Alita Battle Angel -- Votre note ?
1 vote


Alita Battle Angel

Robert Rodriguez
mardi 5 mars 2019
par Didier GIRAUD
popularité : 6%

En 2563, la terre reste dévastée par une guerre terrible qui a eu lieu 3 siècles plus tôt et qui a détruit la totalité des cités suspendues, sauf une : Zalem. Juste en dessous se trouve la ville d’Iron City, dont tous les habitants rêvent de rejoindre la cité située au dessus d’eux et qui les exploite... Parmi eux, le docteur Dyson Ido, un spécialiste de cybernétique, récupère une partie du corps d’une cyborg tombée de Zalem dans une décharge. Après l’avoir réparée, Ido se rend très vite compte de son potentiel. La cyborg, qu’il a nommée Alita, révèle en effet des talents inattendus pour le combat. Après avoir fait la connaissance d’Hugo, Alita va s’intéresser à un sport particulièrement violent, le Motorball, avant de rejoindre la caste des guerriers-chasseurs et de découvrir la vérité sur ses origines...

Robert Rodriguez à la réalisation, James Cameron à la production : une affiche de rêve, surtout pour un film mêlant animation 3D et prises de vues réelles. Evidemment, chacun se souvient d’Avatar... Mais Robert Rodriguez avait déjà mêlé ces genres en 2004-2005 avec Spy Kids : Mission 3D et Les Aventures de Shark Boy et Lava Girl !

JPEG - 51.3 ko

Mais jamais le réalisateur de Sin City et de sa suite n’avait eu à sa disposition un budget de 170 millions de dollars... et le résultat est éblouissant, avec des décors somptueux, des effets spéciaux et des scènes d’action impressionnants et surtout, une héroïne virtuelle absolument bluffante.

Car la star du film, c’est bien elle : Alita, animée en "motion capture" par Rosa Salazar (Brenda, dans Le Labyrinthe 2 et 3) et dont on oublie très vite qu’elle n’est pas réelle ! Pourtant, elle est présente à l’écran pendant la quasi-totalité du film et donne la réplique à tous les autres personnages, interprétés par des acteurs humains (même si certains ne le sont que partiellement).

JPEG - 38.2 ko

Et Alita ne se contente pas d’enchaîner les combats et les acrobaties, elle est également attachante et émouvante. Car le film, comme le manga d’origine, pose la question très sérieuse (et qui finira sans doute par devenir d’actualité plus vite qu’on ne l’imagine) de la nature du cyborg : à partir de quel moment une créature partiellement humaine et partiellement machine perd-elle ou gagne-t-elle son humanité ? Alita, comme bon nombre des plus prestigieux personnages de la SF, est en quête de son identité et sa nature de cyborg ne lui simplifie pas la tâche, dans un monde où les "touviandes" côtoient les "toumétals", avec tous les intermédiaires possibles et imaginables...

Mais on s’en doute, ceux qui sont cent pour cent biologiques ne sont pas nécessairement les plus humains, de même que les créatures totalement artificielles comme Alita ne sont pas les plus inhumaines...

JPEG - 63.4 ko

Comme souvent avec les mangas de SF, Alita est un joyeux mélange de diférents grands thèmes et de diverses influences. On retrouve ainsi une société post apocalyptique, avec un côté très cyberpunk, une ultraviolence empruntée par moments au fameux Rollerball de Norman Jewison (version humaine du Motorball joué par les cyborgs), une réflexion très actuelle sur les relations entre une société d’en haut et une d’en bas... et une réflexion aussi sur la mort et la quête de l’immortalité (quitte à sacrifier une partie de son humanité).

Certains ne verront peut-être dans Alita qu’un n-ième blockbuster de SF. Il est vrai que le film présente certaines caractéristiques qui semblent le destiner à un public d’adolescents et de jeunes adultes... mais on peut aussi le voir, au delà des apparences, comme une oeuvre de SF à part entière, servie par un casting remarquable sans être clinquant, avec notamment Christoph Waltz (The Green Hornet, Le Théorème Zéro), Jennifer Connelly (Hulk, Le Jour Où La Terre s’Arrêta), Mahershala Ali (Hunger Games, Luke Cage) et Ed Skrein (le remarquable Ajax de Deadpool, qu’on n’a sans doute pas fini de voir dans ces rôles de méchant de service dans lesquels il excelle).

JPEG - 40.9 ko

Il n’y a plus qu’à espérer que le film trouvera son public... ce qui n’est pas si évident que ça compte tenu de son positionnement plutôt atypique dans le paysage cinématographique actuel. Car à l’évidence, Cameron et Rodriguez ont prévu de lui donner une suite. Mais elle ne verra le jour que si le film totalise suffisamment d’entrées...

Commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Documents joints

MPEG4 - 17.6 Mo
MPEG4 - 17.6 Mo

Agenda

<<

2019

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite