Champ de force - Bouclier - Déflecteur -- Votre note ?
1 vote


Champ de force - Bouclier - Déflecteur

mercredi 1er septembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 9%

Nous connaissons tous, pour le subir 24h sur 24, un champ de force : la gravitation. Et ceux qui ont fait un peu de physique connaissent bien l’influence d’un champ électromagnétique sur la trajectoire des électrons... En langage de SF, le champ de force désigne généralement (mais pas toujours) un moyen de défense, impénétrable à toute attaque, qu’il s’agisse d’énergie ou de projectiles. Les militaires en rêvaient, la SF l’a fait !

Même si c’est anecdotique, il existe un personnage des comics Marvel qui maîtrise les champs de force : Jane Storm (Sue Storm en version originale), alias la femme invisible, est en effet capable de générer des champs de force de forme et d’intensité variables, pouvant être utilisés pour la défense (son champ résiste même à une explosion nucléaire) ou pour l’attaque. D’autres personnages, tels que Magnéto ou Graviton sont également capables de créer des champs de force.

Dans la littérature de SF, les champs de force, notamment pour leur utilité dans l’espace, sont apprus très tôt. Dans son cycle du Fulgur démarré en 1934 avec Triplanétaire, E.E. Doc Smith les imaginait déjà comme faisant partie de l’arsenal de base de tout bon vaisseau spatial. Il faut dire que lorsqu’on se déplace à des vitesses proches de la vitesse de la lumière (voire supérieure), mieux vaut avoir une bonne protection contre d’éventuels astéroïdes...

Au cinéma, en 1953, même des bombes nucléaires n’ont pu pénétrer ceux qui protégeaient les soucoupes martiennes dans La Guerre des Mondes en 1953 (un élément repris par Roland Emmerich dans Independence Day) ! C’est également un champ de force (provoquant une perte de connaissance) qui entourait le village de Midwich dans Le Village des Damnés en 1960.

A la télévision, c’est la série Star Trek qui a popularisé la technologie des boucliers (ou déflecteurs) et en fait un élément incontournable de tout combat spatial qui se respecte. Régulièrement au bord de l’agonie (heureusement, les moteurs auxiliaires étaient là pour fournir l’énergie nécessaire), ils ont ainsi sauvé un nombre incalculable de fois Kirk, Spock et tous les autres officiers de la fédération.

On les retrouve également dans l’univers Star Wars. A la fin du Retour du Jedi, c’est la destruction sur Endor du générateur du bouclier de la seconde Etoile Noire qui permet aux rebelles de vaincre la flotte de l’empereur.

Et comment oublier ces étonnants boucliers individuels imaginés par Frank Herbert dans Dune ? Impénétrables aux projectiles rapides, ils n’opposent aucune résistance aux objets se déplaçant lentement... et provoquent une explosion nucléaire lorsqu’ils sont frappés par des lasers ! Les champs de force reviennent d’ailleurs assez souvent dans l’oeuvre d’Herbert, puisqu’on les retrouve également dans Dosadi (c’est la planète elle-même qui est ainsi isolée du monde xtérieur) et dans La Barrière Santaroga (il s’agit ici d’un champ de force psychique).

Les boucliers sont aussi un élément incontournable des jeux vidéo de simulation de combat spatial. On les retrouve évidemment dans la série X-Wing tirée de l’univers Star Wars, ainsi que dans Freelancer... qui n’ont fat que reprendre le principe imaginé par Chris Robert pour sa formidable saga Wing Commander, dans laquelle le joueur devait faire un choix constant entre vitesse, puissance de feu et force des boucliers.

Il est clair que c’est dans le domaine du space opera que les champs de force ont trouvé leur place naturelle, en remplacement du bon vieux blindage de nos technologies sous développées. Toutefois, depuis quelques années, quelques écrivains ambitieux ont tenté (avec succès) de renouveler ce genre un peu poussiéreux et ont introduit de nouvelles idées. Les champs de force eux aussi ont donc évolué et agissent désormais de manière un peu plus subtile : les champs de stase (ou de "quanstase" dans la saga de l’empire Skollien de Catherine Asaro) offrent ainsi les possibilités d’immobiliser un ennemi, de se mettre à l’abri, de se rendre invisible... et parfois même de se déplacer dans le temps (La Captive du Temps Perdu, de Vernon Vinge) ! Avouez que c’est quand même pratique...

Alors, les scientifiques, on attend quoi par rattrapper la fiction ? Un bouclier pour se protéger de la pollution, ou du réchauffement climatique, ça pourrait être une bonne idée, non ?



Commentaires  (fermé)

mercredi 1er septembre 2010 à 18h57

Et un bouclier contre la connerie humaine, non, ça serait pas possible Messieurs les scientifiques ? Yen aurait bien besoin pourtant... ;-)

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite