Hyperespace -- Votre note ?
2 votes


Hyperespace

mercredi 17 février 2010
par Didier Giraud
popularité : 14%

L’hyperespace existe ... en mathématiques, puisque ce terme désigne un espace dont le nombre de dimensions serait supérieur à 3. Mais ce qui est, mathématiquement parlant, une belle construction de l’esprit n’a pour l’instant trouvé aucune application pratique et un moyen de transport utilisant l’yperespace reste bien du domaine de la SF !

L’hyperespace fait partie de ces quelques thèmes que la SF utilise fréquemment et qui n’ont besoin d’aucune justification, la fiction l’emportant sur la science. D’ailleurs, si on y regarde d’un peu plus près, on s’aperçoit que les auteurs les plus médiocres comme les plus illustres y ont eu recours, à un moment ou à un autre.

Isaac Asimov n’a en effet pas hésité - en dépit de sa formation scientifique - à l’utiliser dans sa saga Fondation. Avant lui, E.E. Doc Smith l’avait déjà popularisé sous le terme de "corridor hyperspatial" dans son excellente saga des fulgurs.

Mais comme souvent, c’est la télévision et le cinéma qui ont contribué à vulgariser ce terme auprès du grand public.

Les vaisseaux de le Fédération de Star Trek dépassaient en effet fréquemment la vitesse de la lumière en utilisant la technologie de la distortion... parfois appelée ainsi ou appelée "warp" selon les saisons, selon les séries ou les films, avec différents facteurs (le facteur 10 étant apparemment la limite). Les hyperpropulseurs sont d’ailleurs à la base du look très particuliers de vaisseaux de Star Trek ( un point qui est d’ailleurs commun à ceux de la Fédération, des Klingons et des Romuliens).

JPEG - 113.7 ko

Mais en France, c’est surtout Star Wars qui a marqué les esprits, avec le passage en hyperespace du Faucon Millenium, qui marquait la fin d’une des scènes les plus cultes de ce film culte... avec une représentation du passage en hyperespace (les points lumineux figurant les étoiles qui deviennent tout à coup des lignes lumineuses) qui a d’ailleurs été plus ou moins reprise par Star Trek Next Generation.

JPEG - 87.5 ko

Cela dit, l’hyperespace ne semble pas être la réponse à tous les problèmes au voyage interplanétaire ...

D’une part, les systèmes de propulsion semblent peu fiables. Il suffit de se souvenir des mésaventures de Han Solo dans L’Empire Contre Attaque pour garder à l’esprit le fait que les hyperpropulseurs tombent, très, très souvent en panne ... et ne se remettent à fonctionner qu’au tout dernier moment, généralement juste avant la castrophe ! C’est sans doute pour cela que les ingénieurs de Starfleet ont été plus malins en inventant des moteurs auxiliaires ... qui semblent parfois plus efficaces que les moteurs principaux !

D’autre part, l’hyperpropulsion n’est pas très écologique ! Il aura fallu du temps pour qu’on s’en rende compte, mais à force de violer les lois de la physique, l’espace réel finit par s’en ressentir. D’où des limitations de vitesse ! Je vous le jure, je n’invente rien, c’est dans Star Trek Next Generation... et je ne ferai donc aucun commentaire politiquement incorrect sur le sujet, en dépit de très nombreuses démangeaisons...

Et puis, passer en hyperespace est souvent désagréable. Cela peut aller du simple mauvais moment à passer à la véritable épreuve, suceptible de rendre fous ou de tuer certains membres d’équipage, comme dans le roman de Janet Jeppson, La Seconde Expérience.

En plus, ce n’est pas si facile... Généralement, les hyperpropulseurs sont couplés à des cartes et à des ordinateurs, chargés de calculer les trajectoires et surtout le bon moment pour sortir de l’hyperespace. Car il ne s’agirait pas de sortir au beau milieu d’un soleil (c’est chaud !) ou d’une planète (c’est dur !), sans parler des différentes anomalies spatiales qui contituent autant de pièges pour les voyageurs inexpérimentés ou mal équipés !

Car l’avantage de l’hyperespace, c’est qu’une fois qu’on y est entré, on y est généralement indétectable, jusqu’à ce qu’on en sorte ! Mais l’inconvénient, c’est qu’on y est isolé et qu’on peut peut généralement pas communiquer avec l’espace "normal". Et que se passe-t-il lorsqu’on se retrouve bloqué en hyperespace ? Combien de temps peut-on y rester sans encourir un quelconque danger ? Dans quelle mesure un membre de l’équipage peut -il sortir du vaisseau en hyperespace pour effectuer une réparation ? Comment le temps "extérieur" s’écoule-t-il pendant qu’on est en hyperespace ? Et le temps "intérieur" ? Quelles sont les lois physiques qui s’appliquent ?Voilà beaucoup de questions qui ont passionné les écrivains de SF depuis plusieurs dizaines d’années...

C’est ainsi qu’Ender Wiggins, le héros du Cycle d’Ender de Orson Scott Card a "vécu" sur un nombre d’années très important, en passant une bonne partie de son temps de vie pourtant normal à bord de vaisseaux spatiaux...

Dans les jeux vidéo comme Wing Commander ou Freelancer, il y a souvent des points (généralement appelés Nav Points) d’entrée et de sortie de l’hyperespace ... mais il s’agit le plus souvent d’un prétexte plus que d’un élément essentiel au déroulement du jeu. On retrouve cette notion dans les fameuse "portes" ("gates" en anglais), qu’il s’agisse de celles de Frederik Pohl au travers de sa série de La Grande Porte, de celles de Stargate ou de celles de Babylon 5.

L’entrée et la sortie de l’hyperespace semblent toutefois s’être récemment banalisée. Aujourd’hui, dans la saga de l’Empire Skollien commencée avec Point d’Inversion, par exemple, les Jagernautes utilisent l’hyperespace comme une technique de furtivité : en entre, on sort, on re-rentre ...et entre les deux, on a tiré quelques coups de lasers ou laché quelques missiles (certains auteurs ont d’ailleurs imaginé des missiles hyperspatiaux, capable de sortir de l’hyperespace juste avant l’impact avec leur cible) !

L’hyperespace reste donc une contrée souvent traversée, mais finalement assez peu explorée. Qu’y a-t-il dans ces "trous de vers" ? Entre ces "portes" ? Pourquoi pas des formes de vie, finalement ? Il serait temps qu’on se pose sérieusement la question, car avec une ou plusieurs dimensions supplémentaires par rapport à l’espace "normal", il serait vraiment étonnant que l’hyperespace ne nous réserve pas quelques surprisee !



Commentaires  (fermé)

Logo de Joe Black
jeudi 18 février 2010 à 20h41, par  Joe Black

Après la lecture de cet article, j’imagine toute sa valeur historique !
Tu te rends compte : imagine dans 1000 ans, le pere amenera toute sa petite famille le dimanche aprem faire un tour d’hyperespace voir les motagnes d’Alpha du Centaure...
"-Papa !!! papa !!! comment ca marche l’hyperespace ???"
- regarde fiston : on va surfer sur supermeganet (internet de l’epoque quoi ;-)) voir mondesetranges.fr... t’as vu cette archive sur l’hyperespace ?! "Didier Giraud 2010" waouh... bin tu vois fiston c’est comme ca qu’ils voyaient l’hyperespace à cette époque..."
CA les fera surement bien marrer ! ;-)

Ps : Coucou au passage à cette petite famille qui lira mon commentaire !!! ;-)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite