Christopher Walken -- Votre note ?
3 votes


Christopher Walken

Il a une "gueule"... mais surtout du talent !
jeudi 5 mai 2011
par giraud
popularité : 24%

Evidemment, son physique le prédestinait aux rôles de dur et de méchant... mais il est sans doute encore plus à l’aide dans des emplois plus ambigus et plus subtils. Et c’est vrai qu’un méchant interprèté par Christopher Walken n’est jamais vraiment un méchant comme les autres !

Il est déjà célèbre et oscarisé lorsqu’il aborde pour la première fois en 1983 la SF avec un film injustement méconnu de Douglas Trumbull, Brainstorm, dans lequel il est un des deux scientifiques étant parvenus à mettre au point un appareil capable d’enregistrer... le cerveau humain ! Une expérience qui tournera mal, évidemment, lorsque son associée va enregistrer... sa propre mort !

La même année, il devient Johnny Smith, l’homme qu’un accident de voiture va rendre capable de voir l’avenir des gens qu’il touche, dans Dead Zone, l’adaptation du roman de Stephen King par David Cronenberg, qui donnera ensuite naissance à une série, une vingtaine d’années plus tard.

JPEG - 28.7 ko

Puis il disparaît des radars de l’étrange avant de revenir presque 10 ans après, en 1992, dans le second Batman de Tim Burton pour interpréter le personnage de l’infâme Max Shreck qui va s’associer au Pingouin...

En 1995, on le retrouve dans The Addiction d’Abel Ferrara, dans lequel il incarne un bien étrange vampire... Et surtout, il devient la même année l’ange Gabriel dans l’excellent film de Gregory Widen, The Prophecy. Un rôle qu’il reprendra dans The Prophecy 2 en 1998 puis The Prophecy 3 en 2000.

JPEG - 43.4 ko

Après avoir prêté sa voix à un personnage de l’excellent jeu vidéo Privateer 2 (un dérivé de la saga des Wing Commander) puis à un personnage de FourmiZ, il retrouve Tim Burton en 1999 pour Sleepy Hollow, le Cavalier Sans Tête dans le rôle ... du cavalier sans tête (ce qui explique sans doute qu’on ait un peu de mal à le reconnaître) !

Et en 2004, comme bon nombre d’acteurs hollywoodiens ayant derrière eux une certaine filmographie... il se met à cabotiner (certains pourraient même dire cachetonner) avec le personnnage du Mike Wellington, aux côté de Glen Close (ainsi que de Nicole Kidman et Matthew Broderick) dans Et L’Homme Créa la Femme, une adaptation pas tout à fait réussie de l’étonnant et inquiétant roman d’Ira Levin, Les Femmes de Stepford.

JPEG - 68.9 ko

En 2006, il fait un apparition dans Click : Télécommandez Votre Vie, une de ces comédies dont les américains ont le secret...

Depuis, plus rien dans le genre qui nous intéresse ici, mais au rythme habituel de ses tournages (4 ou 5 par an !) il serait étonnant qu’on ne le revoie pas rapidement dans un film fantastique ou de SF !


Christopher Walken aurait sans doute pu être critique de cinéma : sa filmographie complète est un véritable "best of" à elle seule avec très, très peu de fautes de goût. Impressionnant !



Commentaires  (fermé)

Logo de dr frankNfurter
vendredi 6 mai 2011 à 18h04, par  dr frankNfurter

Oui pour être étrange dans "The Addiction" de Ferrara il l’est assurément, Walken dans le rôle d’un vampire ascète.

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite