Le Premier Fulgur (First Lensman) -- Votre note ?


Le Premier Fulgur (First Lensman)

E.E. "Doc " Smith
jeudi 23 décembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 5%

Triplanétaire avait planté le décor, à savoir la lutte entre deux super-races galactiques, les Arisians et les Eddoriens, utilisant la terre et d’autres planètes ainsi que leurs habitants comme autant de pions. Mais les Arisians jouent cette fois leur pièce maîtresse en envoyant un message télépathique pour faire venir les hommes de Triplanétaire sur Arisia. Ils en repartiront dotés d’un "Joyau" faisant d’eux des Fulgurs, des hommes dotés d’un puissant pouvoir télépathique. Désormais, la vision de Virgil Samms devient possible : il va pouvoir créer la Patrouille Galactique... à condition de venir à bout des complots de ceux qui veulent sa perte, à commencer par les criminels manipulés par les Eddoriens, qui répandent un peu partout dans l’espace et sur la Terre une terrible drogue, la thionite ...

Pour ceux qui ont commencé la saga avec Triplanétaire, rassurez vous, cette fois il ne s’agit d’un "raccord", d’un roman partiellement réécrit pour s’inscrire dans une saga. Non, Le Premier Fulgur est bien à 100% un roman du cycle des Fulgurs, désormais bien lancé.

On y retrouve d’ailleurs ce qui fait la force (et la faiblesse aussi, il faut bien le dire) de cette série : ses personnages extrêmement manichéens, presque caricaturaux (les héros notamment, tant ils sont presque anormalement héroïques !) et ses batailles spatiales toujours plus démesurées. Il est d’ailleurs étonnant que jamais le cinéma n’ai repris la manière dont E.E."Doc" Smith imagine les combats spatiaux, avec ces vaisseaux évoluant dans des formations géométriques étonnantes (c’est ainsi qu’on découvre dans ce roman la stratégie du "cône de bataille", qui deviendra ensuite "cylindre de bataille"). Il ya dans ces combats en formation une dimension tactique qui ni Star Trek ni Star Wars n’ont développé et qui pourrait pourtant, à l’écran, donner des images assez impressionnantes (mais peut être Ron Howard le fera-t-il, s’il parvient à mener à bien son projet d’adaptation cinématographique).

Et puisqu’on évoque la saga de George Lucas ... comment ne pas remarquer certaines similitudes entre les Jedis et les Fulgurs ? Certes leurs pouvoirs sont différents, ainsi que l’origine de ces pouvoirs. Mais ce qui frappe, c’est que la principale caractéristique de ces Fulgurs (qui sont par ailleurs, vous l’aurez compris, les plus beaux, les plus forts, les plus intelligents, les plus courageux, les plus éloquents, les plus séduisants etc...) est avant tout la force, la rigueur, la droiture morale. C’est d’ailleurs pour cette caractéristique et pour aucune autre qu’ils sont choisis par les Arisiens. En cela ils sont tout à fait semblables aux Jedis, dont on exige une sorte de perfection morale allant jusqu’au sacrifice de leur vie amoureuse (à laquelle échappent les Fulgurs, heureusement pour eux).

Mais d’autres que Lucas ont peut être trouvé dans ce roman une source d’inspiration... comme dans ce bref extrait, dans lequel E.E. "Doc" Smith nous explique pourquoi on utilise dans les combats au corps-à-corps dans l’espace des armes aussi primitives que des haches, ce qui rapellera à ceux qui l’ont lu certains combats de Dune :

"Pourquoi des haches ? Simplement parce que l’armure spatiale de cette époque pouvait supporter presque indéfiniment le feu conjugué de deux ou trois armes portables, l’intensité de son écran défensif variant directement en fonction du cube de la vitesse des projectiles matériels qui s’y écrasaient. Ainsi, assez étrangement, l’avance de la science avait forcé les hommes à réeployer une arme depuis longtemps tombée en désuétude".

Ce roman comporte donc un certain nombre d’idées assez innovantes, surtout pour l’époque, mais aussi des romances, des complots et même de la politique ! On passe de planète en planète pour remonter la filière de la thionite et on rencontre de nouvelles espèces dans l’espace... Bref, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer. Pas de doute, c’est bien un space opera !

Cliquer ici pour commander le roman sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


P.S. : à la fin du roman, qui se termine par une élection présidentielle, on peut noter ces quelques mots : Et ce fut également la première fois, dans la longue histoire de l’Amérique du Nord, qu’une élection présidentielle se déroula honnêtement dans plus de quatre-vingt-dix-neuf pour cent des bureaux de vote." Fascinant ! Soit l’auteur a fait un rêve prémonitoire lui montrant la première élection de George W. Bush, soit il s’agit de pratiques finalement assez traditionnelles aux Etats Unis...



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite