur périple on aura ainsi droit à divers attaques de notre moustachu, qui non comptant d’être invincible (enfin disons qu’il se relève toujours), rate toujours sa cible (pourtant il est équipé d’un viseur nanar de première catégorie !). A cela s’ajoute encore une fois, une musique des plus sympathiques lors de l’apparition de moustache. Imaginez un mélange de chant grégorien new age mélangé à du sous Rammstein (! ?). Mais arrive le drame, l’un des premiers grands moments d’émotion d’American Cyborg, Austin découvre que la blonde Mary lui a menti : y’a pas de dope ! Dès lors, frustré et blessé dans son être, Austin l’abandonne à son triste sort. Tout du moins, il laisse suffisamment de temps à la Mary pour se faire kidnapper par une bande d’anthropophages mutants et ainsi venir corriger ces tortionnaires mangeurs de blonde immaculée. Aussitôt remis de nos émotions et d’un petit bisou (scène sensuelle aussi bien maîtrisée qu’une quelconque production AB), nos deux losers subissent encore une attaque de moustache. Une attaque de trop ? Une insoutenable vérité va apparaître... Austin est aussi un cyborg ! Comment se fait-il que Austin n’ai jamais remarqué qu’il n’était pas humain ? Euh... question suivante svp !

Toujours est-il que Austin se voit plaqué par la vilaine. Mais en bon héros qu’il est, ne se démonte pas (au sens propre comme au figuré) et décide de remplacer son bras manquant par celui de moustache qui avait perdu le sien durant la bataille (les choses sont bien faites dans le monde du nanar). Finalement, Mary se retrouve au port (ou une plage pour les esprits chagrins) et est attaquée de nouveau (encore ?!) par moustache en lui balançant un couvercle de poubelle (moustache qui a retrouvé un bras de rechange en passant, comment ? euh...). Austin arrive à point nommé (la gourdasse étant dans les vapes), et détruit le méchant cyborg (qui crache un liquide blanc... comme Bishop dans Aliens ?) grâce à l’ancien bras de ce dernier ( pour s’informer moustache avait une sorte de pic qui sortait d’un de ses doigts... tiens ça me rappelle Robocop... étonnant, non ?). Ainsi donc vous pouvez souffler, l’avenir de l’humanité est sauf. Et puis que serait un bon film sans une fin déchirante... Austin laisse Mary aller en Europe, et décide de rester et de combattre les méchants cyborgs. Raaaah mais quel courage, quel sens du sacrifice ! Austiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin !

Au final, on n’atteint certes pas le niveau des films post-apocalyptiques italiens du début des 80’s, mais on passe un agréable moment. Le film est suffisamment rythmé, les références sont nombreuses et puis si vous aimez les moustachus retors, vous devriez être servi.

Commander le DVD ou le Blu-Ray sur Amazon et soutenir les Mondes Etranges !

Infos sur l’achat en ligne



Agenda

<<

2018

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite