Daredevil -- Votre note ?
5 votes


Daredevil

Drew Goddard
mercredi 3 juin 2015
par Didier GIRAUD
popularité : 8%

A peine diplômés, Matthew Murdock et Foggy Nelson décident de s’installer comme avocats associé dans le quartier défavorisé d’Hell’s Kitchen, à New York, où ils ont grandi. Leur première affaire concerne Karen Page, une jeune femme retrouvée pleine de sang et un couteau à la main, à côté du cadavre d’un homme poignardé. Personne ne croit à son innocence... sauf Matthew, qui est aveugle mais dont tous les autres sens sont hyper-développés. Il comprend rapidement que Karen, qui allait révéler un scandale financier à la presse, est victime d’une machination. Mais en la protégeant, il va s’opposer à un mystérieux personnage qui semble tirer toutes les ficelles... et pas seulement sur le plan juridique, car la nuit, il devient un justicier masqué qui combat à mains nues les criminels...

Créé au début des années 60 avec Spider-Man, les Quatre Fantastiques, Iron Man et autres X-Men, Daredevil est un super-héros typique de Marvel et de Stan Lee. Il possède la fameuse double initiale (Matthew Murdock, comme Peter Parker ou Reed Richards...) et présente une faiblesse majeure (comme Tony Stark avec son coeur ou Charles Xavier qui est dans un fauteuil roulant), puisqu’il est aveugle.

Evoluant dans un registre assez léger dans les premiers épisodes, notamment avec John Romita, il évolue ensuite vers davantage de réalisme dans les années 70 avec Gene Colan. Mais lorsqu’il est repris par Frank Miller, Daredevil devient beaucoup plus sombre, à l’image de ce que le scénariste et dessinateur fera de Batman quelques années plus tard avec The Dark Knight. C’est entre ces deux dernières tendances que se situe le Daredevil créé par Drew Goddard pour Netflix.

JPEG - 65.8 ko

L’enjeu est de taille pour la chaîne car, toutes proportions gardées, Daredevil est la figure de proue d’un projet qui sera à la télévision ce que Avengers a été au cinéma. Netflix prévoit en effet, dans la foulée de Daredevil, de lancer 3 autres séries Marvel autour des personnages des super-héros Iron Fist, Luke Cage et Jessica Jones, avant de les réunir dans une minie-série consacrée à l’équipe des Defenders. Des personnages relativement mineurs certes (rien à voir avec la renommée mondiale de Captain America, de Thor, Hulk ou Iron Man) mais à la psychologie intéressante.

La psychologie, c’est un des aspects de la série créée par Drew Goddard, qui nous en apprend davantage sur les personnages au fur et à mesure qu’on avance dans la série, au moyen de flash-backs. L’avantage c’est qu’on entre très vite dans le feu de l’action, sans avoir à passer par l’inévitable génèse du personnage, son enfance, son entraînement, ses premiers pas comme justicier, etc... Tout cela, on le découvre pas à pas, au fil des différents épisodes, sans que cela ralentisse l’action, les flash-backs étant placés avec beaucoup de pertinence, en lien avec l’action.

JPEG - 43.1 ko

Il faut dire que Drew Goddard n’est pas n’importe qui, notamment comme scénariste, avec des références telles que Alias, Lost, Cloverfield, La Cabane Dans Les Bois, World War Z et The Martian ! Et quand on a un bon scénariste, on attire de bons acteurs. Pour le rôle de Wilson Fisk, qui deviendra le Caïd et auquel le scénario accorde une très large place, presque équivalente à celle du héros, la production a choisi une valeur sûre, Vincent D’Onofrio. Mais le choix de Charlie Cox (Stardust, Le Mystère de l’Etoile) pour incarner Matthew Murdock, c’est pas mal non plus ! Avec juste ce qu’il faut de "bogossitude" et de virilité torturée, l’acteur fait très vite oublier Ben Affleck, trop lisse et très critiqué à l’époque de la sortie du Daredevil de Mark Steven Johnson. Et les seconds rôles sont tout aussi remarquables, qu’il s’agisse de Deborah Ann Woll dans rôle de Karen Page (connue pour son personnage de Jessica Hamby dans True Blood) ou Elden Henson dans celui de Foggy Nelson (vu récemment dans Hunger Games, La Révolte dans le rôle de Pollux)... sans oublier Bob Gunton, inoubliable directeur de la prison de Shawshank dans Les Evadés.

Les scènes d’action, aspect essentiel d’une série de super-héros, sont également réussies. L’esprit des comics est respecté et le "style" du héros masqué, entre réalisme et acrobaties, est fidèle à ce que les fans sont en droit d’attendre. Le choix d’opter pour la version de Frank Miller, qui avait introduit le personnage de Stick comme entraîneur du jeune Matt Murdock aux martiaux, fait de Daredevil une sorte de "super Ninja", sans toutefois renier ses origines (en tant que fils d’un boxeur, il encaisse les coups comme personne !) et ses capacités uniques liées à son fameux "sens radar".

JPEG - 29.2 ko

Mais Daredevil est avant tout un polar, avec une intrigue qui s’étire sur 13 épisodes, pour faire émerger (puis chuter) un personnage qui prendra peut être encore plus d’importance dans une éventuelle saison 2, celui de Wilson Fisk, qui semble prêt à devenir le fameux Caïd dans le dernier épisode, qui marque aussi (enfin !) la première apparition du costume de Daredevil, souvent surnommé "tête à cornes" dans les comics (notamment par Spider-Man).

Les puristes trouveront peut-être curieux que ce costume ait été conçu et fabriqué par un certain Melvin Potter, qui n’était autre dans les comics que le Gladiateur*... de même qu’ils regretteront peut être l’absense de relation romantique entre le personnage de Karen Page et ceux de Matt et/ou Foggy (puisque dans les premiers comics, les deux étaient amoureux d’elle, qui pour sa part était amoureuse de Matt, mais en secret...). Mais ce sera peut être pour la deuxième saison, la porte n’étant fermée à aucune hypothèse en la matière. D’autant que les reations entre les personnages constituent un des points forts de la série, que ce soit ceux qui unissent les 3 héros, ou ceux qui se sont créés entre Fisk et Vanessa (un personnage plus important qu’il n’y paraît).

On attendra donc avec impatience la sortie programmée pour 2016 de la saison 2, ainsi que celles des autres séries Marvel en préparation sur Netflix, qui semble avoir réalisé un très joli coup de marketing avec ces super-héros !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* Petit clin d’oeil aux comics : lorsque Potter jète en direction de Daredevil un disque de scie circulaire...



Documents joints

MPEG4 - 27.5 Mo
MPEG4 - 27.5 Mo

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite