Stephen King et le cinéma -- Votre note ?
1 vote


Stephen King et le cinéma

jeudi 16 mai 2013
par Didier GIRAUD
popularité : 8%

Ce n’est sans doute pas un hasard si à peine deux ans après la publication de son premier roman, celui-ci est adapté pour le cinéma ; pas un hasard non plus si dans les 6 premières adaptations tirés de son oeuvre, on retrouve 5 très grands noms du cinéma (ou du cinéma fantastique) : De Palma, Kubrick, Romero, Cronenberg et Carpenter ! Stephen King entretien probablement, depuis le début, un rapport très étroit entre l’écrit et l’image et probablement aussi, une certaine fascination pour la télévision et le cinéma...

Tous les autres grands noms de littérature fantastique et de l’horreur ont été adaptés à l’écran, petit ou grand, mais aucun à ce point là. Lovecraft, Poe, Koontz, Masterton, Herbert (James, pas Frank) ont une "filmographie" parfois assez fournie (notamment les deux premiers cités), mais cela n’est en aucun cas comparable avec celle de Stephen King.

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, à commencer par l’intérêt de Stephen King pour le cinéma. Certains écrivains se moquent sans doute de voir leurs oeuvres traduites ou non à l’écran, pas lui. Très tôt, il s’essaie dès 1985 à l’écriture d’un premier scénario avec Peur Bleue, inspiré de son roman court (ou longue nouvelle) L’Année du Loup Garou. L’année suivante, il réalise lui-même le film Maximum Overdrive, tiré d’une des nouvelles de son recueil "Danses Macabres", dans lequel les machine semblent vouloir soudain se rebeller contre l’humanité... mais c’est un flop retentissant ! Il ne reviendra plus à la réalisation mais écrit deux nouveaus scénarios, Celui de La Nuit Déchirée en 1992 puis celui de la Tempête Du Siècle en 1999. Et il fait de courtes apparitions dans certains films (Maximum Overdrive, mais aussi Simetierre, La Peau Sur Les Os, La Nuit Déchirée ...).

Mais la raison principale tient sans doute à son style d’écriture, très "cinématographique". Il est difficile de dire (et ce serait sans doute exagéré) que Stephen King écrit ses romans de manière à ce qu’ils soient facilement adaptables à l’écran... mais le fait est que la plupart des adaptations sont très fidèles à ses romans et ne font que suivre leur trame (même s’il y a des exceptions). Il se peut aussi que King soit lui-même très influencé par la télévision et le cinéma et, dans sa manière d’écrire, transcrive des images qu’il a en tête. Si bien que scénaristes et réalisateurs n’ont ensuite plus grand chose à faire pour adapter ses romans. Et le résultat, il faut bien l’avouer, est souvent une réussite !

Il y a bien quelques "nanars". On a déjà évoqué Maximum Overdrive, de Stephen King lui-même. On pourrait également citer Running Man, inspiré du seul roman de King qu’on pourrait qualifier de "daube" (et de plagiat, si on se réfère au Prix Du Danger de Robert Sheckley)... Le téléfilm Ca était également un ratage total, eu égard à la qualité du roman (un des meilleurs de King).

On compte aussi quelques films (et téléfilms) insignifiants, même si les nouvelles ou romans dont ils étaient inspirés étaient parfois très bons. On pourrait citer dans cette catégorie bon nombre des films signés Mick Garris tels Le Fléau (mini-série), Désolation, Riding The Bullet, Sac d’Os... Mais on pourrait également ranger dans cette catégorie Charlie, Peur Bleue, La Cadillac de Dolan, Les Vampires de Salem, Les Langoliers ....

On arrive ensuite dans la catégotrie des bons petits films d’horreur, mais qui restent des oeuvres tout à fait mineures, tels que Cujo, Les Démons du Maïs, La Nuit Déchirée, La Créature du Cimetière, The Mangler.

On monte d’un cran avec Christine, de John Carpenter (même si ce n’est pas ce que ce génial réalisateur a fait de mieux), avec le sous-estimé Simetierre, avec Le Bazaar de l’Epouvante, La Part des Ténèbres de Romero, La Peau Sur Les Os ou encore Les Tommyknockers, Chambre 1408 et Coeurs Perdus En Atlantide.

On n’est plus très loin du meilleur avec Dead Zone (le film de Cronenberg, pas la série), Stand By Me, Misery qui a relancé la carrière de James Caan et révélé Kathy Bates, Un Elève Doué, Fenêtre Secrète, Dreamcatcher.

Et en arrive enfin au "best of", avec des films qui confinent, pour certains, au chef d’oeuvre. C’est le cas de Shining, de Kubrick, mais aussi des Evadés, qui se trouve être une des rares adaptations de l’oeuvre de King à ne contenir ni fantastique ni horreur ! C’est le cas aussi de Dolorès Claiborne, dans lequel on retrouve l’incroyable Kathy Bates. On trouve dans ce best of, outre Les Evadés, deux autres films de Frank Darabont : La Ligne Verte et The Mist. DaraBont, qui est devenu ami avec l’écrivain, est sans aucun doute son meilleur adaptateur pour le cinéma. Les trois textes dont sont tirés ses films étaient de bons textes, mais sans plus... et il en a fait des films remarquables, dans des registres très différents.

Vous avouerez que cela fait une belle liste de film ! Et encore, ils ne sont pas tous cités... Comme Carrie, que je trouve (mais ça n’engage que moi) très surcoté ou encore Le Cobaye, un film excellent, mais qui n’a quand même pas grand chose à voir avec la nouvelle dont il est vaguement inspiré.

Et il reste quelques romans (et encore plus de nouvelles) qui n’ont pas encore été adaptés. On rêverait pourtant de voir à l’écran Insomnie, Roadmaster, Cellulaire, Duma Key, Dôme (adapté pour l’instant uniquement sous forme d’une série) et le petit dernier en date, 22/11/1963... et une vraie bonne adaptation de Ca ne serait pas du luxe ! Mais avec un peu de patience, on ne devrait pas être déçus. Stephen King n’a pas fini d’être adapté... et quand bien même tous ses romans et nouvelles le seraient, nous ne tarderions pas à avoir des remakes (ça a d’ailleurs déjà commencé) !



Commentaires  (fermé)

Logo de Club Stephen King
samedi 8 juin 2013 à 18h08, par  Club Stephen King

Entièrement d’accord. Son talent va bien au delà du fantastique. C’est un écrivain avant tout, accessoirement fantastique, qui sera étudié dans les écoles avant longtemps, comme Ray Bradbury ou Philip Dick... si ce n’est pas déjà le cas !

Article passionnant... Il y aurait tant à dire sur Stephen King.
Il a souvent été critiqué, voire décrié, on a dit un peu de tout sur sa "prose". Même si je ne suis pas à proprement parler un fan de cet auteur, force m’est de reconnaître qu’il a "dépoussiéré" le fantastique...

>>>> Merci à Didier & Serge pour ces 2 commentaires. Je ne sais presque pas quoi ajouter.. si ce n’est que je vous invite à découvrir le site du Club Stephen King si vous voulez ne rien manquer de son actualité, ou en découvrir plus sur Stephen King ou encore les films tirés de Stephen King :)

Logo de Didier GIRAUD
mercredi 22 mai 2013 à 22h52, par  Didier GIRAUD

Entièrement d’accord. Son talent va bien au delà du fantastique. C’est un écrivain avant tout, accessoirement fantastique, qui sera étudié dans les écoles avant longtemps, comme Ray Bradbury ou Philip Dick... si ce n’est pas déjà le cas !

mercredi 22 mai 2013 à 22h44

Article passionnant... Il y aurait tant à dire sur Stephen King.
Il a souvent été critiqué, voire décrié, on a dit un peu de tout sur sa "prose". Même si je ne suis pas à proprement parler un fan de cet auteur, force m’est de reconnaître qu’il a "dépoussiéré" le fantastique...

Serge.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 août 2010 - Les Mondes Etranges sur Facebook !

Désormais, tous les articles comporteront le fameux bouton "j’aime" qui vous permettra de (...)

31 août 2009 - Les Toons plus forts que les super-héros !

Si tout se passe comme prévu ... Disney devrait se payer Marvel, la célèbre "maison des idées" (...)

18 octobre 2008 - Nouvelle brève

Moebius, alias Gir, Alias Jean Giraud, vous connaissez ? C’est LA référence de la bande (...)

11 février 2008 - Black Sheep

Prix du Jury et Prix du Public à Gerardmer, ce Black Sheep est sans doute à ne pas rater, avec (...)

9 janvier 2008 - 30 Jours de Nuit

Encore une adaptation de comics ! Produite par Sam Raimi et réalisée par David Slade (le (...)

publicite